The Fame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Fame
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de l'album The Fame

Album de Lady Gaga
Sortie 19 août 2008
(voir historique de sortie)
Enregistré 2008
Record Plant Studios
Chalice Recording Studios
150 Studios
Cherrytree Recording Studios
333 Studios
Poe Boy Studios[1]
Durée 60:31
Genre Pop, électronique, dance
Format CD, téléchargement, USB
Réalisateur Lady Gaga, Brian & Josh, Rob Fusari, Martin Kierszenbaum, RedOne, Space Cowboy
Label Streamline, Kon Live, Cherrytree, Interscope

Albums de Lady Gaga

Singles

  1. Just Dance
    Sortie : 8 avril 2008
  2. Poker Face
    Sortie : 23 septembre 2008
  3. Eh, Eh (Nothing Else I Can Say)
    Sortie : 31 janvier 2009
  4. LoveGame
    Sortie : 24 mars 2009
  5. Paparazzi
    Sortie : 6 juillet 2009

The Fame est le premier album studio de l’artiste américaine Lady Gaga. Sorti le 19 août 2008 sous le label Interscope, il est bâti par plusieurs producteurs incluant RedOne, Martin Kierszenbaum ainsi que Rob Fusari. Les chansons de l’album sont principalement inspirées par l’amour global que Gaga porte à la renommée en plus de traiter de sa vision personnelle des subtilités de la richesse et du mode de vie des célébrités. Musicalement, l’album incorpore plusieurs influences électropop et synthpop des années 1980 tout en contenant des notes dance et des crochets bien définis.

L’album reçoit généralement des bons avis de la part des critiques musicaux, ceux-ci saluant l’habileté de Gaga à découvrir de nouvelles mélodies et comparant sa voix à celle de Gwen Stefani. Commercialement, The Fame est bien accueilli, se classant au premier numéro des hit-parades de nombreux pays tels que le Royaume-Uni, le Canada, l’Autriche, l’Allemagne, la Suisse et l’Irlande. Aux États-Unis, il touche la seconde place du Billboard Hot 200 et domine pendant plus de cent semaines le Billboard Dance/Electronic Albums. Mondialement, l’album s’est vendu à plus de 12 millions d’exemplaires [2].

Les deux premiers singles issus de The Fame, Just Dance et Poker Face, sont tous deux des succès internationaux — Just Dance trône sur les palmarès de six pays, incluant le Billboard Hot 100 aux États-Unis, alors que Poker Face touche le premier rang de presque tous les pays majeurs de l’industrie musicale, et devient par le même fait le second numéro un consécutif de Gaga dans le Hot 100. D’autres singles, Eh, Eh (Nothing Else I Can Say), LoveGame et Paparazzi, sont extraits de l’album. Gaga fait la promotion de l'album en interprétant les pistes y figurant au cours de plusieurs événements, incluant dans sa première tournée mondiale, The Fame Ball Tour. En 2009, The Fame est inclus en tant que disque bonus dans le second album de Gaga, The Fame Monster.

L’album remporte un grand nombre de prix depuis sa sortie. Il, et les titres en étant issus, est nommé pour un total de six Grammy Awards, incluant celui de l’Album de l’Année. The Fame gagne finalement le Grammy du Meilleur Album Dance/Électronique tandis que le single Poker Face se mérite celui du Meilleur Enregistrement Dance. De plus, le 16 février 2010, il gagne le prix du Meilleur Album International à la cérémonie des Brit Awards 2010[3].

Développement[modifier | modifier le code]

Photographie de Lady Gaga, vêtue d'une robe noire, chantant sur scène tout en brandissant d'une main son microphone et d'une autre un bâton lumineux.
Gaga en mars 2009 lors de sa première tournée, The Fame Ball Tour, chantant le second troisième de l'album, LoveGame.

Alors qu’elle s’établit en tant qu’artiste autonome dans la scène marginale de New York, Gaga sort son premier album studio, The Fame[4]. Parlant du titre et du concept de celui-ci, Gaga explique que « The Fame est à propos de comment quelqu’un peut ressentir la célébrité. [...] La pop culture est l’art. Vous ne devenez pas populaire en détestant cette culture, donc, je l’ai accueillie à bras ouvert et cela transparaît dans la totalité de The Fame. Toutefois, cette célébrité est partageable. Je veux tous vous inviter à une grande fête. Je désire que les gens comprennent une partie de ce mode de vie »[5]. Gaga déclare dans une interview avec MTV UK qu’elle a conçu l’album pendant plus deux ans et demi et qu’elle l’a terminé lors de la première semaine de janvier 2008[6]. Tout en l'écrivant, Gaga compose les mélodies et le rythme synth des chansons y figurant en plus d’enregistrer le résultat avec le producteur RedOne[5]. Selon Gaga, la première chanson, Just Dance, est une piste émotive et joyeuse qui concerne les gens traversant des moments difficiles dans leur vie[7]. LoveGame, le second titre, est une chanson inspirée par les mots, « I wanna take a ride on your disco stick », qu’elle a dits à un homme, rencontré lors d’une soirée dans une boîte de nuit, à qui elle portait des envies sexuelles. Elle est écrite en moins de cinq minutes en se basant sur les paroles relatant le disco stick[8]. Une autre chanson, Paparazzi, possède plusieurs connotations. Toutefois, Gaga atteste dans une interview avec About.com que le morceau musical est inspiré par la lutte qu’elle a menée pour obtenir la célébrité et l’amour. D'abord une chanson d’amour, Paparazzi traite également des médias et de l’impossibilité de posséder la gloire et l’amour simultanément[9].

Poker Face est inspirée par les anciens amants de Gaga qui aimaient le jeu tout en concernant aussi son expérience personnelle avec la bisexualité et les fantasmes qu’elle a eus à propos de femmes alors qu’elle fréquentait un homme, ceci représentant donc sa ‘poker face[10],[11]. Boys, Boys, Boys est quant à elle inspirée par le titre Girls, Girls, Girls des Mötley Crüe. Gaga déclare qu’elle désirait créer une version féminine de Girls, Girls, Girls que les rockeurs apprécieraient aussi[5]. D'autre part, Beautiful, Dirty, Rich traite de l'auto-découverte de Gaga et de sa personnalité au moment où elle vivait dans le Lower East Side. Parallèlement, lors de cette période, elle consommait beaucoup de drogues et « ne faisait que fêter »[5]. Eh, Eh (Nothing Else I Can Say) parle du fait de rompre avec son copain et de trouver quelqu’un de nouveau[5]. Brown Eyes est inspirée par le groupe Queen et, selon Gaga, est le titre le plus vulnérable de l’album[5].

Suite à la sortie de The Fame, Gaga clarifie les idées et les inspirations qui ont amené la création de l’album. Elle suggère que la chose la plus importante ayant été mise de côté dans la musique pop contemporaine est la combinaison entre l’imagerie visuelle de l’artiste et la musique. Gaga incorpore plusieurs éléments théâtraux dans ses performances en direct où elle chante des pistes issues de l’album. Elle espère ainsi que les gens prendront de nouveau en compte la performance artistique, qu’elle tente de moderniser avec son album et sa musique[12]. Elle explique ceci en affirmant,

« J’ai réellement l’impression que cet album est vraiment différent du mouvement musical actuel — de nos jours, il y a plus de personnes utilisant l’autotune que de gens chantants du glam des années 1970 que d’auteurs-compositeurs enregistrant du rock. [...] The Fame n’est pas à propos de qui vous êtes — il traite de comment le monde entier veut que vous soyez. Achetez-le et écoutez-le avant de sortir ou d’aller dans la voiture. [...] Je pense de tout cœur que la population devrait laisser la créativité des artistes s’enrichir. Il m’a fallu un certain temps, dans lequel j’ai dû puiser des inspirations au plus profond de moi, mais je l’ai finalement eu. Je ne pourrais pas être plus fière de cet album. Ce n’est pas simplement un enregistrement, c’est un nouveau mouvement pop art. Il n’a pas vu le jour simplement pour accueillir une chanson. »[6]

Composition[modifier | modifier le code]

Musicalement, l’album est influencé par le glam rock de la fin des années 1970 et par des musiciens tels que David Bowie et Queen. Gaga y incorpore un son de ce dernier style tout en y jumelant des mélodies pop et des crochets d’un genre qu’elle surnomme « pop théâtral »[13]. La plupart des chansons, incluant Poker Face, Just Dance et LoveGame, possèdent un tempo rapide. Poker Face comprend des sons généralement sombres accompagnés de paroles explicitement prononcées et de crochets pop[14]. D’autre part, Just Dance est globalement réalisé avec des synthétiseurs tandis que LoveGame intègre un rythme orienté vers la dance, contrairement à Money Honey qui assimile un groove modéré avec une musicalité techno[15]. Le tout se résume à un rythme fait de synthétiseurs contenant quelques touches électroniques et certaines influences R&B[16]. Dans un autre registre, Paparazzi inclut un rythme plus lourd tandis que Summerboy suit les traces de la musique de Blondie[17],[13]. Plus calme comparé à l’album génériquement dance, Eh, Eh (Nothing Else I Can Say) est une ballade[18]. La chanson est influencée par l’europop des années 1980 tout en incorporant un crochet du single Umbrella de Rihanna[19].

Au niveau des paroles, The Fame parle de la renommée et de la façon dont les gens la perçoivent. Poker Face, qui est à propos d'insinuations sexuelles et leur caractère obscène, entame le sujet de ces derniers thèmes[14]. Gaga explique dans une interview avec le Daily Star que les paroles de cette piste traitent d’une certaine façon de la confusion pouvant être engendrée entre l’amour et le sexe[20]. Selon BBC, la ligne « Mum-mum-mum-mah » y étant utilisée est plagiée du single Ma Baker, publié en 1977, de Boney M[21]. Just Dance traite des intoxications pouvant avoir lieu pendant des fêtes, particulièrement dans les paroles « What’s going on the floor / I love this record, baby but I can’t see straight anymore » qui se traduisent par « Que se passe-t-il sur la piste de danse / J’aime cette chanson, mais bébé je ne peux plus voir normalement maintenant »[22]. LoveGame transmet un message lié à l’amour, la célébrité et à la sexualité, qui sont tous trois les sujets centraux de l’album[23]. Paparazzi représente l’histoire d’une personne qui est suivie par quelqu’un attestant être son plus grand admirateur[24]. Simultanément, les paroles suggèrent que l’envie de captiver l’attention des caméras et le désir d’obtenir la célébrité est une chose commune[25]. Gaga explique ceci en disant,

« L’idée de The Fame va et vient. Initialement, si vous n’avez rien — ni d’argent, ni de popularité — vous pouvez tout de même vous sentir jolis, attirants et riches. Tout cela est à propos de faire des choix, et d’avoir des références — des choses que vous sélectionnez dans votre vie et en lesquelles vous croyez. C’est à propos de la découverte de soi-même et de faire preuve de créativité. L’album est peut sembler concentré sur un seul thème, mais, en fait, il est éclectique. La musique qui y figure a été créée pour inspirer les gens à se ressentir eux-mêmes, ainsi, ils ont la capacité de posséder, dans leur propre vie, un sens innée de la célébrité qu’ils peuvent projeter au monde entier. La nature insouciante de l’album est un reflet de cette philosophie. J’aime transmettre des idées intéressantes au reste du monde par l’intermédiaire de la pop. »[12]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Notation des critiques

Compilation des critiques
Périodique Note
Allmusic 4.5 étoiles sur 5[18]
BBC Online (positive)[26]
The Boston Globe (positive)[27]
Entertainment Weekly 4 étoiles sur 5[28]
The Guardian 3 étoiles sur 5[16]
The Phoenix 3.5 étoiles sur 5[29]
PopMatters 3.5 étoiles sur 5[17]
Slant Magazine 2.5 étoiles sur 5[30]
URB 3.5 étoiles sur 5[31]
The Washington Post (négative)[19]

L’album est généralement bien reçu par les critiques musicaux professionnels. Il reçoit une note collective compilée par Metacritic de 71 sur 100[32]. Matthew Chisling d’Allmusic atteste que « Alimenté par un rythme dance et des notes électroniques, The Fame [...] est un superbe et enjoué échantillon anti-pop actuel de haute qualité [...] Lady Gaga repousse toutes les limites avec The Fame, utilisant de lourds synthétiseurs ainsi que d’originaux crochets et grooves. Toutefois, du début à la fin, The Fame ne réussit pas à satisfaire de façon subtile les admirateurs de musique dance »[18]. Nicole Powers d’URB salue les influences « de disco des années 1970 et d’electropop des années 1980 » dont fait part l’album et complimente « ses paroles ironiques livrées avec une petite touche de Gwen Stefani », ajoutant que « Gaga a réussi à composer des chansons invitant l’auditeur à tout simplement danser »[31]. Mikael Wood d’Entertainment Weekly accorde une note de B- à l’album, déclarant qu’il « est remarquablement (et épuisement) épris de sa vision du monde dans lequel il est impossible de ne pas être joli, attirant et riche. Cette sorte de régime a, étonnamment, également ses propres charmes escapistes »[28]. Alexis Petridis du The Guardian congratule Gaga pour avoir créé de bonnes mélodies. Selon lui, « The Fame voit le jour emballé de mélodies plus qu’entraînantes et d’indéniables bons crochets. À vrai dire, toutes les chansons en étant issues pourraient être un single à succès. [...] The Fame est sans aucun doute un véritable accomplissement »[16]. Evan Sadwey de PopMatters critique négativement les titres Eh, Eh (Nothing Else I Can Say), Paper Gansta et Brown Eyes mais déclare ultimement que l’album est « un solide ouvrage dance » bien que, selon lui, « le crédit de son succès doit être attribué au producteur émergent RedOne »[17].

Joey Guerra du Houston Chronicle affirme que malgré le manque d’innovation des chansons de l’album, Gaga a réussi à créer du matériel musical réellement dance[33]. Genevieve Koski du The A.V. Club et Sal Cinquemani du Slant Magazine comparent la voix de Gaga avec celle de Gwen Stefani. Koski certifie que l’album est « bien construit grâce à son énergie, son ambiance dance parfaite pour être jouée dans les clubs et son corps artistique »[22]. Cinquemani déclare que « les paroles de Gaga alternent entre le bon marché [...] et le radotage absurde [...] tandis que la performance vocale qu’elle livre, bien qu’elle soit irrégulière, demeure bonne. [...] Les seules chansons qui ont un réel potentiel sont Poker Face, Strastruck, Paper Gagnsta et Summerboy — les autres sombrent sous leur désastreuse production et leurs chants sans émotion »[30]. Freedom du Lac du The Washington Post critique l’album pour son manque d’avant-gardisme[19]. Sarah Rodman du The Boston Globe écrit quant à elle qu’ « à première vue, l’album disco et léger de Lady Gaga pourrait facilement être confondu avec le quelconque opus de groupes tels que, disons, les Pussycat Dolls. Mais après une écoute plus approfondie, les paroles ingénieuses et les grooves glamour confirment que cette femme provenant du fin fond de New York a effectivement du potentiel dans son étrange esprit »[27]. Le journaliste Robert Christgau atteste que l’album « manque cruellement d’authenticité et de profondeur »[34]. Daniel Brockman de The Phoenix note que dans cet ouvrage, « Gaga augmente la qualité de son travail en termes d’écriture et de chansons entraînantes »[29]. The Fame et son matériel reçoivent cinq nominations à la 52e cérémonie des Grammy Awards qui s’est déroulée le 2 décembre 2009. L’album en lui-même est nommé dans la catégorie Album de l’Année et remporte celle du Meilleur Album Dance/Electronique[35],[36].

Performance dans les hit-parades[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, The Fame débute son ascension dans le Billboard 200 à la 70e place suite à ses 24 000 copies vendues lors de la semaine du 15 novembre 2008[37],[38]. Le 7 mars 2009, après une fluctuation de plusieurs mois, l’album atteint la 10e position[39]. Par la suite, il touche le quatrième rang et se stabilise[40]. L’album se classe aussi dans le Billboard Dance/Electronic Albums où il s’installe au premier échelon pendant plus de 100 semaines non-consécutives[41]. En mars 2010, il est certifié triple disque de platine par la Recording Industry Association of America (RIAA) pour ses trois millions d’exemplaires écoulés aux États-Unis[42]. Suite à la sortie de The Fame Monster, dont les ventes sont combinées à celles de The Fame, l’album augmente de la 34e place à la sixième et se vend à 151 000 exemplaire en une semaine[43]. Dans le classement du 16 janvier 2010, The Fame grimpe de nouveau dans le hit-parade et se classe à la deuxième position après avoir effectué une montée graduelle de soixante-deux semaines[44]. Au total, The Fame s’est vendu à 4,4 millions de copies dans ce pays en plus de devenir l’album le plus acheté sur les plateformes virtuelles, s’écoulant à 961 00 exemplaires numériques[45],[46],[47].

Graphique illustrant l'évolution du classement de The Fame en Australie : démarrant aux alentours de la douzième position, elle atteint son meilleur classement lors de la sixième semaine avant d'osciller les semaines suivantes entre la sixième et la douzième position jusqu'à la quatorzième semaine.
Évolution du classement de The Fame en Australie, retraçant les quatorze premières semaines de classement de la chanson.

Au Canada, l’enregistrement parvient au premier numéro du Canadian Albums Chart et est certifié septuple disque de platine par la Canadian Recording Industry Association (CRIA) pour ses 560 000 ventes nationales[48],[49]. En date de décembre 2009, l’album s’était écoulé à 390 000 copies[50]. En Nouvelle-Zélande, il débute à la sixième place et atteint plus tard la deuxième position tout en étant certifié double disque de platine par la Recording Industry Association of New Zealand (RIANZ)[51],[52]. En Australie, l’album se classe d’abord au neuvième numéro puis touche le troisième[53],[54]. Il est certifié triple disque de platine par l’Australian Recording Industry Association (ARIA) pour ses 210 000 ventes[55].

The Fame se classe initialement à la troisième position du UK Albums Chart[56]. Après avoir oscillé dix semaines dans le top 10, il parvient finalement au rang ultime, remplaçant ainsi Songs for My Mother de Ronan Keating[57]. Il y reste cinq semaines consécutives et est ultérieurement certifié quadruple fois disque de platine par la British Phonographic Industry (BPI)[58],[59]. En date du 25 juin 2011, il s’est vendu à 2,62 millions d’exemplaires dans ce pays[60]. En plus de cela, l’album est le premier à s’être vendu à plus de 300 000 copies numériques au Royaume-Uni[61]. En Irlande, The Fame entre dans le palmarès national à la huitième place puis, quatre semaines plus tard, trône à la première position[62],[63]. Au niveau continental, l’album s’élève au premier numéro du European Hot 100 en plus d’également atteindre la première place des hit-parades autrichien et allemand[64],[65],[66]. The Fame s’est aussi classé dans le « top 20 » de la Belgique, du Brésil, du Danemark, de l'Espagne, de la Finlande, de la France, de la Grèce, de l’Hongrie, de l’Italie, du Japon, du Mexique, des Pays-Bas, de la Pologne, du Portugal, de la République tchèque, de la Russie, de la Suède et de la Suisse[67]. Mondialement, il s’est écoulé à plus de 12 millions de copies[68],[69].

Singles[modifier | modifier le code]

Photographie de Lady Gaga, vêtue d'une robe argentée, chantant sur scène tout en jouant du synthétiseur.
Gaga en juillet 2009 sur la scène du T in the Park Festival chantant l'unique single promotionnel de l'album, Beautiful, Dirty Rich.

Le 17 juin 2008, Just Dance sort en tant que premier single de l’album via les plateformes de téléchargement numérique[70]. La chanson est appréciée par les critiques, ceux-ci saluant sa nature dance et ses sonorités synth pop[18],[19]. Elle est bien accueillie commercialement, atteignant la première position des hit-parades américain, australien, canadien, irlandais, néerlandais et britannique en plus de toucher le « top 10 » de plusieurs autres pays[71],[72],[73],[74],[75]. La piste est nommée aux Grammy Awards dans la catégorie Meilleur Enregistrement Dance mais perd contre les membres du duo électronique Daft Punk qui gagnent avec leur chanson Harder, Better, Faster, Stronger[76]. Le second single de l’album, Poker Face, est commercialisé quelques mois plus tard. Il est également bien reçu par les critiques, qui apprécient ses notes robotiques ainsi que son refrain[77]. Le single bénéficie d’un succès commercial supérieur à celui de Just Dance, trônant sur la quasi-totalité des palmarès nationaux[78]. Par le même fait, Poker Face devient le second numéro un consécutif de Gaga au Hot 100, le classement américain[79],[80]. Le morceau musical reçoit trois nominations aux Grammy Awards dans les catégories Chanson de l’Année, Enregistrement de l’Année et Meilleur Enregistrement Dance[35]. Il remporte finalement cette dernière nomination[35].

Eh, Eh (Nothing Else I Can Say) devient le troisième single de l’album en Australie, en Nouvelle-Zélande ainsi qu’au Danemark et le quatrième en France. La chanson reçoit des avis partagés de la part des critiques. Certains d’entre eux la comparent aux chansons typiques europop des années 1990 alors que d’autres la blâment de briser l’ambiance festive survolant la plupart des titres de The Fame et attestent qu’elle est un encombrement facultatif pour l’album[17]. En Australie et en Nouvelle-Zélande, Eh, Eh (Nothing Else I Can Say) ne réussit pas à égaler le succès des singles précédents, parvenant respectivement à la 15e et la neuvième place des palmarès[81]. Malgré cela, elle se positionne au deuxième rang du hit-parade suédois et au septième du classement français[81]. LoveGame sort en tant que troisième single aux États-Unis, au Canada et dans certains pays européens alors qu’il est commercialisé comme le quatrième single en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni. La chanson est bien accueillie par les journalistes qui soulignent son ton enjoué et sa ligne « I wanna take a ride on your disco stick »[26]. Elle se classe dans le « top 10 » de plus de vingt pays, entre autres de celui de l’Australie, du Canada et des États-Unis[82],[83]. Le 6 juillet 2009, Paparazzi est commercialisé comme le troisième single au Royaume-Uni ainsi qu’en Irlande. Plus tard, il sort comme le quatrième extrait aux États-Unis et enfin, vers septembre de la même année, comme le cinquième dans le reste du monde[84]. Le titre atteint le « top cinq » de l’Australie, du Canada, de l’Irlande ainsi que du Royaume-Uni et le « top 10 » des États-Unis[85]. Il est salué par les critiques pour sa nature joyeuse et son aptitude à être joué dans les boîtes de nuit, certains affirmant même qu’il est le meilleur morceau musical de l’album[25]. Le vidéoclip l’accompagnant est bâti sous forme de court-métrage mettant en scène Gaga se faisant sauvagement attaquer par son petit copain, puis prenant sa revanche tout en s’appropriant de nouveau la célébrité et la popularité[86].

Promotion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : The Fame Ball Tour.
Photographie de Lady Gaga, vêtue d'une robe argentée, chantant sur scène tout en jouant du synthétiseur.
Gaga en août 2008 chantant le premier single de l'album, Just Dance, dans le cadre du programme télévisé musical en direct suédois Sommarkrysset.

