Sham 69

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sham 69
Description de cette image, également commentée ci-après

Jimmy Pursey, chanteur du groupe, ici sur scène en 2012.

Informations générales
Surnom Hersham Boys
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Punk rock, street punk, punk hardcore, oi!, new wave
Années actives 19751980, depuis 1987
Labels Parlophone, Polydor Records, Cleopatra Records, Step Forward Records (ancien)
Influences The Clash, Angelic Upstarts, Cockney Rejects, Sex Pistols, The Damned, Stiff Little Fingers, The Vibrators
Site officiel www.theevolutionofpunk.com
Composition du groupe
Membres Jimmy Pursey
Dave Parsons
Dave Tregunna
Robin Guy
Anciens membres Albie Maskell
Mat Sargent
Ricky Goldstein
Mark Cain
Andy Prince
Danny Fury
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Sham 69.

Sham 69 est un groupe de punk rock britannique, originaire d'Hersham, dans le comté de Surrey, au sud-ouest Londres, en Angleterre. Ils sont connus pour être l'un des premiers groupes de punk rock avec un « style de rue » (plus tard appelé street punk, à l'opposé du genre « haute-culture » de certains groupes punks britanniques contemporains. Reconnus pour leurs performances scéniques, ils enrichissent aussi le punk d'accompagnements vocaux (backvocals) basés sur des chants de supporters de football. Leurs paroles sont toujours teintées d'une sensibilité politique de gauche. Ils jouent un rôle important dans l'expansion du mouvement oi!.

Biographie[modifier | modifier le code]

Première période (1975–1980)[modifier | modifier le code]

Le nom du groupe viendrait d'un vieux graffiti à moitié effacé que le chanteur Jimmy Pursey aurait vu sur un mur faisant référence à la victoire du club d'Hersham en 1969[1]. Mais certains skinheads pensent qu'il s'agit en fait de l'acronyme Skin Head At Margate in 69[2] (Margate étant la plage où se retrouvaient skins, mods et teddy boys pour des bastons mémorables durant l'été 1969). La formation d'origine de Sham 69 est composée de Jimmy Pursey, Albie Maskell, Andy Nightingale, Johnny Good et Neil Harris. En juin 1977, trois des membres quittent le groupe, laissant Pursey et Maskel seuls. Ils sont remplacés par Dave Parsons et Mark Cain. Puis, en août de la même année, avec le soutien de Mark Perry du groupe Alternative TV, Sham 69 enregistre son premier 45 tours sur le label de Miles Copeland, Step Forward Records. Ce single ne comprend que trois titres : I don't wanna, Red London et Ulster. Malgré des ventes insuffisantes, celui-ci devient et reste un classique du punk.

Albie Maskel, devenu organisateur de concerts, est remplacé par Dave Treganna. Le , ils publient chez Polydor le 45 tours Borstal Breakout. Le morceau devient un hymne punk (que le groupe de punk hardcore Sick of It All réinterprètera sur scène quinze ans plus tard et l'enregistrera). Leur premier album studio, Tell Us the Truth, est publié en février 1978. Celui-ci comporte une face enregistrée en studio et une autre en live. Avec la sortie de cet album, leur popularité s'étend encore plus, notamment auprès de jeunes skinheads anglais qui forment un groupe de fans, la Sham Army, qui suit le groupe dans chaque concert qu'il donne. Le problème est que la Sham Army est composé d'éléments violents qui sèment la pagaille partout où ils passent en agressant systématiquement les punks présents dans le public. La Sham Army se fait rapidement infiltrer par le National Front britannique qui tente de s'associer à l'image du groupe et en profite pour recruter des membres parmi la bande de skinheads. Pour contrer cette dérive fasciste, Jimmy Pursey, qui s'est toujours positionné à gauche, sur le modèle des Clash, fait participer Sham 69 à tous les concerts organisés par l'association Rock Against Racism (« Le rock contre le racisme »)[3]. En vain, malgré les prises de position du groupe et le fait que le batteur (Marc Kain) soit juif, la violence qui accompagne chaque concert ne faiblit pas et l'image de Sham 69 ne change pas. Jimmy Pursey décide d'arrêter définitivement les concerts après un « petit différend » avec des boneheads en 1978 à Hendon.

En juillet 1978, Sham 69 sort le 45 tours If The Kids Are United, puis l'album That's Life. Ils sont le premier groupe punk avec un Top 10 UK single. Toutefois, ils finissent par perdre leur son punk rock dans leur troisième album Hersham Boys et sont plus influencés par le hard rock britannique. Enfin, le groupe se sépare après leur quatrième album pour plusieurs raisons, dont l'attitude négative de leur public. Jimmy Pursey, intègre, par la suite, un groupe heavy metal et le bassiste, Dave Treganna, se joint au groupe pionnier glam-punk-gothique des années 1980, The Lords of the New Church avec Stiv Bators des Dead Boys et Brian James des The Damned.

