Puceul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Loire-Atlantique
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Loire-Atlantique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Puceul
Mairie de Puceul
Mairie de Puceul
Blason de Puceul
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant-Ancenis
Canton Guémené-Penfao
Intercommunalité Communauté de communes de la région de Nozay
Maire
Mandat
Claire Theveniau
2014-2020
Code postal 44390
Code commune 44138
Démographie
Gentilé Puceulois
Population
municipale
1 076 hab. (2014)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 22″ nord, 1° 36′ 56″ ouest
Altitude Min. 26 m – Max. 82 m
Superficie 20,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Puceul

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Puceul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puceul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puceul
Liens
Site web http://www.puceul.fr/

Puceul est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Puceul s'appelait Puceol en 1243[1]; ce nom viendrait du latin Puteus : « puits », avec le suffixe diminutif -eolum : « petit-puits », soit Puteolum et par suite Puceolum [2].

Le puits fait référence à la fontaine Saint-Clair, lieu d'un culte druidique[3], ainsi nommée en relation avec Saint Clair, évêque de Nantes au IIIe siècle, de passage sur les lieux selon la tradition.

Puceul possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Puczoe (écriture ELG, prononcé [py.sə])[4].

En breton, elle a été dénommée Puñsel par l'Office de la Langue Bretonne[5], nom sans valeur historique.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Puceul dans le département de la Loire-Atlantique.

Puceul est situé à 37 km au nord de Nantes et à 5 km au sud de Nozay, à proximité de la voie express Nantes-Rennes, dont l'achèvement à deux fois deux voies en décembre 1991[6] a grandement contribué au développement démographique de la commune. Celle-ci se situe maintenant à 20 minutes du nord de l'agglomération nantaise et ce rapprochement a permis l'installation de jeunes couples travaillant dans cette ville.

Les communes limitrophes sont Nozay, La Grigonnais, La Chevallerais, Saffré et, de façon ponctuelle, Abbaretz.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Puceul était une commune rurale non polarisée (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Relief des environs de Puceul
Topographie des environs de Puceul

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Puceul se situe en lisière sud du plateau nozéen qui se prolonge par la dorsale Abbaretz-La Meilleraye-de-Bretagne. Le territoire est partagé entre les hauteurs du plateau nozéen, qui s'étendent au nord-ouest de la commune et la plaine de Saffré au sud-est, occupée par la rivière Isac et ses affluents. L'un des affluents occupe à Bel-Air le point le plus bas à 28 mètres, tandis que le point le plus haut culmine à Jahan à 81 mètres. L'ensemble est situé entièrement dans le bassin versant de la rivière Isac, elle-même affluent de la Vilaine. Plusieurs bassins versants secondaires viennent entailler le plateau de Nozay, ils sont tous drainés par des affluents de L'Isac.

Géologie et pédologie[modifier | modifier le code]

La nature géologique du territoire dépend en grande partie de l'évolution géomorphologique du plateau nozéen. À la suite de son soulèvement, l'érosion linéaire des affluents de l'Isac a commencé à disséquer le plateau. La morphologie de l'ensemble permet de distinguer plusieurs terroirs. Le sommet du plateau et la partie sud de la commune présentent des sols argileux épais alors que les coteaux intermédiaires se caractérisent par des sols minces et bien égouttés avec un intérêt agronomique indéniable. À noter : Présence d'un gisement intéressant d'argiles gonflantes de type attapulgite au sud-est du bourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période antique[modifier | modifier le code]

Même si la première mention écrite de Puceul remonte seulement au XIIIe siècle, Puceol dans un écrit de 1243[7], le territoire de la commune est occupé dès l'Antiquité, comme en témoigne le passage d'une voie romaine, attestée au XIXe siècle, dont il ne reste aujourd'hui plus de traces, appelée localement « Levée de Saumur »[8].

L'archéologue Louis Bizeul a pu, vers 1836, en mesurer sa largeur dans une commune voisine : elle atteignait pas moins de vingt mètres avec les accotements, à l'image d'une voie impériale[9]. Une portion de cette voie Vannes-Blain-Angers, véritable « autoroute » de l'époque, a été fouillée par les archéologues dans la région d'Allaire[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Puceul.
L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Raphaël Lebreton    
mars 2008 en cours Claire Theveniau   mère au foyer, présidente de la Communauté de communes de la région de Nozay (CCRN)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 1949, la commune est partiellement démembrée pour permettre la création de La Chevallerais.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 076 habitants, en augmentation de 14,23 % par rapport à 2009 (Loire-Atlantique : 5,96 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 337 945 976 1 290 1 139 1 200 1 555 1 602 1 671
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 800 1 782 1 815 1 779 1 767 1 843 1 852 1 797 1 857
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 860 1 917 1 831 1 550 1 504 1 428 1 385 728 666
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
724 685 609 580 599 631 879 978 1 076
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006 [14]. Pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,1 %) est en effet inférieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[16],[17],[18]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[16],[17],[18].

