Pierrecourt (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierrecourt.

Pierrecourt
Pierrecourt (Seine-Maritime)
Blason de Pierrecourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Eu
Intercommunalité Communauté de communes interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle
Maire
Mandat
Gilbert Sellier
2014-2020
Code postal 76340
Code commune 76500
Démographie
Population
municipale
476 hab. (2017 en diminution de 1,04 % par rapport à 2012)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 53′ 50″ nord, 1° 39′ 36″ est
Altitude Min. 71 m
Max. 216 m
Superficie 9,51 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pierrecourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pierrecourt

Pierrecourt est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

À une trentaine de kilomètres au sud-ouest d'Abbeville, le village est proche de l'autoroute A28 et de la route départementale 928.

Par la route, Amiens est à une soixantaine de kilomètres à l'est, en passant par Airaines.

La commune est limitée au nord-ouest par la Haute Forêt d'Eu, qui s'y étend sur 250 ha[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Fontaine Saint-Pierre, affluent de la Bresle, prend sa source dans la commune[1].

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune est constituée du village et de 10 hameaux[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes de Petracurt, de Petricuria et de Petrocuria au XIIe siècle et en 1215[2]; de Petricuria fin du XIIe siècle; de Pierrecort en 1198; « In territorio ville mee que dicitur Petricuria » en 1232; « In decima tocius parrochie de Petricuria » en 1237; Parrochianorum Petricurie en 1238; Petricurt en 1225[3]; Ecclesia de Petri Curia vers 1240; de Pierrecourt en 1319; Petricuria en 1337; Terre de Pierrecourt en 1376[4]; A Pierrecourt en 1415[5]; Pierrecourt en 1431 (Longnon); En la paroisse et fief de Pierrecourt en 1503 et en 1538[6]; Petricuria au XVIe siècle; Saint Pierre de Pierrecourt en 1716[7]; Garderie de Pierrecourt en 1768; Pierrecourt en 1715 (Frémont); Pierrecour en 1757 (Cassini); Pierrecourt en 1953[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Pierrecourt faisait partie du comté d'Eu.

Un château fort datant vraisemblablement du XIe siècle avec motte féodale et pont levis se trouvait dans le village. Sa tour d'angle hexagonale sud en brique du XVIIe siècle, qui en était le dernier vestige, a été détruite à la fin du XXe siècle[9].

La partie gauche à dextre du blason de Pierrecourt évoque trois familles féodales apparentées qui en ont été seigneurs : la maison capétienne de Dreux (cf. Châteauneuf ; avec notamment Louis Perceval , † après 1493, et son frère Gauvain, † 1508, représentés par l'hermine de leurs cousins de Dreux-Bretagne) ; les de Mouy ou de Moÿ (De gueules fretté d'or : Charlotte de Dreux, † vers 1551, petite-fille de Gauvain, ayant épousé le vice-amiral de France Charles de Mouy de La Mailleraye, † 1562) ; les Le Conte de Nonant (d'azur au chevron d'or accompagné de trois besants du même : Françoise d'Anquetil de St-Vaast, arrière-petite-fille de Charles de Mouy et Charlotte de Dreux, ayant épousé Félix Leconte de Nonant)[10].

En 1592, le 5 février, lors du Combat d'Aumale, Henri IV (en fait son lieutenant Biron, le roi étant occupé au siège de Rouen) perd 200 arquebusiers à cheval sur l'un des vignobles situé face à la mairie[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement de Dieppe du département de la Seine-Maritime. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la sixième circonscription de la Seine-Maritime.

Elle faisait partie depuis 1802 du canton de Blangy-sur-Bresle[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton d'Eu.

Intercommununalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la petite communauté de communes de Blangy-sur-Bresle, créée en 2001.

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du prescrivant, dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale, que les intercommunalités à fiscalité propre doivent, sauf exceptions, regrouper au moins 15 000 habitants, cette intercommunalité est amenée à fusionner avec canton d'Aumale.

