Précipitateur électrostatique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Précipitateur électrostatique d'une centrale de chauffage à la biomasse d'une puissance thermique de 2,2 MW
Centrale électrique à charbon. L’une des cheminées émet de la fumée brune en raison de l’arrêt d’un précipitateur électrostatique.

Un précipitateur électrostatique, connu aussi sous les nom de filtre électrostatique et électrofiltre (ESP, electrostatic precipitator en anglais) est un appareil qui utilise les forces électriques pour séparer les particules solides (par exemple la poussière, voire la fumée) d'un gaz.

Description[modifier | modifier le code]

Le précipitateur électrostatique le plus simple contient une ligne de fils très fins devant une pile de plaques métalliques, espacées généralement d'environ 1 cm. L'air passe entre les fils, puis entre les plaques.

Un courant continu à haute tension charge les fils négativement et les plaques positivement, ce qui développe une différence de potentiel d'environ 1 000 V.

La matière solide se charge négativement en passant à proximité des fils : c'est une ionisation. Lorsque ces particules ionisées arrivent entre les plaques chargées positivement, elles sont attirées par elles du fait du champ électrique.

Les particules adhèrent aux plaques puis tombent dans un collecteur[1]. Le gaz traité est couramment débarrassé de 90 % à 98 % des particules solides qu’il contenait.

Principe d'un précipitateur électrostatique

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Peter H. Raven, Linda Berg, David M. Hassenzahl, Environnement, De Boeck, 2009