Pour promouvoir l’album, Gaga réalise plusieurs performances à travers le monde. Sa première apparence télévisée a lieu le 7 juin 2008 lors des NewNowNext Awards, qui sont diffusés sur la chaîne Logo[87]. Par la suite, elle visite les plateaux de So You Think You Can Dance, Jimmy Kimmel Live! et de The Tonight Show with Jay Leno[88],[89],[90]. Elle interprète ultérieurement certaines de chansons au Viêt Nam lors de l’épreuve bikini du 57e concours Miss Univers[91]. Le 31 janvier 2009, elle apparaît dans le programme télévisé irlandais Tbridy Tonight[92]. De plus, trois chansons de The Fame sont utilisées dans la seconde saison de Gossip Girl: Paparazzi dans l’épisode Tous en Blanc!, Poker Face dans S & B: Podium ou coulisses ? et Money Honey dans B + C + V + N = La valse des couples[93],[94],[95]. Le 1er avril 2009, Gaga interprète Poker Face dans la variété American Idol[96]. Dans le but de célébrer la création de la série Dirty Sexy Money, ABC crée un vidéoclip, réalisé par Melina Matsoukas, pour la chanson Beautiful, Dirty, Rich. Deux versions de la vidéo sont conçues - la première est composée d’extraits de l’émission Dirty Sexy Money alors que la seconde se trouve à être la version originale du clip[97]. Le titre est d’abord annoncé comme étant le second single de Gaga, mais sa sortie est rapidement annulée pour être remplacée par celle de Poker Face[98]. La piste se classe tout de même au 83e rang du UK Singles Chart dû aux téléchargements numériques[99].

L’album est également promu par une tournée, The Fame Ball Tour, qui débute le 12 mars 2009 en Californie, à San Diego. La première partie de la tournée, s’échelonnant sur tout le mois de mars, se déroule en Amérique du Nord et est suivie par des concerts en Océanie puis en Europe. À la suite des fortes ventes, de nouvelles représentations sont organisées en Asie et par la suite en Allemagne dans le cadre du festival V. Finalement, certains concerts en Amérique du Nord ayant été reportés concluent la tournée. Celle-ci est décrite par Gaga comme une visite dans un musée jumelant la vision pop d’Andy Warhol et son concept artistique[100]. Dans certains cas, l’argent récolté par les ventes de billets est distribué à des associations caritatives[101]. Dans le but d’accommoder le décor aux salles plus petites, le concert bénéficie d’une version alternative comprenant des effets spéciaux plus minimes et des changements moins fréquents. Séparés en quatre segments, dont le commencement est marqué par une vidéo d’interlude, les spectacles de la tournée se terminent avec un rappel. La programmation de la tournée est constituée uniquement de titres extraits de The Fame. Gaga y chante vêtue de nombreux costumes incluant une robe faite uniquement de bulles de plastique transparentes[102]. Lors d’une des représentations, Gaga inaugure une chanson inédite intitulée Future Love[103]. Une programmation alternative avec moins de changements de costume est mise en place pour les concerts européens. Au niveau critique, la tournée est accueillie favorablement par les journalistes, qui complimentent la clarté vocale et le sens de la mode de Gaga ainsi que son habilité à mettre en valeur la théâtralité comme le ferait un artiste professionnel[104].

The Fame Monster[modifier | modifier le code]

Article détaillé : The Fame Monster.
Photographie de Lady Gaga, vêtue d'une robe argentée, chantant sur scène tout en jouant du synthétiseur.
Gaga et Elton John en mai 2010 interprétant une chanson de The Fame Monster, Speechless, lors du Rainforest.

Initialement destiné à être une réédition de The Fame contenant quelques nouvelles chansons, Gaga et sa maison de disques, Interscope Records, annoncent que The Fame Monster serait un album à part entière contenant huit titres inédits. Toutefois, la version deluxe est quant à elle une réédition dans laquelle se trouve toutes les chansons de The Fame additionnées à celles de The Fame Monster[105]. L’album traite de la facette plus sombre de la célébrité, et est écrit lors du tour du monde qu’a réalisé Gaga en 2008-09. Chaque titre en étant issu incarne un monstre métaphorique, qui représente une peur. Gaga compare son premier album et The Fame Monster au concept du Yin et du Yang. La couverture de l’album est photographiée par Hedi Slimane et se classe dans un style gothique, ce qui a d’abord engendré le refus du label de Gaga de l’utiliser. Suite à des pourparlers, la couverture a finalement été dévoilée puis exploitée. Musicalement, la composition de l'album est inspirée par les défilés de mode et la musique gothique[106]. Les critiques contemporains offrent une note positive à l’album, la majorité saluant les chansons Bad Romance, Telephone et Dance in the Dark[107]. Dans certains pays, les ventes de l’album sont combinées à celle de The Fame alors que dans d’autres tels que les États-Unis, le Canada, l'Australie et le Japon, elles sont compilées individuellement. The Fame Monster devient un succès commercial, atteignant le top 10 de la plupart des pays. Une tournée, The Monster Ball Tour, est mise sur pied dans le but de promouvoir l’album. Elle s’entame le 27 novembre 2009 au Canada, à Montréal, et se termine le 6 mai 2011 au Mexique, à Mexico[108].

Liste des pistes[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont écrites par Lady Gaga ; Informations additionnelles ci-dessous[1].

No Titre Auteur(s) Producteur(s) Durée
1. Just Dance (avec Colby O'Donis) Lady Gaga, RedOne, Aliaune Thiam RedOne 4:01
2. LoveGame Lady Gaga, RedOne RedOne 3:31
3. Paparazzi Lady Gaga, Rob Fusari Fusari, Lady Gaga 3:28
4. Beautiful, Dirty, Rich Lady Gaga, Fusari Fusari 2:52
5. Eh, Eh (Nothing Else I Can Say) Lady Gaga, Martin Kierszenbaum Kierszenbaum 2:55
6. Poker Face Lady Gaga, RedOne RedOne 3:57
7. The Fame Lady Gaga, Kierszenbaum Kierszenbaum 3:42
8. Money Honey Lady Gaga, RedOne, Bilal Hajji RedOne 3:06
9. Again Again Lady Gaga, Fusari Fusari 3:04
10. Boys Boys Boys Lady Gaga, RedOne RedOne 3:20
11. Brown Eyes Lady Gaga, Fusari Fusari, Lady Gaga 4:02
12. Summerboy Lady Gaga, Brian Kierulf, Josh Schwartz Brian & Josh 4:13

Crédits[modifier | modifier le code]

Les données sont issues du livret de The Fame[1].

  • Leah Landon – publiciste
  • Candice Lawler – photographe
  • Dave Murga – batteur
  • Colby O'Donis – chanteur, choriste
  • Robert Orton – mixeur
  • Jennifer Paola – A&R en chef
  • RedOne – producteur, musicien, programmeur, enregistreur, choriste, coproducteur délégué
  • Andrea Ruffalo – superviseuse A&R
  • Dave Russell – ingénieur de son
  • Warwick Saint – photographe
  • Joshua Schwartz – producteur, arrangeur
  • Space Cowboy – producteur, chanteur
  • Joe Tomino – batteur
  • Tony Ugval – ingénieur de son
  • Liam Ward – directeur artistique

Classements, certifications et successions[modifier | modifier le code]

Classements et certifications[modifier | modifier le code]