C'est ainsi qu'est créée le la communauté de communes interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle[12], dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1923 1944[Note 1] André Genty[14] PAPF Agriculteur-éleveur
Conseiller d'arrondissement de Neufchâtel-en-Bray (1928 → ?)
Député de Seine-Inférieure (1936 → 1942)
Les données manquantes sont à compléter.
1990[15] En cours
(au 18 avril 2018)
Gilbert Sellier   Cultivateur
Membre du bureau de la CC de Blangy-sur-Bresle (2014 → 2016)
Réélu pour le mandat 2014-2020

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[17].

En 2017, la commune comptait 476 habitants[Note 2], en diminution de 1,04 % par rapport à 2012 (France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
541520631679813758896806823
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
837829844816808751729709698
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
685710678654639565565530575
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
570504480460422455456484471
2017 - - - - - - - -
476--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est située en zone B pour les vacances scolaires, dans l'académie de Rouen[19]

L'école publique de Pierrecourt comptait deux classes pour 28 élèves à la rentrée 2017.

À la rentrée 2018, les écoles de Nesle-Normandeuse (trois classes :25 élèves en maternelle, 16 élèves en CP-CE1 et 15 élèves en CE1-CE2) et Pierrecourt (une classe de CM1-CM2, 19 élèves) se regroupent pour une gestion commune de leurs établissements d'enseignement primaire. Chacune des deux communes offre les services d'une cantine pour limiter les déplacements du milieu de journée[20],[21],[22].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La 21e fête de la fraise de Pierrecourt a eu lieu du 18 au [23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le village compte de nombreuses fermes des XVIIIe et XIXe siècles[24].
  • Église Saint-Pierre, des XVIe et XVIIe siècles[25]. Elle contient un tableau du Christ remettant les clefs à saint Pierre du XVIIe siècle, initialement exposé sur le retable et désormais situé sur le mur nord de l'église[26].
  • Christ en croix, croix de chemin en béton érigée en 1938 au lieu-dit l'Échauffard[27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Lunis, (1923-2008), athlète français, médaillé d'argent aux Jeux olympiques de Londres et champion d'Europe, y est né.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Pierrecourt

Les armes de la commune de Pierrecourt se blasonnent ainsi :

Parti: au 1er mi-parti d’hermine au chef de gueules fretté d’or, sur le tout d’azur au chevron accompagné en chef de deux besants et en pointe de quatre posés en fasce, le tout d’or, au 2e d’azur au chevron d’or accompagné de trois étoiles d’argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Compte tenu de son vote accordant les pouvoirs constituants au maréchal Pétain du 10 juillet 1940, « considérant qu'il n'est pas établi que l'intéressé ait accompli des actes impliquant une participation à la lutte contre l'ennemi », le Jury d'honneur confirme son inéligibilité, ne lui permettant pas d'être candidat aux élections municipales de 1945 (Dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958, La Documentation française
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Pierrecourt », sur http://www.cc-blangysurbresle.fr (consulté le 23 septembre 2018).
  2. Archives de Seine-Maritime 8 H.
  3. Bib. Rouen ms 1224 f. 139 v.
  4. Archives de Seine-Maritime B Echiq. t. 2, p. 102 v.
  5. Archives de Seine-Maritime 8 H 66, 294.
  6. Archives de Chantilly — G. C. cart. 1 — Aveu du comté d'Aumale.
  7. Archives de Seine-Maritime G. 4, 740.
  8. Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Dictionnaire du département : Seine-Maritime, page 772.
  9. « Château fort », notice no IA00057388, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. « Le Conte de Nonant : Pierrecourt ou Piercour, p. 227 », sur Annuaire de la pairie et de la noblesse de France, par André Borel d'Hauterive, 1848
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Arrêté interpréfectoral du 29 novembre 2016 portant création de la communauté de communes interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle [PDF]
  13. « Les maires de Pierrecourt », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 23 septembre 2018).
  14. « André Genty (1887-1969) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  15. