Tribune Company

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tribune Company
Image illustrative de l'article Tribune Company

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société par actionsVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Drapeau des États-Unis 435 North Michigan Avenue Chicago États-UnisVoir et modifier les données sur Wikidata
Effectif 14 360Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.tribune.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Tribune Company est un conglomérat de médias américain fondé en 1847 et dont le siège social est situé à Chicago dans l'Illinois. Par le chiffre d'affaires, c'est le second groupe de presse écrite du pays, régissant entre autres le Los Angeles Times, le Chicago Tribune, Newsday, The Hartford Courant, l'Orlando Sentinel, Hoy, le Chicago Magazine et le Baltimore Sun. Il possède également des stations de radio (WGN) et des chaînes de télévision comme Chicagoland Television.

La filiale californienne de Tribune, Tribune Entertainment, produit les séries télévisées Andromeda, Mutant X, BeastMaster, le dernier des survivants et Invasion planète Terre, et le jeu télévisé Family Feud.

Activités[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2008 et en 2009, la Tribune Company a de la difficulté à respecter les paiements de sa dette de 13 milliards USD, la plupart de ce montant provenant de sa tentative, en 2007, de devenir une société privée et de la chute des revenus publicitaires des journaux. Pour parvenir à se rétablir financièrement, la société prévoit et a déjà effectué des mises à pied dans les journaux. De plus, elle envisage de vendre Newsday, le club de baseball Chicago Cubs et son stade, le Wrigley Field. Elle envisagerait de céder la Tribune Tower à Chicago et le Times Mirror Square, un complexe immobilier d'affaires[1]. À la fin de l'année 2008, elle a embauché des conseillers pour éviter la faillite[2]. Le 8 décembre 2008, elle s'est mise sous la protection de la loi sur les faillites des États-Unis[3],[4],[5]. La dette a été restructurée par le fond Aurelius Capital Management.

En avril 2016, Gannett annonce avoir fait une offre non-sollicitée de 815 millions de dollars sur Tribune Company[6], face au refus de ce dernier de coopérer, Ganette monte son offre à 864 millions de dollars[7]. Cette opération est abandonnée en novembre 2016, suite aux mauvais résultats financiers de Gannett[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Tribune to Explore Strategic Options for Tribune Tower and Times Mirror Square », Tribune Company, (consulté le 20 février 2009)
  2. (en) Michael J. de la Merced, Richard Pérez-Peña et Andrew Ross Sorkin, « Tribune Hires Advisers to Try Staving Off Bankruptcy », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  3. (en) John Garcia, « Tribune Co. to publish papers despite bankruptcy filing », ABC News,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Tribune Company to Voluntarily Restructure Debt Under Chapter 11 », Tribune Company, (consulté le 20 février 2009)
  5. The Associated Press, « Les médias américains sont mis au régime sec », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  6. Gannett bids on Tribune Publishing, wants an answer, Liana Baker et Sai Sachin, Reuters, 25 avril 2016
  7. Gannett raises Tribune offer to about $864 million including debt, Reuters, 16 mai 2016
  8. Echec du mariage entre le « Los Angeles Times », le « Chicago Tribune » et « USA Today », Stéphane Lauer, Le Monde, 1er novembre 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]