Liste d'isolants thermiques à destination de la construction

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article traite d'une liste d'isolants thermiques à destination de la construction.

Parmi ces isolants on peut distinguer 3 principales catégories :

  • les isolants naturels (chanvre, laine de bois, de mouton de coton, la plume...) ;
  • les isolants minéraux (laine de verre, laine de roche...) ;
  • les isolants synthétiques (polystyrène, polyuréthane, mousse phénolique...).

Définitions[modifier | modifier le code]

Isolant thermique
Article détaillé : Isolant thermique.

Un isolant thermique est un matériau ayant une faible conductivité thermique, c'est-à-dire un matériau capable d'opposer au flux thermique qui le traverse, une grande résistance thermique de conduction.

En construction, l'isolant permet d'assurer une bonne isolation thermique en réduisant les fuites de chaleur (refroidissement) ou l'entrée de la chaleur (« garde au frais »).

Propriétés[modifier | modifier le code]

De manière générale, un matériau isolant agit par piégeage ou immobilisation de l'air.

Densité
Article détaillé : Masse volumique.
Coefficient de conductivité thermique (λ)
Article détaillé : Conductivité thermique.
Facteur de diffusion de la vapeur d'eau (µ)
Comportement au feu
Comportement aux agents biochimiques
Comportement aux prédateurs

Conditionnement[modifier | modifier le code]

Isolants rapportés
Isolants en vrac
Isolants en rouleaux
Isolants en panneaux
Blocs isolants holographique
Botte
Articles connexes : Botte (agriculture) et Maison en paille.

Principaux types d'isolants[modifier | modifier le code]

Isolants synthétiques[modifier | modifier le code]

Isolants synthétiques
Matière Abréviation Densité Conductivité thermique () µ sec µ humide Comportement au feu Comportement aux agents biochimiques Comportement aux prédateurs
Mousse d'urée-formaldéhyde
Mousse phénolique (Phénol (groupe))
Mousse de polychlorure de vinyle (Polychlorure de vinyle)
Polyester
Polystyrène extrudé (Polystyrène) PSE
Polystyrène expansé (Polystyrène) PSE
Mousse de polyuréthane (Polyuréthane) PUR


Polyisocyanurate PIR


Isolants minéraux[modifier | modifier le code]

Isolants minéraux
Matière Abréviation Densité Conductivité thermique () µ sec µ humide Comportement au feu Comportement aux agents biochimiques Comportement aux prédateurs
Laine minérale (Laine de roche) LM
Laine minérale (Laine de verre) LM
Perlite
Vermiculite
Argile expansée
Mousse de verre (verre) MV


Isolants naturels[modifier | modifier le code]

Isolants d'origine végétale[modifier | modifier le code]

Isolants d'origine végétale
Matière Origine Densité Conductivité thermique µ sec µ humide Comportement au feu Comportement aux agents biochimiques Comportement aux prédateurs
Laine de bois fibres de bois, fibres, phosphate d’ammonium[1] 55 kg/m3 0,038 W/mK
Chanvre
Textile recyclé
Solomite paille
Fibragglo Bois aggloméré
Granulat de bois minéralisé
Laine de coco
Laine de coton coton
Liège expansé Liège (matériau)
Lin
Ouate de cellulose cellulose

La paille peut aussi etre employée (voir : maison en paille).

Isolants d'origine animale[modifier | modifier le code]

Isolants d'origine animale
Matière Origine Densité Conductivité thermique () µ sec µ humide Comportement au feu Comportement aux agents biochimiques Comportement aux prédateurs
Laine

Isolants réflecteurs minces[modifier | modifier le code]

Les isolants minces réfléchissants (PMR) sont utilisés en France à raison d'environ 10 millions de m² posés par an (chiffre d’affaires dépassant 100 M€ et part de marché d’environ 0,4 % en volume selon les fabricants).

Ils sont formés d'un matériau organique ou synthétique (mousse plastique) emprisonnant de l'air ou des bulles d'air. Ces couches sont entourées de feuilles thermiques réfléchissantes qui réduisent les pertes par rayonnement en diminuant l'émissivité d'une des deux faces au moins[2].
Leur épaisseur (5 à 30 mm) les rend utiles là où la place manque pour des isolants épais, mais leurs performances thermiques sont bien moindres (deux à trois fois moins performants[2]), selon les études par exemple faites en 2007 pour le PREBAT ou par le CNRS avec le fabricant KDB Isolation ; seuls ils ne permettent pas de répondre aux s niveaux requis par la réglementation en France et dans la plupart des pays européens, mais ils peuvent intervenir en complément, avec une pose précise, et une aération adaptée car ils peuvent favoriser la condensation[2]. En 2001, le Syndicat des fabricants d'isolants réflecteurs minces multicouches (Sfirmm) a estimé dans un communiqué que l'Ademe, faisait preuve d'un partis pris, en utilisant un référentiel qui selon ce syndicat défavorise ce matériau[2]. la certification Acermi (Association pour la Certification des Matériaux Isolants) se fait en France si le producteur la demande, mais les PMR doivent maintenant être marqués « CE » (depuis le 30 septembre 2007) si utilisés en écrans sous-toiture. Le CSTB a rendu un avis technique pour différents PMR[2].

Voir aussi :

Article détaillé : Isolation multicouches.

Nouveaux matériaux[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laine de bois sur .habitat-ecologique.be
  2. a, b, c, d et e Batiactu, (L'Ademe rend son avis28/11/2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]