Classement par pays
Pays Position Temps au hit-parade Certification
Drapeau de l'Allemagne Allemagne[66] 1er 80 semaines Disque d'or Or 9x[109]
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite[Note 1] NC NC Disque de platine Platine[110]
Drapeau de l'Australie Australie[67] 3e 69 semaines Disque de platine 3 × Platine[55]
Drapeau de l'Autriche Autriche[67] 1er 118 semaines Disque de platine Platine 4x[111]
Drapeau de la Belgique Belgique (Fr)[67] 8e 50 semaines Disque de platine 2 × Platine[112]
[Note 2]
Drapeau de la Belgique Belgique (Nl)[67] 4e 49 semaines
Drapeau du Brésil Brésil[113] 15e ~ 20 semaines Disque de platine 2 × Platine[114],[115]
Drapeau du Canada Canada[48] 1er 91 semaines Disque de platine Platine 7x[49]
Drapeau du Danemark Danemark[67] 2e 42 semaines Disque de platine Platine[116]
Drapeau de l'Espagne Espagne[67] 3e 87 semaines Disque de platine Platine[117]
Drapeau des États-Unis États-Unis[115] 2e 114 semaines Disque de platine 3 × Platine[118]
Drapeau des États-Unis États-Unis (Dance/Electronic Albums)[115],[Note 3] 1er 138 semaines
Drapeau de l’Union européenne Union européenne[64] 1er 99 semaines Disque de platine 2 × Platine[119]
Drapeau de la Finlande Finlande[67] 3e 36 semaines Disque de platine Platine[120]
Drapeau de la France France[67] 2e 136 semaines Disque de diamant Diamant[121]
Drapeau de la Grèce Grèce[67] 2e 33 semaines Disque de platine Platine[122]
Drapeau de la Hongrie Hongrie[123] 2e 119 semaines Disque de platine 2 × Platine[124]
Drapeau de l'Irlande Irlande[63] 1er 127 semaines Disque de platine Platine 9x[125]
Drapeau de l'Italie Italie[67] 13e 9 semaines Disque d'or Or[126]
Drapeau du Japon Japon[127] 6e 124 semaines Disque de platine 3 × Platine[128]
Drapeau du Liban Liban[Note 1] NC NC Disque d'or Or[110]
Drapeau du Mexique Mexique[67] 2e 117 semaines Disque de platine Platine[129]
Drapeau de la Norvège Norvège[67] 4e 35 semaines Disque d'or Or[130]
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande[67] 2e 49 semaines Disque de platine Platine 5x[131]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas[67] 12e 42 semaines
Drapeau de la Pologne Pologne[132] 1er 37 semaines Disque de platine 3 × Platine[133]
Drapeau du Portugal Portugal[67] 3e 51 semaines Disque de platine Platine[134]
Drapeau de la République tchèque République tchèque[135] 2e 74 semaines
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[57] 1er 128 semaines Disque de platine Platine 4x[59]
Drapeau de la Russie Russie[136] 5e ~ 30 semaines Disque de platine Platine 4x[137]
Drapeau de la Suède Suède[67] 15e 52 semaines Disque d'or Or[138]
Drapeau de la Suisse Suisse[67] 1er 129 semaines Disque de platine Platine 4x[139]
Classement annuel[Note 4]
Pays Position Année Période
Drapeau de l'Allemagne Allemagne[140] 4e 2009 2009 - 2010
Drapeau de l'Australie Australie[141] 9e
Drapeau de l'Autriche Autriche[142] 2e
Drapeau de la Belgique Belgique (Fr)[143] 36e
Drapeau de la Belgique Belgique (Nl)[144] 8e
Drapeau du Canada Canada[145] 3e
Drapeau du Danemark Danemark[146] 10e
Drapeau des États-Unis États-Unis[147] 8e
Drapeau des États-Unis États-Unis (Dance/Electronic Albums)[148] 1er
Drapeau de l’Union européenne Union européenne[149] 1er
Drapeau de la France France[150] 22e
Drapeau de la Hongrie Hongrie[151] 6e
Drapeau de l'Irlande Irlande[152] 3e
Drapeau de l'Italie Italie[153] 82e
Drapeau du Japon Japon[154] 42e
Drapeau du Mexique Mexique[155] 10e
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande[156] 3e
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[157] 2e
Drapeau de la Suède Suède[158] 56e
Drapeau de la Suisse Suisse[159] 2e
Drapeau de l'Allemagne Allemagne[160] 3e 2010 2010 - 2011
Drapeau de l'Autriche Autriche[161] 1er
Drapeau des États-Unis États-Unis[162] 4e
Drapeau des États-Unis États-Unis (Dance/Electronic Albums)[163] 1er
Drapeau de l’Union européenne Union européenne[164] 1er
Drapeau de la Hongrie Hongrie[165] 3e
Drapeau du Japon Japon[166] 14e
Drapeau du Mexique Mexique[167] 5e
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[168] 3e
Drapeau de la Suisse Suisse[169] 1er
Classement décennal[Note 4]
Pays Position Décennie Période
Drapeau de l'Australie Australie[170] 89e 2000 2000 - 2010
Drapeau de l'Autriche Autriche[171] 2e
Drapeau des États-Unis États-Unis (Dance/Electronic Albums)[172] 3e

Successions[modifier | modifier le code]

Historique de sortie[modifier | modifier le code]

Pays Date Format Label
Drapeau du Canada Canada 19 août 2008[173] CD, LP, Téléchargement numérique Universal Music
Drapeau de l'Australie Australie 5 septembre 2008[174] CD, Téléchargement numérique (première édition)
28 octobre 2008[175] CD, Téléchargement numérique (seconde édition)
Drapeau des États-Unis États-Unis 28 octobre 2008[176] CD, LP, Téléchargement numérique Interscope, Streamline, Kon Live, Cherrytree
Drapeau de l'Italie Italie 31 octobre 2008[177] CD, Téléchargement numérique (première édition) Universal Music
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 2 décembre 2008[178] CD, Téléchargement numérique
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 12 janvier 2009[179],[180] Polydor
Drapeau de l'Italie Italie 30 janvier 2009[181] CD, Téléchargement numérique (seconde édition) Universal Music
Drapeau de l’Argentine Argentine 16 février 2009[182] CD
Drapeau de l'Espagne Espagne 24 février 2009[183] CD, Téléchargement numérique
Drapeau du Brésil Brésil 31 mars 2009[184] CD
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 4 mai 2009[185]
Drapeau du Japon Japon 20 mai 2009[186]
22 juillet 2009[187],[188],[189] CD + DVD
Drapeau de l'Australie Australie 11 juin 2010[190] USB Interscope, Streamline, Kon Live

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Faisant partis de la filiale arabe de l’Internationale Federation of the Phonographic Industry, les pays du Moyen-Orient, dont l’Arabie saoudite et le Liban, bénéficient d’un système de certification (disque d’or/platine) malgré l’absence d’un hit-parade national respectif.
  2. En Belgique française et néerlandaise, les certifications sont réunies bien que les classements soient divisés en deux parties.
  3. Le Dance/Electronic Albums est un classement américain, aussi connu sous le nom de Top Electronic Albums, qui compile chaque semaine les albums de genre dance ou électronique les plus vendus aux États-Unis.
  4. a et b Un classement de fin d'année est une addition des ventes de l'année entière. Il compile tous les achats numériques et physiques, en suivant les critères habituels, pour finalement en faire un palmarès des chansons les plus vendues de l'année. Toutefois, ces classements ne sont pas nécessairement présents dans tous les pays car ils nécessitent une certaine industrialisation. Similairement, des palmarès de décennie existent qui eux compilent les ventes d'une décennie entière.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Lady Gaga The Fame (Liner Notes) Interscope Records (2008). Consulté le 30 mai 2011
  2. (en) IBTimes Staff Reporter, « Lady Gaga Biopic: 5 Stars Who Could Play the Role [PHOTOS] », IBTimes.com,‎ 5 oct. 2011 (consulté le 25 décembre 2011)
  3. (en) Ian Young, « The real Brits Awards winners and losers », BBC, BBC Online,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Kim Sharon, « Lady Gaga: the future of pop? », The Times,‎ (lire en ligne)
  5. a, b, c, d, e et f (en) « Lady Gaga: Biography », LadyGaga.com,‎ (lire en ligne)
  6. a et b (en) Chris Harris, « Shes at number one and shes on our Spanking New for 09 list so we had a lil' chat with the Lady », MTV UK, MTV Networks,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « Interview: Lady Gaga », Artistdirect,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Austin Scaggs, « The "Just Dance" singer on leotards, the first lady and raunchy lyrics », Rolling Stone,‎ (ISSN 0035-791X, lire en ligne)
  9. (en) Ron Slomowicz, « Lady Gaga Interview », About.com,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Hollie McKay, « Lady Gaga Opens Up About Her Preference for Boys That Look Like Girls », Fox News Channel,‎ (lire en ligne)
  11. (en) « Lady GaGa Entertains Thousands At Palm Springs White Party », NBC Bay Area,‎ (lire en ligne)
  12. a et b (en) Chris Harris et Kim Stolz, « Lady GaGa Brings Her Artistic Vision Of Pop Music To New Album – And A New Kids Song », MTV Networks, MTV,‎ (lire en ligne)
  13. a et b (en) Thrills Adrian, « Why The World Is Going Gaga For Electro-pop Diva Stefani », Daily Mail, Associated Newspapers,‎ (lire en ligne)
  14. a et b (en) Bill Lamb, « Lady GaGa – "Poker Face" », About.com, The New York Times Company,‎ (lire en ligne)
  15. (en) « Lady Gaga – Money Honey – Digital Sheet Music », Musicnotes.com, Alfred Publishing,‎ (lire en ligne)
  16. a, b et c (en) Alexis Petridis, « Lady Gaga: The Fame », The Guardian, Guardian News and Media,‎ (lire en ligne)
  17. a, b, c et d (en) Evan Sawdey, « Lady GaGa The Fame », PopMatters,‎ (lire en ligne)
  18. a, b, c et d (en) Matthew Chisling, « Allmusic : The Fame - Lady Gaga », Allmusic,‎ (lire en ligne)
  19. a, b, c et d (en) Freedom du Lac, « 'Fame' Isn't Worth Getting GaGa Over », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  20. (en) Beysil Kim, « Lady Gaga's Hot Secret », Daily Star, Northern & Shell,‎ (lire en ligne)
  21. (en) Fraser McAlpine, « Lady GaGa – 'Poker Face' », BBC, BBC Online,‎ (lire en ligne)
  22. a et b (en) Genevieve Koski, « Lady Gaga:The Fame », The A. V. Club, The Onion, Inc.,‎ (lire en ligne)
  23. (en) Daily Mail Reporter, « It's kisses all round as Lady GaGa gets affectionate with men AND women in risqué new video », Daily Mail, Associated Newspapers,‎ (lire en ligne)
  24. (en) Ben Norman, « Lady Gaga – 'The Fame' », About.com, The New York Times Company,‎ (lire en ligne)
  25. a et b (en) Erika Hobart, « Some Like It Pop », New Times Broward-Palm Beach, Village Voice Media,‎ (lire en ligne)
  26. a et b (en) Talia Kraines, « Lady GaGa The Fame Review », BBC, BBC Online,‎ (lire en ligne)
  27. a et b (en) Sarah Rodman, « Lady Gaga: The Fame », The Boston Globe, The New York Times Company,‎ (lire en ligne)
  28. a et b (en) Mikael Wood, « The Fame – Music Review », Entertainment Weekly, Time Inc.,‎ (lire en ligne)
  29. a et b (en) Daniel Brockman, « Lady Gaga – The Fame », The Phoenix, Phoenix Media/Communications Group,‎ (lire en ligne)
  30. a et b (en) Sal Cinquemani, « Lady Gaga: The Fame », Slant Magazine,‎ (lire en ligne)
  31. a et b (en) Nicole Powers, « URB Magazine :: Reviews :: - Lady Gaga », URB, NativeSon Media,‎ (lire en ligne)
  32. (en) « Metacritic review of The Fame », Metacritic,‎ (lire en ligne)
  33. (en) Joey Guerra, « Bringing real dance music to the masses », Houston Chronicle, Hearst Corporation,‎ (lire en ligne)
  34. (en) Robert Christgau, « The Fame by Lady Gaga », Robert Christgau,‎ (lire en ligne)
  35. a, b et c (en) « 52nd Grammy Awards Nominations », National Academy of Recording Arts and Sciences,‎ (lire en ligne)
  36. (en) Ayala-Ben Yehuda, « Taylor Swift, Lady Gaga Win Early Grammys », Billboard, Nielsen Business Media, Inc,‎ (lire en ligne)
  37. (en) « The Billboard 200: Week Ending November 15, 2008 », Billboard, Nielsen Business Media, Inc,‎ (lire en ligne)
  38. (en) Gil Kauffman, « Lady Gaga Took A Fast Track To Fame And The Grammys », MTV Networks, MTV,‎ (lire en ligne)
  39. (en) Katie Hasty, « Taylor Swift Remains Atop Billboard 200 », Billboard, Nielsen Business Media, Inc,‎ (lire en ligne)
  40. (en) Katie Hasty, « U2 Scores Seventh No. 1 On Billboard 200 », Billboard, Nielsen Business Media Inc.,‎ (lire en ligne)
  41. (en) « Weekly Chart Notes: Lady Gaga, 'Glee' Cast, Billy Joel », Billboard, Nielsen Business Media, Inc,‎ (lire en ligne)
  42. (en) « Lady Gaga – The Fame – RIAA certification », Recording Industry Association of America,‎ (lire en ligne)
  43. (en) Paul Grein, « Week Ending Nov. 29, 2009: Women Take Charge », Yahoo!,‎ (lire en ligne)
  44. (en) Keith Caulfield, « Susan Boyle Extends Run Atop Billboard 200 », Billboard, Nielsen Business Media, Inc,‎ (lire en ligne)
  45. (en) Ray Waddell, « Lady Gaga's Monster Ball Tour Breaks Record for Debut Headlining Artist », Billboard, Prometheus Global Media,‎ (lire en ligne)
  46. (en) « The Nielsen Company & Billboard’s 2010 Music Industry Report », Business Wire,‎ (lire en ligne)
  47. (en) Glenn Peoples, « Lady Gaga's 'Born This Way' Sets One-Week Digital Sales Record », Billboard, Prometheus Global Media,‎ (lire en ligne)
  48. a et b (en) John Williams, « Lady GaGa's 'Fame' rises to No. 1 », Jam!, Canadian Online Explorer,‎ (lire en ligne)
  49. a et b (en) « CRIA – Gold & Platinum certifications – October 2010 », Canadian Recording Industry Association,‎ (lire en ligne)
  50. (en) Nielsen Reporter, « The Nielsen Company and Billboard’s 2009 Canadian Industry Report », Business Wire,‎ (lire en ligne)
