Rue Taitbout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant Paris
Cet article est une ébauche concernant Paris.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

9e arrt
Rue Taitbout
P1220832 Paris IX rue Taitbout rwk.jpg
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Chaussée d'Antin
Début 22 boulevard des Italiens
Fin 17 rue d’Aumale
Morphologie
Longueur 763 m
Largeur 15 m
Historique
Dénomination 13 août 1773
Ancien nom Rue du Houssay
Rue des Trois-Frères
Géocodification
Ville de Paris 9115
DGI 9155

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Taitbout
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Taitbout est une rue du 9e arrondissement de Paris. Située dans le quartier de la chaussée d'Antin, elle commence au no 22 du boulevard des Italiens – appelé à l'origine boulevard de Gand – et se termine 19, rue d'Aumale.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette rue porte le nom de Jean-Baptiste Taitbout père, greffier du bureau de la ville de Paris en 1698, et son fils et son petit-fils, Julien Taitbout, l'était encore en 1775[1],[2]

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle a été ouverte le , entre le boulevard des Italiens et la rue de Provence, et nommée à cette date, rue Taitbout. La place Adrien-Oudin faisait partie de cette rue.

« Louis, etc. Par arrêt cejourd'hui rendu en notre conseil d'état, nous y étant sur la requête de notre cher et bien amé Jacques Louis Guillaume Bouret de Vézelay, trésorier général de l'artillerie et du génie, etc., nous avons conformément à icelui par ces présentes signées de notre main, dit et ordonné, disons et ordonnons ce qui suit : »
« Article 1er :
Il sera ouvert aux frais du sieur Bouret de Vezelay, une rue de 30 pieds de largeur, dans le terrain par lui acquis à titre d'emphytéose, des religieux Mathurins, au quartier du Faubourg-Montmartre, la quelle aboutira d'un bout sur le rempart de la ville en face de la rue Grammont, à travers un terrain dont le dit sieur Bouret de Vezelay est propriétaire, et par l'autre bout dans la rue de Provence, formant un coude dans le milieu ou environ de sa longueur, et au surplus alignée droite et les deux côtés parallèles. »
« Article 2 :
Voulons que la dite rue soit nommée rue Tailbout.
Donné à Compiègne le 13e jour d'août 1773, et de notre règne le 58e.
Signé Louis. »

L'exécution de ces lettres-patentes rencontra une assez vive résistance de la part des trésoriers de France,en ce qui concernait le coude à former au milieu de la nouvelle rue. Ces lettres furent néanmoins enregistrées au parlement le 25 février 1775, et la rue Taitbout fut tracée et ouverte le 4 octobre de la même année, conformément aux dispositions arrêtées par le roi.
Mais les trésoriers de France obligèrent M. Bouret de Vezelay à former une autre branche de rue qui, partant du coude de la rue Taitbout, devait aboutir au rempart. M. Bouret de Vezelay se soumit à cette condition, mais n'étant point propriétaire de tous les terrains que devait traverser le percement, il ne put établir qu'une impasse qui prit le nom d'impasse Tailbout, et qui plus tard, au moyen de son prolongement jusqu'au boulevard des Italiens, devint la rue du Helder.

Ainsi cette rue a été ouverte en 3 fois[3] :

  • la 1re partie, ouverte entre 1773 et 1775 entre le boulevard des Italiens et la rue de Provence sous le nom de rue Taitbout.
  • la 2e partie, ouverte, en 1781, entre la rue de Provence et la rue Chantereine sous le nom de rue de La Houssaye
  • la 3e partie, ouverte, entre 1777 et 1781, entre la rue Chantereine et la la rue Saint-Lazare sous le nom de rue des Trois-Frères.

En 1853, la rue de La Houssaye et la rue des Trois-Frères fusionnent avec la rue Taitbout.

En 1854, la rue Taitbout est prolongée jusqu'à la rue d'Aumale en absorbant l'impasse Taitbout

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

En littérature[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, la rue Taitbout est une des rues où les riches financiers logent leurs courtisanes. Tel Frédéric de Nucingen qui y a installé Esther Gobseck. C'est là que la jeune courtisane reçoit en cachette Lucien de Rubempré dans Splendeurs et misères des courtisanes : « Lucien prit un fiacre à la rue de La Planche, le quitta sur les boulevards, en prit un autre à la Madeleine et lui recommanda de demander la porte rue Taitbout. À onze heures, en entrant chez. Esther, il la trouva tout en pleurs, mais mise comme elle se mettait pour lui faire fête ! Elle attendait son Lucien couchée sur un divan de satin blanc broché de fleurs jaunes, vêtue d'un délicieux peignoir en mousseline des Indes, à nœuds de rubans couleur cerise, sans corset, les cheveux simplement attachés sur sa tête, les pieds dans de jolies pantoufles de velours doublées de satin cerise, toutes les bougies allumées et le houka prêt[4]. »

Dans la saga de Georges Duhamel, Les Pasquier, le riche Joseph Pasquier habite rue Taitbout.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean de La Tynna : Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris (1817)
  2. Félix et Louis Lazare : Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments.
  3. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, éditions de Minuit, , édition mise à jour de 1985 avec Pascal Payen-Appenzeller, en deux volumes. Vol. II. p. 564. (ISBN 2707310549)
  4. Honoré de Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, édition Charles Furne 1848, vol.XI p. 416