Saint-Agoulin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Agoulin
Vue de l'église depuis la route départementale 12 en direction d'Aigueperse.
Vue de l'église depuis la route départementale 12 en direction d'Aigueperse.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Aigueperse
Intercommunalité Communauté de communes Plaine Limagne
Maire
Mandat
Pascal Labbe
2014-2020
Code postal 63260
Code commune 63311
Démographie
Population
municipale
332 hab. (2014)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 02′ 30″ nord, 3° 08′ 11″ est
Altitude Min. 397 m
Max. 578 m
Superficie 9,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Agoulin

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Agoulin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Agoulin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Agoulin

Saint-Agoulin est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Agoulin est située au nord du département du Puy-de-Dôme.

Cinq communes sont limitrophes[1].

Communes limitrophes de Saint-Agoulin
Champs Vensat
Saint-Agoulin Chaptuzat
Jozerand Artonne

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Saint-Agoulin se trouve sur un plateau vallonné, d'une altitude moyenne de 500 m, qui domine la Limagne, à l'est, et la vallée de la Morge, au sud.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Andelot s'échappe de l'étang de Giat, au nord-est de la commune, à la limite de la commune de Vensat et coule vers le nord en direction du département de l'Allier et de Gannat.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La route départementale 12 traverse le village.

L'autoroute A71 longe la limite orientale de la commune et y pénètre sur quelques centaines de mètres, au sud de l'aire de service des Volcans d'Auvergne (qui se trouve sur la commune voisine de Champs).

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 12 (reliant Champs à Chaptuzat et Aigueperse), 22 (reliant Artonne au sud à la frontière départementale de l'Allier en direction de Gannat au nord), 207 (reliant, à l'ouest de la commune, Ébreuil à Jozerand), 440 (reliant Les Neufonds à Vensat) et 441 (reliant Les Raynauds, sur la D 12, à la D 207)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 1789, bien que située aujourd'hui dans le département du Puy-de-Dôme, la commune faisait partie de l'ancienne l'ancienne province du Bourbonnais[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2008 en cours
(au 9 avril 2014)
Pascal Labbe[3]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 332 habitants, en augmentation de 12,16 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
390 425 512 440 457 505 512 572 565
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
581 534 494 573 612 586 552 572 520
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
518 520 515 452 394 383 370 340 291
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
270 280 267 234 212 246 272 323 332
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Agoulin dépend de l'académie de Clermont-Ferrand.

Les élèves commencent leur scolarité à l'école élémentaire publique de la commune[8]. Ils la poursuivent au collège d'Aigueperse[9] puis dans les lycées de Riom (Virlogeux pour les filières générales, les premières et terminales STMG, ou Pierre-Joël-Bonté pour les premières et terminales STI2D)[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Saint-Agoulin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de Saint-Agoulin sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 24 mai 2016).
  2. Robert de Vaugondy, Gouvernemens généraux de la Marche, du Limousin, et de l'Auvergne, 1753.
  3. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, 9 avril 2014, (consulté le 28 septembre 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Annuaire des établissements scolaires de Saint-Agoulin sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 24 mai 2016).
  9. « SECTORISATION - DEPARTEMENT du PUY-DE-DÔME » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 24 mai 2016).
  10. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 24 mai 2016).