Rue de Provence (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue de Provence.
8e et 9e arrt
Rue de Provence
RuedeProvence.JPG
Situation
Arrondissement 8e arrondissement et 9e arrondissement
Quartier Madeleine, Chaussée-d'Antin
Début Rue du Faubourg-Montmartre
Fin Rue de Rome
Morphologie
Longueur 1 193 m
Largeur 18 m
Historique
Création 1771
Ancien nom Rue Saint-Nicolas-Chaussée-d'Antin
Rue Saint-Nicolas-d'Antin
Géocodification
Ville de Paris 7848

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Provence
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Provence est une voie des 8e et 9e arrondissements de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Elle commence rue du Faubourg-Montmartre et se termine rue de Rome. Seule la courte portion comprise entre la rue du Havre et cette dernière rue se trouve dans le 8e arrondissement.

Ce site est desservi par les stations de métro Trinité - d'Estienne d'Orves, Le Peletier, Havre - Caumartin et Chaussée d'Antin-Lafayette.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle a reçu sa dénomination en l'honneur de Louis-Stanislas-Xavier, comte de Provence, frère de Louis XVI et roi de France en 1814 sous le nom de Louis XVIII.

Historique[modifier | modifier le code]

no 34 : emplacement de l'hôtel de Thélusson et son portail (1778)

L'ouverture de la rue de Provence a été autorisée par lettres patentes du au profit du banquier et fermier général Jean-Joseph de Laborde. Celui-ci était propriétaire de terrains situés rue d'Artois et rue de Provence, à charge pour lui d'assurer le pavage des deux rues :

« Louis, par la grâce de Dieu, Roi de France et de Navarre, à nos amés et féaux Conseillers, les gens tenant notre Cour de Parlement à Paris, salut :
Notre amé et féal, Conseiller secrétaire, Jean-Joseph de Laborde, propriétaire de son chef de terrains situés en notre bonne ville de Paris, aboutissant d'un bout sur le rempart de la dite ville, entre la rue Neuve-Grange-Batelière [1], et la Chaussée-d'Antin, et d'un autre bout sur l'égout d'entre le Faubourg Montmartre et la dite Chaussée-d'Antin;
et comme subrogé aux droits du sieur Jacques Louis Guillaume Bouret de Vézelay[2] auquel la Ville a concédé la propriété de la superficie du Grand Égout, en toute la largeur entre le ponceau de la Chaussée d'Antin et la partie déjà voûtée du Faubourg Montmartre;
nous aurait fait exposer que les terrains dont il est propriétaire sont devenus, par l'extension successive de la Ville, propres à former des habitations aussi commodes qu'agréables et utiles ; la proximité du quartier, la pureté de l'air et la promenade des remparts, y faisant désirer à nombre de citoyens d'y établir leur demeure ; mais, que ces terrains n'étant traversés d'aucune rue, et n'y ayant aucun débouché commode entre le Faubourg Montmartre et la Chaussée d'Antin, ils ne pourraient être divisés en portions de grandeur convenable à ceux qui voudraient en acquérir et y bâtir, d'une manière proportionnée à leurs facultés et à leurs besoins ; et, qu'en concourant par l'exposant à la décoration de la Ville et à la commodité du public, il retirerait un plus grand avantage de ses terrains s'il nous plaisait lui permettre d'ouvrir deux nouvelles rues de 30 pieds 9,75 mètres de large chacune, telles qu'elles sont figurées au plan annexé à sa requête;
l'une (la partie de la rue de Provence située entre les rues du Faubourg-Montmartre et de la Chaussée-d'Antin) à travers ses terrains à prendre du rempart de la Ville, en face de la nouvelle rue de Grammont, pour aboutir sur l'Égout;
et l'autre (la rue d'Artois, actuellement rue Laffitte, partie entre le boulevard des Italiens et la rue de Provence, à travers le terrain du dit égout, à prendre de la Chaussée d'Antin au Faubourg Montmartre;
en conservant la propriété, jouissance et disposition du surplus de la dite largeur, dans la partie à lui concédée par la Ville ;
à la charge par l'exposant, de faire faire à ses frais, non-seulement la voûte et couverture nécessaire en la partie du dit égout, depuis la Chaussée d'Antin jusqu'à la partie voûtée du Faubourg Montmartre;
mais encore d'établir le premier pavé dans toute la superficie des dites deux nouvelles rues, dont l'entretien et renouvellement, à l'avenir, selon l'usage, sera employé sur l’État et mis à la charge de l'administration du Pavé de Paris ;
et aussi lui permettre, et à ses ayants cause, de faire bâtir le long des dites deux rues, et dans toute l'étendue de ses terrains, tels hôtels, maisons et édifices que bon leur semblera ;
nous ayant supplié de nommer, pour régler l'alignement des deux rues et les pentes du pavé, tels commissaires que nous jugerons à propos, nous avons considéré les avantages qui résulteront de la formation de ces deux rues pour la commodité publique et la décoration de notre capitale, nous avons expliqué nos intentions par arrêt rendu en notre Conseil, nous y étant, ce jourd'huy, sur lequel nous avons ordonné que toutes lettres à ce nécessaires seraient expédiées ; à ces causes, de l'avis de notre Conseil, qui a vu le dit arrêt, et le plan annexé à la minute d'iceluy, cy attaché sous le contre scel de notre Chancellerie, nous avons, conformément au dit arrêt, ordonné, et par ces présentes signées de notre main, ordonnons ce qui suit :
  • Article 1 : Il sera ouvert, aux frais du sieur de la Borde deux rues de 30 pieds 9,75 mètres de large chacune, conformément à notre déclaration du 16 mai 1769;
    l'une, qui sera nommée rue d'Artois, travers ses terrains, à prendre du rempart de la dite Ville, en face de la nouvelle rue de Grammont, et qui ira aboutir sur l'égout;
    et l'autre, qui sera nommée rue de Provence, sur le terrain du dit égout, à prendre de la Chaussée d'Antin au Faubourg Montmartre;
    en conservant, le dit sieur de la Borde et ses ayants cause, le surplus dudit terrain, dont ils disposeront comme ils aviseront.
  • Article 2 : L'ouverture des dites deux rues, et le pavé d'icelles, pour la première fois, seront aux frais du dit sieur de la Borde et ayants causes, conformément aux clauses du bail du pavé de Paris, et aux pentes qu'il conviendra; ils demeureront déchargés, pour l'avenir, de l'entretien et renouvellement du dit pavé des dites deux rues en toute leur superficie, lequel entretien et renouvellement sera employé sur l'état du pavé de la Ville, faubourgs et banlieue de Paris.
  • Article 3 : L'alignement des dites deux rues sera donné conformément au dit plan, en la présence des sieurs prévôt des marchands et Échevins et du sieur Mignol de Montigny, que nous commettons à cet effet, par le Maitre général des Bâtiments de la Ville; et les pentes du pavé seront réglées en présence des mêmes Commissaires, par le dit Maitre des Bâtiments de la Ville et par l'Inspecteur général du Pavé de Paris.
  • Article 4 : Il sera loisible au sieur de la Borde, et à ses ayants cause, de faire bâtir, le long des dites deux rues, et dans toute l'étendue des dits terrains, tels hôtels, maisons et édifices que bon leur semblera.
Si vous mandons, que ces présentes, vous ayez à faire registrer, et le contenu en icelles et au dit arrêt de notre Conseil, faire garder et observer, et faire jouir l'exposant de leur effet selon leur forme et teneur, cessant et faisant cesser tous troubles et empêchements, nonobstant tous édits, déclarations, régalements et autres choses à ce contraires, auxquels nous avons expressément dérogé par ces présentes, pour ce regard seulement, et sans tirer à conséquence; enjoignons à nos amés et féaux les prévot des marchands et échevins de notre bonne ville de Paris, de tenir la main à l'exécution des présentes et du dit arrêt de notre Conseil, et du dit plan, dont copie sera déposée en leur greffe.
Car tel est notre plaisir.
Donné à Versailles, le quinzième jour du mois de décembre, l'an de grâce 1770, et de notre règne le cinquante-sixième.
Signé Louis. »

La rue recouvrait le ruisseau de Ménilmontant devenu avec la croissance de la population le Grand égout de deux mètres de large environ. La largeur de la rue fut fixée à 30 pieds, dimension confirmée par deux décisions ministérielles des et .

En 1784, elle est prolongée jusqu'à la rue de l'Arcade sous le nom de ruelle de l'Égout, de rue de l'Égout-Saint-Nicolas puis rue Saint-Nicolas-d'Antin. Le percement du boulevard Haussmann ayant fait disparaitre la partie de cette rue située à l'ouest de la rue de Rome, la partie restante prend en 1868 le nom de rue de Provence.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • no 22 (angle avec la rue Chauchat) : hôtel du XVIIIe siècle reconverti par Samuel Bing en salon de l'art nouveau en fin 1895 sous le nom maison de l'Art nouveau. Revendu en 1904 à l'ébéniste Majorelle comme salon d'exposition. C'est maintenant une poste ayant conservé la décoration extérieure[3].
Article détaillé : hôtel Thellusson.
  • no 76 : hôtel Paris-Opéra, qui hébergeait surtout des familles sans-papiers d'origine africaine et des familles en situation de précarité. Dans la nuit du 14 au 15 avril 2005, l'incendie de l'immeuble fit 25 morts dont 11 enfants.
  • no 122 : emplacement de l'ancienne maison close de luxe One Two Two (One-two-two = 122 en anglais) de 1924 à 1946.
Article détaillé : One-two-two.
  • no 126 : immeubles construits en 1911 par Henri Sauvage et Charles Sarrazin pour le décorateur Louis Majorelle qui y avait ses bureaux et ses ateliers[4]. Les 1er et 2e étages servaient de hall d'exposition. Les bow-windows abritaient les services administratifs et les étages supérieurs les ateliers.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

"Sécurité et discrétion ! Hôtel du Libre Échange, 220 rue de Provence ! Recommandé aux gens mariés… ensemble ou séparément." C'est ce qu'indique un prospectus lu par Madame Pinglet dans L'Hôtel du libre échange, pièce à succès de Georges Feydeau créée en 1894. C'est dans cet hôtel que vont se retrouver Madame Paillardin, Monsieur Pinglet et la plupart des protagonistes de la pièce. En réalité le numéro 220 de cette rue n'existe pas, la numération s’arrêtant bien avant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La rue Neuve-Grange-Batelière correspond à la partie actuelle de la rue Rossini, entre les rues Drouot et de la Grange Batelière, et rue de la Grange-Batelière entre la rue Rossini et la rue du Faubourg-Montmartre
  2. Jacques Louis Guillaume Bouret de Vézelay (1733-1801) était trésorier général de l'Artillerie et du Génie et grand spéculateur immobilier à la fin de l'Ancien Régime, qui possédait de vastes terrains dans le quartier. La rue de Vézelay porte son nom.
  3. Alain Rustenholz, Les traversées de Paris, Evreux, Parigramme, , 647 p. (ISBN 2-84096-400-7) p. 197.
  4. a, b et c Pérouse de Montclos (dir.), Op. cit., p. 405.
  5. Jacques Hillairet -  Dictionnaire historique des rues de Paris - T.2, p.307 - Édition 1997

Sources[modifier | modifier le code]