Centrale nucléaire d'Indian Point

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire d'Indian Point
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire d'Indian Point
Centrale nucléaire d'Indian Point
Administration
Pays États-Unis
État New York
Coordonnées 41° 16′ 11″ Nord 73° 57′ 08″ Ouest / 41.2697, -73.9523
Opérateur Entergy Corporation
Année de construction 1974
Date de mise en service 30 août 1976
Réacteurs
Fournisseurs Westinghouse
Type PWR
Puissance nominale 1 020 MW
1 025 MW
Production d’électricité
Production annuelle d'électricité 8 842 GWh
7 797 GWh
Divers
Architecte United Engineers and Constructors

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Centrale nucléaire d'Indian Point

La centrale nucléaire d'Indian Point est une centrale équipée de trois réacteurs nucléaires qui est située à Buchanan, dans l'État de New York au sud de Peekskill.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La centrale produit environ 2000 MWe et elle est installée sur la rive est de la rivière Hudson, à 24 miles au nord de New York.
Le site comprend deux réacteurs à eau pressurisée (REP) en exploitation:

  • Indian Point 2 de 971 MWe nominal,
  • Indian Point 3 de 984 MWe nominal,

Ces réacteurs ont été construits en 1974 et 1976 par Westinghouse. Ils appartiennent à la société Entergy Nuclear Northeast, une filiale de Entergy Corporation. Ils sont exploités par cette même société.

Par ailleurs Entergy est resté propriétaire du 1er réacteur construit du site :

  • Indian Point 1, à l'arrêt.

Ce réacteur, construit en 1962 par Consolidated Edison a été arrêté en 1974 et il fait l'objet d'une conservation en l'état (disposition permettant de bénéficier de la décroissance radioactive avant démantèlement). Le site emploie 1 500 personnes.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • En 1970, sept cents plombiers sont intervenus en urgence pour réparer une avarie sur les échangeurs[1].
  • En 1973, cinq mois après son démarrage, le réacteur n°2 a été arrêté après la découverte d'un flambage du revêtement en acier de l'enceinte de confinement.
  • Le 15 février 2000 s'est produit une fuite d'environ 20 000 litres de vapeur radioactive en raison de la rupture d’un tube sur l'un des quatre générateurs de vapeur du réacteur n°2. Le réacteur est resté à l'arrêt pendant 11 mois.
  • après les attaques du 11 septembre 2001 sur le World Trade Center, une nouvelle controverse pointe la vulnérabilité de la centrale face à des attaques aériennes, sachant que les structures de confinement en béton ne résisteraient pas à l’impact d’un avion, et que les déchets sont entreposés dans des piscines qui ne sont pas protégées[2].
  • Le 10 mai 2015, une explosion est survenue dans la centrale, suivie d'un incendie dégageant un épais panache de fumée noire. L'exploitant, Indian Pont Energy, s'est montré rassurant en affirmant dans un tweet qu'aucun danger n'existe ni pour les employés ni pour les riverains[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Puiseux, Crépuscule des atomes, Hachette, (lire en ligne)
  2. « Indian Point: la centrale de tous les dangers », sur Le Monde,‎ (consulté le 10 mai 2015)
  3. « Explosion dans la centrale nucléaire la plus proche de New-York », sur http://www.bfmtv.com,‎ (consulté le 10 mai 2015)
  4. www.governor.ny.gov: Statement from Governor Andrew M. Cuomo Regarding Indian Point Nuclear Facility (anglais)
  5. « A 40 kilomètres de New York, la menace d'un "Tchernobyl sur l'Hudson" », sur http://www.levif.be,‎ (consulté le 25 février 2016).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]