Raymond Reding

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raymond Reding
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Louviers (Normandie, Drapeau de la France France[1]
Décès (à 79 ans)
Anderlecht (Drapeau de la Belgique Belgique)[2]
Nationalité belge
Profession
Autres activités
pianiste, nageur, joueur de tennis[3]
Distinctions
Chevalier de l'ordre de Léopold, Crayon d'or de la ville de Bruxelles

Raymond Reding, né le à Louviers (Normandie, France)[1] et décédé le à Anderlecht (Belgique)[2], est un auteur de bande dessinée belge ayant essentiellement illustré le thème du sport.

Biographie[modifier | modifier le code]

Raymond Reding, fils d’un père belge et d’une mère française, a grandi en Belgique.

Les débuts[modifier | modifier le code]

En 1944, Raymond Reding commence une carrière de scénariste et de dessinateur au journal Bravo.

En 1947, il crée Monsieur Cro, un détective, pour « La Dernière Heure ».

En 1949, il travaille brièvement pour l’Aiglon.

En 1950, il rejoint l’équipe du Journal de Tintin.

Le 29 septembre 1955, il dessine la couverture de l'édition française du journal Tintin pour l'annonce d"une histoire complète :Miss Casse-cou mène le jeu.

Jari, puis Vincent Larcher[modifier | modifier le code]

En 1957, Raymond Reding commence, dans le Journal de Tintin, la série Jari narrant les aventures d’un professionnel de tennis (Jimmy Torrent) et son jeune pupille Jari. Le premier album de cette série est publié en 1960.

En 1963, il crée, toujours dans le Journal de Tintin, Vincent Larcher, son premier footballeur, avant-centre de l’AC Milan. Quelques épisodes plus tard, son ami Olympio, doté de pouvoirs télépathiques, se joint à Vincent Larcher.

Section R[modifier | modifier le code]

En 1971, Raymond Reding crée, pour le Journal de Tintin, la « Section R » composée de deux anciens athlètes opérant comme journalistes-enquêteurs qui résolvent des énigmes à connotation sportive.

En 1979, il quitte le Journal de Tintin pour « Footy » un magazine de football en emportant avec lui la « Section R » et son héros féminin « Sophie Ravenne ».

Éric Castel[modifier | modifier le code]

Toujours en 1979, il entreprend avec sa collègue Françoise Hughes la série Éric Castel que ses lecteurs connaissaient déjà depuis 1974 sous le nom de « Max Falk ». Le magazine allemand Zack à Koralle Verlag le publie sous le nom de « Kai Falke ». Éric Castel est probablement son héros le plus abouti, et le plus populaire des footballeurs imaginaires. Au début de la série, le joueur arrive au FC Barcelone en provenance de l'Inter Milan ; il effectuera par ailleurs une pige au PSG. Les personnages périphériques sont attachants, notamment le jeune Pablito Varela et ses amis, les pablitos. « Éric Castel » est une série de quinze albums d’une bande dessinée détaillée, dotée de décors étonnants et d'un scénario structuré.

Décès[modifier | modifier le code]

Raymond Reding s’est éteint le [4] à Anderlecht.

Albums et séries de l'auteur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Raymond Reding », sur Lambiek (consulté le 3 juillet 2010)
  2. a et b Francis Matthys, « Chers Jari et Jimmy Torrent », sur La Libre Belgique, (consulté le 3 juillet 2010)
  3. « Potins Tintin » dans Le journal de Tintin n°18, 30 avril 1963, page 2
  4. François Rivière, « Disparition de Raymond Reding. Ses héros sportifs avaient fait leur début dans «Tintin». », sur Libération, (consulté le 3 juillet 2010)

Yvon Reding ( fils de Raymond Reding )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]