Retour (1987–2010)[modifier | modifier le code]

Pursey tente de faire revivre Sham 69 dans les années 1990 avec des membres différents, apparemment sans le même succès. Le groupe continue pourtant toujours tournées et enregistrements. Pursey quitte finalement le groupe pour être remplacé par Tim V. En 1987, Sham 69 est réunit avec de différents membres ; Ian Whitewood à la batterie, Andy Prince à la basse, Tony Hardie-Bick (Tony Bic) aux claviers et Linda Paganelli au saxophone, avec la sortie de l'album Volunteer et des singles Rip and Tear et Outside the Warehouse. L'album Live at CBGB fait aussi participer cette formation. Leur album qui suit, Information Libre, fait participer Patricia de Mayo aux claviers. Andy Prince rejoindra Magic Mushroom Band, et Whitewood sera remplacé à la batterie par Sonny Boy Williamson, qui jouera sur l'album Soapy Water and Mister Marmalade, et les singles Uptown, Action Time and Vision et Girlfriend. En 1995, Whitewood revient à la batterie et le bassiste de Chelsea Mat Sargent est recruté. Cette formation enregistre les albums The A Files et Direct Action: Day 21 et les single Swampy. If the Kids Are United est utilisé pour une publicité de la chaine McDonald's.

En 2005, le groupe regagne en popularité avec If the Kids Are United jouée pendant l'entrée de Tony Blair pendant la Labour Party Conference. Le groupe est alors invité à l'émission Newsnight de la BBC TV. À la fin 2006, Sham 69 se sépare et Dave Parsons décide de continuer seul le groupe. Le 26 janvier 2007, BBC News annonce la séparation de Sham 69 à cause de conflits entre Pursey et Parsons[4]. Pursey et Sargent forment le groupe Day 21, avec Rev et Snell des Towers of London. Rob Jefferson (basse) quitte Parsons Sham 69 et est remplacé par Alan Campbell. En 2009, Sham 69 devient le premier grand groupe de punk à tourner en Chine. Ils publient l'album Who Killed Joe Public à la fin 2010.

Dernières activités (depuis 2011)[modifier | modifier le code]

En mai 2011, Parsons annonce sur son site web la séparation Sham 69, malgré les divergences d'avis avec les autres membres. En juillet 2011, Pursey annonce sur Twitter la retour d'une grande partie de la formation de 1977, qui comprend Pursey, Parsons et Tregunna. Désormais, deux groupes inactifs utilisent le nom : cette formation (Pursey, Parsons and Tregunna) d'un côté, et Harris de l'autre[5]. En juin 2012, Pursey revendique le nom. En 2016, les deux groupes utilisent le même nom, mais la version de Pursey est souvent sous-titrée Original 1977 line-up[6], et l'autre sous le nom de Tim V[7].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Jimmy Pursey - chant (1975–1980, 1987–2006, depuis 2011)
  • Dave Parsons - guitare (1977–1980, depuis 1987)
  • Dave Tregunna - basse (1977–1980, depuis 2011)
  • Robin Guy - batterie (depuis 2012)

Version Tim V[modifier | modifier le code]

  • Tim V – chant (depuis 2007)
  • Ian Whitewood – batterie (depuis 2007)
  • Neil Harris – guitare (depuis 2011)
  • Tony Feedback – guitare (depuis 2011)
  • Remmington Pearce – basse (depuis 2014)
  • Paul Brightman

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Neil Harris – guitare solo (1975–1977)
  • John Goode – guitare rythmique (1975–1977)
  • Albie Slider (Albert Maskell) – basse (1975–1977)
  • Andy Prince – basse (1987–1991)
  • Mat Sargent – basse (1995–2007)
  • Billy Bostik – batterie (1975–1977)
  • Mark Cain – batterie (1977–1979)
  • Ricky Goldstein – batterie (1979–1980)
  • Sonny Boy Williamson: batterie (1990)
  • Tony Bic - claviers (1987-1988)
  • Linda Paganelli - saxophone (1987-1991)
  • Ian Whitewood – batterie (1987–2011)
  • Danny Fury – batterie (2011–2012)

Chronologie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1978 : Tell Us the Truth
  • 1978 : That's life
  • 1979 : The Adventures of Hersham Boys
  • 1980 : The Game
  • 1987 : Volunteer
  • 1993 : Kings and Queens
  • 1995 : Information Libre
  • 1995 : Soapy Water and Mr. Marmalade
  • 1997 : The A Files
  • 2001 : Direct Action: Day 21
  • 2006 : We interrupt this Program
  • 2007 : Western Culture
  • 2007 : Hollywood Hero
  • 2010 : Who Killed Joe Public

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Allmusic.com Sham 69 biography
  2. Géant Vert : Blitzkrieg. Histoire du Punk en 45 tours (édition Hoëbeke 2012).
  3. Pierre Mikaïloff, Kick Out the Jams, Motherfuckers! Punk rock, 1969-1978, Éditions du Camion Blanc, 2012.
  4. (en) « Punk band Sham 69 in bitter split », BBC News, (consulté le 23 mai 2010).
  5. (en) « Sham 69 biography », sur The Great Rock Bible
  6. (en) « Sham 69 (Original 1977 Line-up) Tour Date », sur Ents 24 (consulté le 17 mai 2015)
  7. (en) « Sham 69 (Tim V) dates », sur Allgigs (consulté le 17 mai 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]