Tennessee Valley Authority

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir TVA.
Barrage de Fontana, en Caroline du Nord, a été construit par la TVA.
Le chantier de construction du Barrage Douglas en juin 1942.

La Tennessee Valley Authority (TVA) est une entreprise américaine chargée de la navigation, du contrôle des crues, de la production d'électricité et du développement économique de la vallée du Tennessee.

Créée en 1933, son territoire couvre la plus grande partie du Tennessee, de grandes portions de l'Alabama et du Mississippi, et certaines régions de la Géorgie, du Kentucky, de la Caroline du Nord et de la Virginie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début des années 1930, la vallée du Tennessee était une région misérable : le chômage était très élevé, et les agriculteurs gagnaient peu, car les sols étaient épuisés et érodés par une culture et une exploitation forestière trop intensives.

La TVA fut créée le 18 mai 1933 par le président Franklin Delano Roosevelt, dans le cadre du New Deal. Son rôle était multiple : produire de l'électricité et assurer la navigabilité du fleuve de façon à attirer les industries (notamment les industries de transformation d'alumine pour l'entreprise Alcoa), restaurer l'équilibre écologique de la vallée, améliorer la productivité agricole, etc. De plus, ce projet nécessitait une importante main d'œuvre, d'où un impact très bénéfique sur l'emploi.

De nombreux barrages hydroélectriques furent construits sur le Tennessee dans les années 1930 et 1940, l'effort de guerre augmentant la demande en énergie. À la fin de la guerre, la TVA était le premier producteur d'électricité du pays. 1 050 km de voies navigables avaient été aménagées sur le Tennessee. Les forêts avaient été replantées ; les méthodes de culture s'étaient améliorées.

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950 et 1960, la TVA diversifia sa production d'électricité pour faire face à une importante croissance économique dans la vallée : elle construisit des centrales thermiques au charbon, puis des centrales nucléaires : Browns Ferry, Sequoyah et Watts Bar.

Dans les années 1970 et 1980, les prix de l'électricité furent multipliés par cinq suite aux chocs pétroliers. La TVA s'engagea dans des programmes de réduction des coûts et d'économies d'énergie. Depuis, la réduction des coûts et la réduction de la pollution sont au centre des préoccupations de la TVA.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

En 2004, sa production est composée de 17 centrales thermiques (11 au charbon et 6 au gaz), 29 barrages hydroélectriques, de 3 centrales nucléaires et de quelques unités de productions solaires et éoliennes.

A la suite d'un procès intenté par l'Environmental Protection Agency (EPA), assistée par quatre États (Alabama, Kentucky, Caroline du Nord et Tennessee) et trois ONG (National Parks Conservation Association (en), Our Children's Earth Foundation et Sierra Club), la TVA a accepté en 2011 un accord conduisant à la fermeture de 18 réacteurs d'usines à charbon (dont les six de la centrale de Widows Creek, en Alabama, qui devraient être reconvertis en un data center par Google) et à l'installation de dispositifs de réduction catalytique sélective sur d'autres réacteurs [1]. Une amende de dix millions de dollars a également été versée [1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Tennessee Valley Authority to Close 18 Coal-Fired Generating Units, Environment News Service, 24 avril 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]