Portail:Royaume de Saxe

Le projet « Royaume de Saxe » lié à ce portail
Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Royaume de Saxe
524 articles de Wikipédia sont actuellement consacrés au Royaume de Saxe

Présentation

Coat of Arms of the Kingdom of Saxony 1806-1918.svg
Flagge Königreich Sachsen (1815-1918).svg

Le royaume de Saxe (en allemand : Königreich Sachsen) est un état d'Europe centrale (1806-1919), successeur de l'Électorat de Saxe (Kurfürstentum Sachsen) et prédécesseur de l'État libre de Saxe (Freistaat Sachsen). Le royaume fut gouverné par la branche albertine de la maison de Wettin et avait pour capitale Dresde.

Il fut membre de la Confédération du Rhin (1808-1813), puis de la Confédération germanique (1815-1866), de la Confédération de l'Allemagne du Nord (1867-1871) et, enfin, de l'Empire allemand (1871-1918) ; il disparaît en 1918 lorsque l'Allemagne devient une République. Il fut également membre du Mitteldeutscher Handelsverein (de), ou union commerciale d'Allemagne centrale (1828-1834), puis du Deutscher Zollverein, ou l'union douanière allemande (1834-1919).

C'était l'État le plus densément peuplé de l'Empire allemand et d'Europe au XIXe siècle[1], et il comprenait plusieurs régions naturelles très distinctes : le bassin lipsien, la vallée de l'Elbe, une partie de la Haute-Lusace, le Vogtland, puis les pentes des monts Métallifères. Il correspond à peu près au Land actuel de Saxe.

Lumière sur...

Franz von Lenbach Bismarck 1894.jpg

Otto Eduard Leopold von Bismarck-Schönhausen, fait comte de Bismarck en 1865, puis prince de Bismarck-Schönhausen en 1871 et duc de Lauenburg en 1890 est né à Schönhausenle et est décédé le à Friedrichsruh. Il fut à la fois ministre-président du royaume de Prusse de 1862 à 1890, chancelier de la Confédération de l'Allemagne du Nord de 1867 à 1871 avant de devenir le premier chancelier fédéral de d'Allemagne en 1871, poste qu'il occupera jusqu'en 1890. Il a eu un rôle déterminant dans l'unification de cette dernière.

Politiquement, au début de sa carrière il se fait un nom en défendant les intérêts des Junkers, petite noblesse prussienne dont il fait partie, depuis les bancs conservateurs. Il est nommé ministre-président de Prusse en 1862. Dans le conflit constitutionnel prussien il lutte contre les libéraux pour maintenir la primauté de la monarchie. Également ministre des affaires étrangères, il déclenche la guerre Guerre des Duchés puis la Guerre austro-prussienne entre 1864 et 1866 et impose par là même la suprématie de la Prusse en Allemagne. La guerre franco-prussienne de 1870 permet de résoudre la question allemande en retenant la solution petite-allemande, défendue par la Prusse, et entraîne l'unification allemande en 1871.

Il accède au poste de chancelier dans le nouvel Empire allemand, poste qu'il occupe jusqu'à son retrait en 1890, tout en conservant sa place de ministre-président de Prusse. Sur le plan de la politique extérieure, il essaie d'établir un équilibre entre les grandes puissances européennes grâce à un système d'alliance.

Sur le plan de la politique intérieure à partir de 1866, on peut distinguer deux phases. Il s'allie tout d'abord au libéraux modérés. Cela conduisit au vote de nombreuses réformes, tel la mise en place du mariage civil, qui rencontre la résistance des catholiques. Bismarck lutte d'ailleurs contre ces derniers avec la politique de la Kulturkampf. Puis, à la fin des années 1870, Bismarck se sépare des libéraux. Durant cette phase sont votées les lois pour le protectionisme et l'interventionnisme étatique. Elle voit également la création d'un système de sécurité sociale. Les années 1880 sont surtout marquées par les lois antisocialistes. En 1890, ses divergences de point de vue avec le nouvel empereur Guillaume II conduisent à son départ.

Après son retrait, Bismarck continue de jouer un rôle politique, en critiquant l'action de son successeur. Il écrit également ses mémoires, qui influencent fortement l'image qu'a l'opinion publique allemande de lui.

Jusqu'au milieu du XXe siècle, les historiens allemands jugent en grande majorité son action de manière positive, celle-ci étant, dans cette période nationaliste, associée à l'unification de l'Allemagne. Cependant après la Seconde Guerre mondiale les critiques s'accentuent : il serait responsable en tant que fondateur de l'Empire allemand, de l'échec de la démocratie en Allemagne. Des approches plus modernes de l'Histoire tentent de remettre l'action de Bismarck, avec ses forces et ses manques, dans le contexte de son époque avec la structure politique qui était alors en place.

Lire la suite

Géographie

Carte du Royaume de Saxe en 1900.
Espaces géographiques
Bassin lipsien, Elbe, Haute-Lusace, Vogtland, Monts Métallifères

Image du mois

Le saviez-vous ?

Reichstag int 1906.jpg
Le pouvoir législatif est représenté par deux chambres, le Reichstag (photographie, en 1906) et le Bundesrat, mais ce n'est qu'à l'orée de l'Empire, en 1918, qu'est mise en place la responsabilité gouvernementale.

Articles

Bundesarchiv Bild 146-1984-041-10, Deutsch-Ostafrika, Reise Bernhard Dernburg.jpg
L'Empire colonial allemand, créé à la fin du XIXe siècle, s'étendait en Afrique (Afrique orientale allemande, Sud-Ouest africain allemand), en Asie (Jiaozhou, Qingdao, Shandong) et en Océanie (Nouvelle-Guinée allemande, Samoa allemandes).
Reichstag int 1906.jpg
Le pouvoir législatif est représenté par deux chambres, le Reichstag (photographie, en 1906) et le Bundesrat, mais ce n'est qu'à l'orée de l'Empire, en 1918, qu'est mise en place la responsabilité gouvernementale.
  1. (de) « Geschichte Sachsens : Souveränes Königreich Sachsen » [« Histoire de la Saxe ; le Royaume de Saxe souverain »], Chronique [html], sur sachsen.de (consulté le 13 mars 2018).