  51. (en) « New Zealand Albums Top 40 », Recording Industry Association of New Zealand, acharts.us,‎ (lire en ligne)
  52. (en) « New Zealand Top 40 Albums (Chart #1668) », Recording Industry Association of New Zealand, RIANZ.org.nz,‎ (lire en ligne)
  53. (en) « Australia Albums Top 50 », Australian Recording Industry Association, acharts.us,‎ (lire en ligne)
  54. (en) « Australia Albums Top 50 », Australian Recording Industry Association,‎ (lire en ligne)
  55. a et b (en) « ARIA Charts – Accreditations – 2009 Albums », Australian Recording Industry Association,‎ (lire en ligne)
  56. (en) « UK Albums Chart of 18/01/09 », The Official Charts Company, acharts.us,‎ (lire en ligne)
  57. a et b (en) « UK Albums Chart of 05/04/09 », The Official Charts Company, acharts.us,‎ (lire en ligne)
  58. (en) « UK Albums Chart of 03/05/09 », The Official Charts Company, acharts.us,‎ (lire en ligne)
  59. a et b (en) « Lady Gaga Certifications », British Phonographic Industry,‎ (lire en ligne)
  60. (en) Alan Jones, « Lady Gaga Tops UK Albums Chart For The Third Time », Music Week,‎ (lire en ligne)
  61. (en) « Lady Gaga sets platinum record for digital », Official Charts Company,‎ (lire en ligne)
  62. (en) « Irish Albums Chart of 15/01/09 », Irish Recorded Music Association, acharts.us,‎ (lire en ligne)
  63. a et b (en) « Irish Albums Chart of 12/02/09 », Irish Recorded Music Association, aCharts.us,‎ (lire en ligne)
  64. a et b (en) Paul Sexton, « Lady GaGa Scores Euro Chart Double », Billboard, Nielsen Business Media, Inc.,‎ (lire en ligne)
  65. (en) « Austrian Albums Chart of 25/03/09 », International Federation of the Phonographic Industry, aCharts.us,‎ (lire en ligne)
  66. a et b (de) MC Reporter, « Lady Gaga an der Spitze der Album-Charts », Media Control Charts,‎ (lire en ligne)
  67. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r (fr) « Lady Gaga – The Fame (Album) », Ultratop, Hung Medien,‎ (lire en ligne)
  68. (en) « Lady Gaga Opens Up », CBS News, CBS Interactive Inc,‎ (lire en ligne)
  69. (en) « Lady Gaga Swaps Music for Guest Editing at Metro », Billboard,‎ (lire en ligne)
  70. (en) « iTunes release of Just Dance », iTunes,‎ (lire en ligne)
  71. (en) Jonathan Cohen, « Lady GaGa Dances To The Top Of Hot 100 », Billboard, Nielsen Business Media Inc.,‎ (lire en ligne)
  72. (en) « Australian ARIA Singles Chart », Australian Recording Industry Association, aCharts.us,‎ (lire en ligne)
  73. (en) « Canadian Hot 100 », Billboard, aCharts.us,‎ (lire en ligne)
  74. (en) « UK Singles Chart », The Official Charts Company,‎ (lire en ligne)
  75. (en) « Lady Gaga – "Just Dance" on world charts », aCharts.us,‎ (lire en ligne)
  76. (en) Chris Harris, « Lil Wayne, Coldplay Lead Grammy Nominations », MTV Networks, MTV,‎ (lire en ligne)
  77. (en) Chris Williams, « Single Reviews: Poker Face », Billboard, Nielsen Business Media Inc.,‎ (lire en ligne)
  78. (en) Silvio Pietroluongo, « Lady GaGa Draws A Pair Of No. 1s », Billboard, Nielsen Business Media, Inc.,‎ (lire en ligne)
  79. (en) Ayala Ben-Yehuda, « Lady GaGa Scores Hot 100 Milestone With 'Poker Face' », Billboard, Nielsen Business Media, Inc.,‎ (lire en ligne)
  80. (en) « Lady Gaga – "Poker Face" on world charts », aCharts.us,‎ (lire en ligne)
  81. a et b (en) « Lady Gaga – "Eh, Eh (Nothing Else I Can Say)" on world charts », aCharts.us,‎ (lire en ligne)
  82. (en) Ayala Ben-Yehuda, « Lady GaGa Takes Two Top 10 Spots On Billboard's Hot 100 », Billboard, Nielsen Business Media, Inc,‎ (lire en ligne)
  83. (en) « Lady Gaga – "LoveGame" on world charts », aCharts.us,‎ (lire en ligne)
  84. (en) Paul Sexton, « Green Day Rises To European Chart Summit », Billboard, Nielsen Business Media, Inc,‎ (lire en ligne)
  85. (en) « Lady Gaga – "Paparazzi" on world charts », aCharts.us,‎ (lire en ligne)
  86. (en) Gil Kaufman, « Lady Gaga Angry That Epic 'Paparazzi' Video Leaked », MTV Networks, MTV,‎ (lire en ligne)
  87. (en) « Lady Gaga "Just Dance" », NewNowNext Awards,‎ (lire en ligne)
  88. (en) « Lady Gaga performs Just Dance », So You Think You Can Dance, Interscope Records,‎ (lire en ligne)
  89. (en) « Jummy Kimmel Live: Lady Gaga », PopCrunch, Jimmy Kimmel Live!,‎ (lire en ligne)
  90. (en) « The Tonight Show: Lady Gaga », The Tonight Show,‎ (lire en ligne)
  91. (en) Ryan Kroft, « Close Your Mouth: She's No Joke. Lady Gaga Outshines Miss Universe! », MTV Networks, MTV,‎ (lire en ligne)
  92. (en) « Tubridy Tonight – Saturday, 31 January 2009 », Tubridy Tonight,‎ (lire en ligne)
  93. (en) « Gossip Girl Music | Season 2 – Episode 1 », CW,‎ (lire en ligne)
  94. (en) « Gossip Girl Music | Season 2 – Episode 5 », CW,‎ (lire en ligne)
  95. (en) « Gossip Girl Music | Season 2 – Episode 20 », CW,‎ (lire en ligne)
  96. (en) Gil Kaufman, « Lady Gaga Shows Her Flashiest 'Poker Face' On 'American Idol' », MTV Networks,‎ (lire en ligne)
  97. (en) « Music video of Beautiful, Dirty, Rich », MSN,‎ (lire en ligne)
  98. (en) « Beautiful, Dirty, Rich – Music Video », LadyGaga.com,‎ (lire en ligne)
  99. (en) « Beautiful, Dirty, Rich on the UK Singles Chart », The Official Charts Company, Chartstats,‎ (lire en ligne)
  100. (en) James Montgomery, « Lady Gaga Promises 'Life-Changing Experience' With Fame Ball Tour », MTV Networks, MTV,‎ (lire en ligne)
  101. (en) Gary Graff, « Lady GaGa Ready To Go For Headlining Tour », Billboard,‎ (lire en ligne)
  102. (en) Sean Piccoli, « Lady Gaga's larger-than-life stage show shrinks without a band », South Florida Sun-Sentinel, Tribune Company,‎ (lire en ligne)
  103. (en) Jason Gregory, « Lady GaGa Gets Wrapped In Bubbles On US Tour », Giant Digital, Gigwise.com,‎ (lire en ligne)
  104. (en) Whitney Pastorek, « Lady GaGa live in L.A », Entertainment Weekly, Time Inc.,‎ (lire en ligne)
  105. (en) Jocelyn Vena, « Lady Gaga Is 'Honoring' Fans With Cheaper Fame Monster », MTV Networks, MTV,‎ (lire en ligne)
  106. (en) Press Release, « Lady Gaga Returns With 8 New Songs on 'The Fame Monster' », Yahoo! Finance, Yahoo!,‎ (lire en ligne)
  107. (en) Simon Price, « Album: Lady Gaga, The Fame Monster (Polydor) », The Independent, Independent News & Media,‎ (lire en ligne)
  108. (en) Monica Herrera, « Lady Gaga Announces 'The Monster Ball' », Billboard, Nielsen Business Media, Inc,‎ (lire en ligne)
  109. (de) « Gold/Platin–Datenbank [Gold/Platinum Database] », Bundesverband Musikindustrie, IFPI,‎ (lire en ligne)
  110. a et b (en) « IFPI Middle East Awards – 2010 », International Federation of the Phonographic Industry,‎ (lire en ligne)
  111. (de) « IFPI Austria – Gold & Platin Datenbank », International Federation of the Phonographic Industry,‎ (lire en ligne)
  112. (nl) « Gold and Platinum – Albums −2009 », International Federation of the Phonographic Industry, Ultratop 50,‎ (lire en ligne)
  113. (pt) « CD – TOP 20 Semanal de 11/07/10 », Associação Brasileira dos Produtores de Discos,‎ (lire en ligne)
  114. (pt) « Lady Gaga Certificados », Associação Brasileira dos Produtores de Discos,‎ (lire en ligne)
  115. a, b et c (en) « allmusic ((( The Fame > Charts & Awards > Billboard Albums ))) », Allmusic, Rovi Corporation,‎ (lire en ligne)
