Centrale nucléaire de San Onofre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir San Onofre.
Centrale nucléaire de San Onofre
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de San Onofre
Administration
Pays États-Unis
Californie
San Diego
Coordonnées 33° 22′ 08″ N 117° 33′ 18″ O / 33.36888889, -117.555 ()33° 22′ 08″ Nord 117° 33′ 18″ Ouest / 33.36888889, -117.555 ()  
Opérateur Southern California Edison
Date de mise en service 1968 - 1983 - 1984
Statut À l'arrêt
Réacteurs
Fournisseurs Westinghouse & Combustion Engineering
Type Réacteur à eau pressurisée
Réacteurs actifs 0
Puissance nominale 0 MW
Production d’électricité
Production annuelle d'électricité 0 GW·h
Divers
Architecte Bechtel

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Centrale nucléaire de San Onofre

Géolocalisation sur la carte : Californie

(Voir situation sur carte : Californie)
Centrale nucléaire de San Onofre

La Centrale nucléaire de San Onofre est à l'arrêt depuis janvier 2012, elle est située sur la côte Pacifique de la Californie entre Los Angeles et San Diego.
Elle occupe un terrain de 0,34 km² juste au sud de San Clemente et au nord-ouest du comté de San Diego. Elle est entourée par le Parc national de San Onofre. De nombreuses manifestations antinucléaires se sont déroulées sur le site de San Onofre.

La centrale était considérée comme l'une des plus dangereuses au monde en raison du risque sismique : plusieurs failles géologiques actives se trouvent à proximité, dont la célèbre Faille de San Andreas qui provoque des séismes très importants et dévastateurs en Californie. Environ 7,4 millions de personnes vivent à moins de 80km de la centrale[1], en majorité dans les villes de Los Angeles et San Diego[2]

En juin 2013, l'exploitant Edison a annoncé que la centrale ne serait plus redémarrée car "les experts ont estimé qu'ils ne pouvaient pas résoudre les problèmes rapidement ou dans leur ensemble"[3].

Description[modifier | modifier le code]

La centrale est équipée de trois réacteurs à l'arrêt :

  • San Onofre 1 : exploité de 1967 à 1992.

C'était un réacteur Westinghouse de première génération qui a été arrêté après 25 ans de service.

  • San Onofre 2 : 1172 MWe, exploité de 1982 à 2012.
  • San Onofre 3 : 1178 MWe, expoité de 1983 à 2012.

Ces réacteurs 2 et 3 sont des réacteurs à eau pressurisée (REP) construits par Combustion Engineering.
Le site était exploité par la compagnie Southern California Edison filiale de Edison International, qui est propriétaire de 75 % de l'investissement. Les autres participations concernent :

La centrale a produit jusqu'à 20 % des besoins du sud de la Californie.

Risque sismique[modifier | modifier le code]

Selon l'exploitant, la centrale est construite pour résister à un séisme de magnitude 7,0 dont l'épicentre serait localisé sous la centrale[4].

Incidents[modifier | modifier le code]

En 2010, 58 incidents ont été déclarés par les employés ou les sous-traitants travaillant à San Onofre, contre 5 pour l'ensemble des autres sites de production des Etats-Unis. Pour la période de janvier 2010 à août 2011, 81 incidents ont été signalés[5].

L'exploitant a remplacé les générateurs de vapeur des deux réacteurs en 2009 et 2010 par des modèles du fabricant Japonais Mitsubishi Heavy Industries.

En janvier 2012, les récents générateurs de vapeur ont provoqué une fuite de vapeur radioactive, le réacteur n°3 a alors été stoppé, tandis que le réacteur n°2 était à l'arrêt pour rechargement de combustible[6]. La fuite de vapeur radioactive sur l'un des générateurs de vapeur de l'unité n°3 a été estimée « supérieure à » 100 litres par heure[7]. Ce générateur de vapeur, remplacé récemment, présente un défaut grave au niveau des tubes d'échange thermique : plusieurs centaines de ces tubes seraient plus ou moins endommagés selon la NRC[8].

Suite à cet incident, les deux tranches ont été déconnectées du réseau, et la Commission de réglementation nucléaire des États-Unis (NRC) n'a plus autorisé leur redémarrage faute de pouvoir assurer que les deux réacteurs pouvaient à nouveau fonctionner de manière sûre[9].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]