Ultracentrifugation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Une ultracentrifugeuse

L’ultracentrifugation est une méthode de centrifugation dont le but est de séparer des particules très fines dispersées dans un liquide de densité pratiquement égale[1]. Pour que cette séparation ait lieu la vitesse de rotation de la centrifugeuse doit dépasser les 15 000 tours par minute.

La centrifugeuse utilisée est appelée ultracentrifugeuse. Le rotor de cet appareil se déplace dans un vide, de sorte qu'aucune résistance de l'air ne se produise.

L’ultracentrifugation a été développée au milieu des années 1920 par Theodor Svedberg[2]. L’ultracentrifugation peut être utilisée pour des fins analytiques ou préparatives.

Ultracentrifugation analytique[modifier | modifier le code]

Le but de l’ultracentrifugation analytique est de caractériser les espèces dispersées. Elle est utilisée en biologie, en biochimie et en chimie colloïdale. Les dispersions sont mises dans des cellules dont les parois sont transparentes ce qui permet la traversée d’un faisceau lumineux qui offre la possibilité de suivre la migration des particules au cours de l’expérience[3]. La détection peut avoir lieu par spectroscopie. Ce suivi permet de déterminer par exemple la masse moléculaire, la forme, les dimensions, la densité des espèces dispersées ainsi que les interactions qui existent entre elles[4].

Ultracentrifugation préparative[modifier | modifier le code]

Ultracentrifugation différentielle
Mélangeur de liquides à densités différentes pour fabriquer un liquide à gradient continu de densité

Le but de l’ultracentrifugation préparative est d’isoler les espèces dispersées :

L'ultracentrifugation préparative peut suivre différentes procédures telles que l'ultracentrifugation différentielle et l'ultracentrifugation en gradient de densité[6].

Ultracentrifugation différentielle[modifier | modifier le code]

L'échantillon est soumis à des ultracentrifugations répétées, où la séparation provoque la formation d'un sédiment appelé culot. Après chaque centrifugation, le culot est retiré et la force centrifuge est augmentée.

Ultracentrifugation en gradient de densité[modifier | modifier le code]

Lors de ce type d'ultracentrifugation, en plus de l'échantillon, au moins un liquide de séparation est utilisé dans le tube de centrifugation. Si un seul liquide est utilisé, alors ce dernier est à gradient continu de densité, c-à-d qu'il a une densité décroissante du bas vers le haut. Si plusieurs liquides sont utilisés, alors chaque liquide a une densité différente. Ces liquides sont superposés le plus dense en bas et le moins dense en haut. L'ultracentrifugation en gradient de densité peut suivre différentes procédures tels que la séparation zonale en gradient continu ou discontinu et la séparation isopycnique en gradient continu[7].

Procédure Les particules à séparer ont Séparation des particules selon leur L’échantillon est Centrifugation jusqu'à l'équilibre
Séparation isopycnique en gradient continu des masses volumiques différentes masse volumique mélangé au gradient Oui
Séparation zonale en gradient continu ou discontinu la même masse volumique mais sont de taille, donc de masse différente masse donc taille déposé au dessus du gradient Non. La sédimentation est arrêtée quand les particules les plus lourdes sont rendues vers le bas du tube à centrifuger et que le niveau désiré de séparation est obtenu.
Les différentes procédures d'ultracentrifugation en gradient de densité

Références[modifier | modifier le code]

  1. Emilian Koller, Dictionnaire encyclopédique des sciences des matériaux, Dunod, 2008
  2. Jean Lemerle, L'ultracentrifugation et ses applications en chimie minérale, L'Actualité chimique, p. 3-28, Paris, Mars 1974
  3. Jean Lemerle, « CENTRIFUGATION », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 26 juillet 2015)
  4. Lucette Bardet, Ultracentrifugation, Techniques de l’Ingénieur, traité Analyse et Caractérisation, P 1 405, 1983
  5. Renaud De La Taille, La centrifugeuse, Science & Vie N°927, p. 156, décembre 1994
  6. Bernard Hainque, Bruno Baudin, Philippe Lefebvre, Appareils et méthodes en biochimie et biologie moléculaire, Lavoisier, 2008
  7. Xavier Coumoul, Frédéric Dardel, Etienne Blanc, Mémo visuel de biochimie L'essentiel en fiches et en couleurs, Dunod, 2016