Jean Ier de Saxe (1801-1873)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Ier de Saxe (1468-1532) et Jean Ier.

Jean Ier
Illustration.
Le roi Jean Ier de Saxe en 1870.
Titre
Roi de Saxe

(19 ans, 2 mois et 20 jours)
Ministre-président Ferdinand von Zschinsky
Friedrich Ferdinand von Beust
Johann Paul von Falkenstein (de)
Richard Freiherr von Friesen (de)
Prédécesseur Frédéric-Auguste II
Successeur Albert Ier
Biographie
Dynastie Maison de Wettin
Nom de naissance Johann Nepomuk Maria Joseph Anton Xaver Vincenz Aloys Franz de Paula Stanislaus Bernhard Paul Felix Damasus von Sachsen
Date de naissance
Lieu de naissance Dresde (Électorat de Saxe)
Date de décès (à 71 ans)
Lieu de décès Château de Pillnitz à Dresde (Royaume de Saxe)
Sépulture Cathédrale de la Sainte-Trinité à Dresde
Père Maximilien de Saxe
Mère Caroline de Bourbon-Parme
Conjoint Amélie de Bavière
Enfants Marie de Saxe
Albert Ier de Saxe Red crown.png
Élisabeth de Saxe
Ernest de Saxe
Georges Ier de Saxe Red crown.png
Sidonie de Saxe
Anne Marie de Saxe
Marguerite de Saxe
Sophie de Saxe

Jean Ier de Saxe (1801-1873)
Rois de Saxe

Jean Ier de Saxe (en allemand : Johann Nepomuk Maria Joseph Anton Xaver Vincenz Aloys Franz de Paula Stanislaus Bernhard Paul Felix Damasus von Sachsen), né le à Dresde et décédé le dans la même ville, est de 1854 à 1873 le quatrième roi de Saxe.

Il est le troisième fils et le sixième des sept enfants de Maximilien de Saxe (frère de Frédéric-Auguste Ier de Saxe) et de son épouse Caroline de Bourbon-Parme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prince de Saxe (1801-1854)[modifier | modifier le code]

Vogel von Vogelstein : le prince Jean de Saxe président du ministère des finances en 1832

Pendant la majeure partie de sa vie, Jean avait peu de chances d'hériter de la couronne de Saxe. En effet, lorsque le royaume de Saxe est créé en 1806, il n'est que le cinquième agnat à la succession après son oncle, son père et ses deux frères plus âgés : Frédéric-Auguste et Clément. Cependant, suite aux décès successifs des héritiers de la couronne de Saxe et à la renonciation de son père, Jean progresse naturellement dans l'ordre de succession.

Entré à vingt ans au ministère des finances il en est le président lorsqu'en 1831 il prend le commandement des gardes nationaux du royaume qu'il conservera jusqu'en 1846. Comme membre de la Première Chambre, il prend part aux travaux de la Diète saxonne et surtout à la discussion de la nouvelle constitution de 1831[1].

Lorsque la Conférence de Londres reconnaît le l'indépendance de la Grèce, les diplomates conviennent d'offrir la couronne hellène soit au prince Jean de Saxe (soutenu par la France), soit au prince Frédéric des Pays-Bas (soutenu par le Royaume-Uni)[2]. Ce sera finalement Othon de Bavière qui sera choisi.

Quand son oncle Antoine de Saxe succède à son frère aîné Frédéric-Auguste Ier de Saxe en 1827, Jean devient troisième dans l'ordre de succession, mais après que son père Maximilien a renoncé à ses droits de succession en 1830, il occupe la place de second dans l'ordre ; puis quand son frère aîné devient le roi Frédéric-Auguste II de Saxe en 1836, il devient le premier héritier du trône. Le roi, marié deux fois, est cependant resté sans enfants. Jean reste donc l'héritier pendant le règne de son frère.

Le 12 août 1845, lors d'une visite à Leipzig où il doit passer en revue la garde communale, le prince Jean - auquel on attribue une influence sur les récentes décisions prises par le ministère à l'égard des catholiques allemands - est chahuté par une manifestation de libéraux lors de la promenade aux flambeaux en son honneur. L'hôtel de Prusse dans lequel le Prince est descendu est pris à partie par des manifestants qui brisent les vitres de l'établissement et les lanternes du voisinage à coups de pierres[3] . Un bataillon de chasseurs parvient sur les lieux, balaie la place en la parcourant baïonnette croisée et dégage l'hôtel; la troupe fait ensuite feu de deux côtés sur les manifestants, causant la mort d'au moins neuf victimes[4] et blessant une vingtaine de personnes[5]. Il faudra le talent du libraire Robert Blum pour ramener le calme, mais l'ancienne défiance religieuse vis-à-vis de la dynastie catholique saxonne renaît. Le lendemain le prince Jean quittant la ville fera l'objet de quolibets, renouvelés lors de son passage à Chemnitz[6]. Par la suite, Blum n'en sera pas moins un des leaders de la révolution de mars 1848 en Saxe tout en empêchant les révolutionnaires de marcher sur la capitale Dresde. Néanmoins la révolution échouera en Saxe comme dans les autres pays de la Confédération germanique.

Roi de Saxe (1854-1873)[modifier | modifier le code]

Jean devient roi de Saxe après la mort accidentelle de son frère Frédéric-Auguste II en août 1854. Il conserve à son service le médecin de ses prédécesseurs, Carl Gustav Carus, homme intelligent et talentueux, précurseur de Sigmund Freud et peintre renommé.

L'Organisation judiciaire de 1855, l'extension du réseau de chemin de fer, l'introduction de la liberté du commerce résultent principalement de ses suggestions. Sous son gouvernement, on assiste à l'acceptation du traité de commerce avec la France en 1862 et à la reconnaissance d'un marché avec l'Italie. Il a lui-même favorisé, sous l'influence de son ministre Friedrich Ferdinand von Beust, la solution grande-allemande de l'arrangement impérial (sous l'inclusion de l'Autriche). En 1866, la Saxe combat aux côtés de l'Autriche lors de la guerre austro-prussienne. Finalement, après la défaite autrichienne à la bataille de Sadowa, la Saxe adhère à la Confédération de l'Allemagne du Nord (en payant une lourde contribution de guerre et en lui cédant la forteresse de Königstein[7]) et en 1871 à l'Empire allemand sous l'hégémonie de la Prusse.

Le roi meurt deux ans plus tard le à 71 ans au château de Pillnitz des suites d'une insuffisance cardiaque congestive qui le minait depuis longtemps[8]. Il est inhumé le dans la crypte royale de la cathédrale de la Sainte-Trinité à Dresde. Son fils aîné devient dès lors le roi Albert Ier.

Jean Ier jouit de la réputation d'un homme cultivé. Au-delà de son travail politique, le Roi est engagé dans la littérature. Sous le pseudonyme de Philalethes, il traduit en allemand La Divine Comédie de Dante Alighieri. Il se livre à des études tant archéologiques que littéraires. En 1824, il devient président de la Société des Antiquaires de Saxe[9].

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Jean épouse le à Dresde Amélie de Bavière (née à Munich le , morte à Dresde le , fille du roi Maximilien Ier de Bavière et de sa seconde épouse Caroline de Bade.

Neuf enfants naissent de cette union, mais six d'entre eux mourront dans la fleur de l'âge :

Honneurs[modifier | modifier le code]


Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Meuse, 2 novembre 1873
  2. Olivier Defrance, Léopold Ier et le clan Cobourg, Bruxelles 2004, p.101
  3. Le Journal de Bruxelles, le 19 août 1845
  4. Le Messager de Gand, le 22 août 1845
  5. La Gazette des Postes de Francfort, le 18 août 1845
  6. Le Messager de Gand, le 22 août 1845
  7. La Meuse, 2 novembre 1873
  8. La Meuse, 30 octobre 1873
  9. La Meuse, 2 novembre 1873