Sade Adu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sade (groupe).
Sade Adu
Description de cette image, également commentée ci-après

Sade en Allemagne en 2011.

Informations générales
Surnom Sade
Nom de naissance Helen Folasade Adu
Naissance (57 ans)
Ibadan, Nigeria
Activité principale Arrangeur
Auteur-compositrice-interprète
Réalisatrice artistique
Genre musical Jazz
Quiet storm
R&B
Soft rock
Soul
Smooth jazz
Années actives Depuis 1980
Labels Portrait/CBS Records
Epic/Sony Music Records
Influences Aretha Franklin
Marvin Gaye
Astrud Gilberto
Al Green
Billie Holiday
Julie London
Curtis Mayfield
Nina Simone
Site officiel Sade.com

Sade Adu, de son véritable nom Helen Folasade Adu, est une auteur-compositrice-interprète de musique soul et jazz naturalisée britannique, née le à Ibadan au Nigeria[1],[2],[3]. Elle fait partie du groupe Sade depuis 1983.

Son œuvre est associée aux courants du smooth jazz et du jazz vocal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Helen Folasade Adu, alias Sade, naît le 16 janvier 1959 à Ibadan au Nigeria de Bisi Adu (nigérian) et de Anne Hayes (britannique). Son nom Sade signifie « couronnée de Gloire ». Elle a 3 ans quand ses parents se séparent et que sa mère quitte le Nigeria avec ses deux enfants pour s'installer à Colchester (Essex), près de Londres[4].

Fière de ses origines africaines, elle se passionne pour la musique afro-américaine. Ses idoles et ses influences artistiques et musicales sont Aretha Franklin, Marvin Gaye, Al Green, Billie Holiday, Julie London , Curtis Mayfield et Nina Simone.

Passionnée de dessin, d'art et de mode, elle quitte le cocon familial à 17 ans pour s'installer dans le quartier de Camden Town de Londres. Elle suit les cours du Central Saint Martins College of Art and Design où elle étudie la mode pour devenir styliste pour homme et devient mannequin et créatrice de mode. Parallèlement à sa carrière de styliste, elle accepte en 1980 de suivre des amis qui ont monté le groupe funk-latino Arriva et qui cherchent désespérément une chanteuse.

En mai 1981, elle participe à l'Axiom Show de New York où elle présente ses créations de mode. Elle y rencontre trois personnes capitales pour sa carrière : sa secrétaire particulière Rhonda Paster, sa photographe et consœur du Saint Martins College of Art, Melissa Caplan, et le journaliste Robert Elms.

De retour à Londres, elle rejoint le groupe Funk Pride comme choriste. Elle y rencontre son futur guitariste/saxophoniste Stuart Matthewman et son futur bassiste Paul Denman. Elle compose alors ses premiers morceaux qu'elle interprète, avec quelques standards de jazz (Cry Me a River ou Why Can't We Live Together), en première partie de Pride.

Le trio constitué de Sade Adu, Stuart Matthewman et Paul Denman recrute en 1983 le joueur de clavier Andrew Hale et lance le groupe Sade, qui porte le prénom de la chanteuse, et signe un contrat avec le label Epic Records.

À 24 ans, Sade imprime sa marque à son groupe avec ses propres compositions et un son novateur inspiré de la soul et du rhythm and blues. Le premier album du groupe, Diamond Life, entre dans le Top Ten britannique, dopé par les singles Smooth Operator[5] et Hang on to your love. En France, Le grand public la découvre dans Les Enfants du Rock qui lui consacre une émission spéciale produite et présentée par Childéric Muller. Salué par le public et les critiques, le groupe reçoit le Grammy Award de la révélation de l'année 1984.

En 1985, Sade enregistre l'album Promise avec les singles Is It A Crime, Never As Good As The First Time et The Sweetest Taboo. Le groupe remporte l'an suivant le Grammy Award du meilleur nouvel artiste de l'année 1986 puis signe son troisième album en 1988, Stronger Than Pride, avec les titres Paradise et Keep Looking. Après quatre ans d'absence, elle réapparaît en 1992 avec l'album Love Deluxe qui contient les hits No Ordinary Love, Feel No Pain et Pearls[6]. Elle marque alors une pause dans sa carrière pour se consacrer pleinement à son couple et à son enfant. Son Best of, The Best of Sade, paru en 1994, se vend à 4 millions d'exemplaires dans le monde.

Après quasiment huit ans de silence et une semi-retraite en Espagne, Sade revient en 2000 avec un nouvel album, Lovers Rock. Ses musiciens Stuart Matthewman, Paul Denman et Andrew Hale ont participé entre-temps à d'autres aventures musicales. Deux ans plus tard, Sade sort un album et un DVD live, Lovers Live.

Avec 50 millions d'albums vendus, son groupe fait partie du Top 100 des meilleures ventes d'albums dans le monde. Paradoxalement, Sade Adu cultive la discrétion et n'apparaît que très peu à la une des journaux ou sur les écrans de télévision (« Je ne suis pas solitaire, mais je préfère passer du temps avec les gens qu'avec les journalistes » ; « Je n'aime pas les interviews, c'est comme raconter sa vie à quelqu'un d'inconnu dans un bus »). Elle passe son temps avec ses amis, sa famille, son enfant, et se tient à l'écart du show-business.

Après une absence de neuf ans, Sade revient en 2009 avec l'album Soldier of Love[7],[8],[9].

Membres du groupe Sade[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studios[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Albums de remixes[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Concerts en DVD[modifier | modifier le code]

  • 2000 : Life promise pride love
  • 2000 : Sade Live
  • 2002 : Lovers live
  • 2012 : Bring me home - Live 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Site officiel Sade
  2. (en)« Sade », sur IMDb
  3. Pierre De Boishue, « Sade », sur Le Figaro.fr,‎
  4. Sébastien Catroux, « Sade, chanteuse chic et rare », sur Le Figaro.fr,‎
  5. Marine Normand, « Morceau Classique : “Smooth Operator” de Sade (1984) », sur Les Inrocks,‎
  6. Gilles Médioni, « Sade, fille de l'ère », sur L'Express,‎
  7. Benjamin Locoge, « Sade se la coule douce », sur Paris Match,‎
  8. Pierre De Boishue, « Le retour réussi de Sade », sur Le Figaro.fr,‎
  9. « Sade fait son come back! », sur Marie Claire

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :