Centrale nucléaire de San Onofre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Centrale nucléaire de San Onofre
Image dans Infobox.
Administration
Pays
Coordonnées
Opérateur
Construction
Mise en service
1968 - 1983 - 1984
Mise à l’arrêt définitif
Statut
à l'arrêt
Réacteurs
Fournisseurs
Type
Réacteurs actifs
0
Puissance nominale
0 MW
Production d’électricité
Production annuelle
0 GWh

Architecte
Site web
Localisation sur la carte des États-Unis
voir sur la carte des États-Unis
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Californie
voir sur la carte de Californie
Red pog.svg

La centrale nucléaire de San Onofre, à l'arrêt depuis , est située sur la côte Pacifique de la Californie entre Los Angeles et San Diego. Elle occupe un terrain de 0,34 km² juste au sud de San Clemente et au nord-ouest du comté de San Diego. Elle est entourée par le parc national de San Onofre. De nombreuses manifestations antinucléaires se sont déroulées sur ce site.

La centrale était soumise à un fort risque sismique : plusieurs failles géologiques actives se trouvent à proximité, dont la célèbre faille de San Andreas qui provoque des séismes très importants et dévastateurs en Californie. Environ 7,4 millions de personnes vivent à moins de 80 km de la centrale[1], en majorité dans les villes de Los Angeles et San Diego[2].

En , l'exploitant Edison a annoncé que la centrale ne serait plus redémarrée car « les experts ont estimé qu'ils ne pouvaient pas résoudre les problèmes rapidement ou dans leur ensemble »[3].

Description[modifier | modifier le code]

La centrale est équipée de trois réacteurs à l'arrêt :

  • San Onofre 1 : exploité de 1967 à 1992.

C'était un réacteur Westinghouse de première génération qui a été arrêté après 25 ans de service.

  • San Onofre 2 : 1172 MWe, exploité de 1982 à 2012.
  • San Onofre 3 : 1178 MWe, exploité de 1983 à 2012.

Ces réacteurs 2 et 3 sont des réacteurs à eau pressurisée (REP) construits par Combustion Engineering.
Le site était exploité par la compagnie Southern California Edison filiale de Edison International, qui est propriétaire de 75 % de l'investissement. Les autres participations concernent :

La centrale a produit jusqu'à 20 % des besoins du sud de la Californie.

Risque sismique[modifier | modifier le code]

Selon l'exploitant, la centrale est construite pour résister à un séisme de magnitude 7,0 dont l'épicentre serait localisé sous la centrale[4].

Incidents[modifier | modifier le code]

En 2010, 58 incidents ont été déclarés par les employés ou les sous-traitants travaillant à San Onofre, contre 5 pour l'ensemble des autres sites de production des États-Unis. Pour la période de à , 81 incidents ont été signalés[5].

L'exploitant a remplacé les générateurs de vapeur des deux réacteurs en 2009 et 2010 par des modèles du fabricant Japonais Mitsubishi Heavy Industries.

En , les récents générateurs de vapeur ont provoqué une fuite de vapeur radioactive, le réacteur n°3 a alors été stoppé, tandis que le réacteur n°2 était à l'arrêt pour rechargement de combustible[6]. La fuite de vapeur radioactive sur l'un des générateurs de vapeur de l'unité n°3 a été estimée « supérieure à » 100 litres par heure[7]. Ce générateur de vapeur, remplacé récemment, présente un défaut grave au niveau des tubes d'échange thermique : plusieurs centaines de ces tubes seraient plus ou moins endommagés selon la NRC[8].

À la suite de cet incident, les deux tranches ont été déconnectées du réseau, et la Commission de réglementation nucléaire des États-Unis (NRC) n'a plus autorisé leur redémarrage faute de pouvoir assurer que les deux réacteurs pouvaient à nouveau fonctionner de manière sûre[9].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]