Centrale nucléaire de Bellefonte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire de Bellefonte
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Bellefonte
Vue aérienne du site.
Administration
Pays États-Unis
État Alabama
Coordonnées 34° 42′ 28″ nord, 85° 55′ 43″ ouest
Statut Jamais mis en service
Réacteurs
Type Réacteur à eau pressurisée
Production d’électricité
Divers

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Centrale nucléaire de Bellefonte

La centrale nucléaire de Bellefonte est une centrale située à Hollywood en Alabama qui appartient à Tennessee Valley Authority.

Construction inachevée[modifier | modifier le code]

Cette centrale dont la construction commence en 1975 situé sur un terrain de 650 hectare comporte deux réacteurs à eau pressurisée dont la construction avait été confiée à Babcock and Wilcox et qui n'ont pas été terminés.

Les réacteurs ont été mis à l'arrêt en 1988 après avoir déjà coûté 5 milliards de $.

Aucune substance radioactive n'a été déposée sur son territoire en date de 2016. En 2016, une cinquantaine de personnes y est employé pour la maintenance et la surveillance du site.

Nouveau projet[modifier | modifier le code]

En septembre 2005, le site de Bellefonte a été à nouveau sélectionné pour l'installation de un ou deux réacteurs à eau pressurisée du type AP1000 mais cela ne s'est pas concrétisé en 2016.

Vente du site[modifier | modifier le code]

En septembre 2016, la centrale est en vente pour 36,4 à 38 millions de dollars[1].

Elle est rachetée pour 111 millions de dollars par une entreprise qui veut terminer le site en investissant 13 milliards de dollars[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Raphaël Moury, « Une centrale nucléaire à vendre en Alabama pour 32 millions d'euros », sur Le Figaro, (consulté le 19 septembre 2016).
  2. (en) Gattis, Paul, « Bellefonte nuclear plant sold for $111 million at auction, company plans $13 billion investment », Alabama Media Group,‎ (lire en ligne)