  116. (da) « Album Top 40 23.10.2009 », International Federation of the Phonographic Industry,‎ (lire en ligne)
  117. (es) « PROMUSICAE Top 100 Albumes – 34/2010 », Productores de Música de España,‎ (lire en ligne)
  118. (en) « RIAA Certifications Search », Recording Industry Association of America, RIAA,‎ (lire en ligne)
  119. (en) « IFPI Platinum Europe Awards – Q4 2010 », International Federation of the Phonographic Industry,‎ (lire en ligne)
  120. (fi) « Finnish Certification », International Federation of the Phonographic Industry,‎ (lire en ligne)
  121. (fr) « Albums : Certifications : Diamant – Année 2010 », Syndicat National de l'Édition Phonographique,‎ (lire en ligne)
  122. (el) « Top 75 Aλμπουμ - Werk 2010_44 », IFPI Greece,‎ (lire en ligne)
  123. (hu) « Hungarian Albums Chart », Mahasz,‎ (lire en ligne)
  124. (hu) « Hungarian Top 40 – Certification », Mahasz,‎ (lire en ligne)
  125. (en) « Irish Multi-Platinum albums », Irish Recorded Music Association,‎ (lire en ligne)
  126. (it) « Gfk – Certificano – Albums », Federation of the Italian Music Industry,‎ (lire en ligne)
  127. (ja) « Japanese Oricon Top 30 Albums », Oricon,‎ (lire en ligne)
  128. (ja) « ゴールド等認定作品一覧 2010年8月 », Recording Industry Association of Japan,‎ (lire en ligne)
  129. (es) « Platinum + Gold disc certifications », Asociación Mexicana de Productores de Fonogramas y Videogramas,‎ (lire en ligne)
  130. (no) « Gold disc certifications », International Federation of the Phonographic Industry,‎ (lire en ligne)
  131. (en) « Latest Gold / Platinum Albums », RIANZ,‎ (lire en ligne)
  132. (pl) « Oficjalna Lista Sprzedazy », Polish Music Charts,‎ (lire en ligne)
  133. (pl) « Polish Society of the Phonographic Industry – Platinum albums », Związek Producentów Audio Video,‎ (lire en ligne)
  134. (pt) « AFP – Galardões 2010 », Associação Fonográfica Portuguesa,‎ (lire en ligne)
  135. (cs) « TOP50 Prodejní », International Federation of the Phonographic Industry,‎ (lire en ligne)
  136. (ru) « Российский чарт продаж: Depeche Mode », IFPI, 2m-online.ru,‎ (lire en ligne)
  137. (ru) « Gold and Platinum Albums in Russia – 2008 », IFPI, 2M,‎ (lire en ligne)
  138. (sv) « IFPI Sweden – Guld & Platina – År 2009 », International Federation of the Phonographic Industry,‎ (lire en ligne)
  139. (de) « Swiss Music Charts – The Fame », Swiss Music Charts,‎ (lire en ligne)
  140. (de) « German Album Jahrescharts 2009 », MTV Networks, MTV,‎ (lire en ligne)
  141. (en) « ARIA Top 100 Albums 2009 », Australian Recording Industry Association,‎ (lire en ligne)
  142. (de) « Jahreshitparade 2009 », Hitradio Ö3, Hung Medien,‎ (lire en ligne)
  143. (fr) « Rapports annuels 2009 », Ultratop, Hung Medien,‎ (lire en ligne)
  144. (nl) « Jaaroverzichten 2009 », Ultratop, Hung Medien,‎ (lire en ligne)
  145. (en) « Charts Year End 2009: Canadian Albums Chart », Billboard, Nielsen Business Media, Inc,‎ (lire en ligne)
  146. (da) « Danish 2009 Year-end list », International Federation of the Phonographic Industry,‎ (lire en ligne)
  147. (en) « Charts Year End: The Billboard 200 », Billboard, Nielsen Business Media, Inc,‎ (lire en ligne)
  148. (en) « Best of 2009: Top Dance/Electronic 200 », Billboard,‎ (lire en ligne)
  149. (en) « Charts Year End: European Top 100 Albums », Billboard, Nielsen Business Media, Inc,‎ (lire en ligne)
  150. (fr) « Best selling physical albums in 2009 in France », Syndicat National de l'Édition Phonographique,‎ (lire en ligne)
  151. (hu) « Best selling albums in 2009 of Hungary », Mahasz,‎ (lire en ligne)
  152. (en) « Top 20 Albums », Irish Recorded Music Association,‎ (lire en ligne)
  153. (it) « Classifiche annuali dei cd, dvd, compilation più venduti e digital download più scaricati online nel 2009 », Federation of the Italian Music Industry,‎ (lire en ligne)
  154. (ja) « アルバム 年間ランキング-ORICON STYLE ランキング », Oricon,‎ (lire en ligne)
  155. (es) « Charts Year End: AMPROFON », Asociación Mexicana de Productores de Fonogramas y Videogramas,‎ (lire en ligne)
  156. (en) « 2009 Annual Albums Chart », Recording Industry Association of New Zealand,‎ (lire en ligne)
  157. (en) Paul Sexton, « Susan Boyle Tops Lady Gaga In 2009 UK Sales Race », Billboard, Nielsen Business Media, Inc,‎ (lire en ligne)
  158. (sv) « Årslista Albums – År 2009 », Swedish Recording Industry Association,‎ (lire en ligne)
  159. (de) « Swiss Year-End Charts 2009 », Media Control, Hung Medien,‎ (lire en ligne)
  160. (de) « VIVA Album Jahrescharts 2010 - 2010 », Viva,‎ (lire en ligne)
  161. (de) « Jahreshitparade 2010 », Hitradio Ö3, Hung Medien,‎ (lire en ligne)
  162. (en) « Best of 2010: Top Billboard 200 », Billboard,‎ (lire en ligne)
  163. (en) « Best of 2010: Top Dance/Electronic 200 », Billboard,‎ (lire en ligne)
  164. (en) « Charts Year End: European Top 100 Albums », Billboard, Nielsen Business Media, Inc,‎ (lire en ligne)
  165. (hu) « Best selling albums in 2010 of Hungary », Mahasz,‎ (lire en ligne)
  166. (ja) « アルバム 年間ランキング-ORICON STYLE ランキング », Oricon,‎ (lire en ligne)
  167. (es) « Charts Year End: AMPROFON », Asociación Mexicana de Productores de Fonogramas y Videogramas,‎ (lire en ligne)
  168. (en) « UK Year-End Charts 2010 », The Official Charts Company, ChartsPlus,‎ (lire en ligne)
  169. (de) « Swiss Year-End Charts 2010 », Hung Medien,‎ (lire en ligne)
  170. (en) « ARIA Chart Sales – ARIA End of Decade Albums/Top 100 », Australian Recording Industry Association,‎ (lire en ligne)
  171. (de) « Bestenlisten – 00er Albums », Ö3 Austria Top 40, Hung Medien,‎ (lire en ligne)
  172. (en) « 2000s Dance/Electronic Decade End Chart », Billboard, Nielsen Business Media, Inc,‎ (lire en ligne)
  173. (en) « FAME by LADY GAGA », HMV Canada,‎ (lire en ligne)
  174. (en) « The FAME – Lady Gaga – Australian release », JBHiFi,‎ (lire en ligne)
  175. (en) « The FAME – Lady Gaga – Australian international release », JBHiFi,‎ (lire en ligne)
  176. (en) « Amazon ; The Fame », Amazon.com,‎ (lire en ligne)
  177. (it) « Italy Standard Edition release », IBS,‎ (lire en ligne)
  178. (de) « Lady Gaga – The Fame », Universal Music Germany,‎ (lire en ligne)
  179. (en) « The Fame – UK iTunes release », iTunes,‎ (lire en ligne)
  180. (en) « The Fame – UK CD release », HMV UK,‎ (lire en ligne)
  181. (en) « Italy International Edition release », IBS,‎ (lire en ligne)
  182. (es) « The Fame – Argentina release », Musimondo,‎ (lire en ligne)
  183. (es) « The Fame – Spain release », 7digital Spain,‎ (lire en ligne)
  184. (pt) « Lady Gaga: The Fame », Saraiva.com.br,‎ (lire en ligne)
  185. (zh) « Lady Gaga: The Fame », Amazon.cn,‎ (lire en ligne)
  186. (ja) « The Fame – Lady Gaga », Universal Music Japan,‎ (lire en ligne)
  187. (ja) « Fame(+DVD, Limited, Special Edition (Deluxe)) », HMV,‎ (lire en ligne)
  188. (ja) « Amazon JP - The Fame-Deluxe Edition-(+DVD) », Amazon.co.jp,‎ (lire en ligne)
  189. (ja) « The Fame Deluxe Edition [w/ DVD, Limited Release] », CDJapan.co.jp, Neowing,‎ (lire en ligne)
  190. (en) « The Fame (USB) », Lady Gaga.com.au,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]