Pyramide des âges à Puceul en 2013 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,4 
4,2 
75 à 89 ans
8,0 
7,5 
60 à 74 ans
8,0 
20,4 
45 à 59 ans
12,1 
27,9 
30 à 44 ans
27,6 
12,9 
15 à 29 ans
14,1 
27,2 
0 à 14 ans
29,8 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[17]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Image panoramique
Le bourg de Puceul à flanc de coteau.
Voir le fichier

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église de Puceul.

L'église Saint-Martin, bâtie en 1885, recèle un tabernacle[19], en bois, du XVIIe siècle, restauré en 1955 par Henri Wagner, artiste local, avec une partie centrale très ouvragée, ornée de colonnettes corinthiennes. Deux panneaux, décorés de fruits, de feuilles et d’angelots équilibrent l’ensemble.

Patrimoine architectural du domaine privé[modifier | modifier le code]

Croix de la fontaine Saint-Clair.

Le château de Bohallard, reconstruit vers 1850, est de style « néo-château de la Loire » avec des chaînes d'angle et une partie centrale en tuffeau.

Le manoir de Bohallard, tout proche, est un des plus anciens bâtiments de la commune, il présente une tourelle cylindrique avec un escalier hélicoïdal en schiste.

Le « château des Montmorency » est une maison de caractère du XVIe siècle dans sa partie la plus ancienne ; elle a appartenu aux la Neuville, branche légitimée des Montmorency[20]. Une des fenêtres en schiste porte le blason des Le Sénéchal (3 rangées de macles) alliés aux La Neuville au XVIIIe siècle.

Le manoir de la Savinais était le centre d'une seigneurie autrefois dépendante de la Châtellenie de Nozay, et qui détenait droit de moyenne justice. De l’ancien manoir subsiste une tourelle quadrangulaire du XVIIe siècle.

Le manoir de la Bellière, coiffé d’une imposante toiture, est doté d'une vaste tour quadrangulaire.

Arbre remarquable[modifier | modifier le code]

Le séquoia géant de Puceul se dresse dans le jardin de l’ancien presbytère, juste à côté de l’église qu’il domine de sa hauteur. Il a été planté à la fin du XIXe siècle. C’est l’un des plus gros sujets de Loire-Atlantique, mais pas le plus haut. Sa circonférence à un mètre du sol était de 7,55 mètres en 2014, sa hauteur était de 28 mètres.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à la fontaine d'argent, accostée de deux haches antiques adossées d'or, au chef de vair de deux tires.
Commentaires : La fontaine représente la fontaine Saint-Clair, les haches sont de l'époque de bronze. Le chef de vair est celui du roi des Bretons, Alain Ier de Bretagne « le Grand ». Blason conçu par l'héraldiste Michel Pressensé (délibération municipale du ).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  2. Ernest Nègre. « Toponymie générale de la France ». Genève, 1990, page 304.
  3. Jean Anne Chalet. « Les Belles Heures du Comté Nantais ». Éditions Serge Godin 2 tomes 1980-1981.
  4. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  5. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  6. Histoire du Plan routier breton - WikiSara – Wikia « Site »
  7. Jean Anne Chalet. « Les Belles Heures du Comté Nantais », 1980-1981, deux tomes.
  8. Pitre de Lisle du Dréneuc. « Dictionnaire Archéologique de la Loire-Inférieure », in Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et de la Loire-Inférieure, 1880
  9. Francis Legouais. « Au Pays des Namnètes ». Marcel Buffé éditeur, 1970.
  10. Gabriel Simon. « Une voie romaine en parfais état », in Archéologie, « Le Télégramme », 13 février 2004. « Article »
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Puceul 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 14 décembre 2016).
  16. a, b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Puceul - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  17. a, b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  18. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  19. Mobilier classé répertorié dans la base Palissy de la Médiathèque de l'architecture et du Patrimoine « Site »
  20. Nobiliaire et armorial de Bretagne : (Tome 3) « Site »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :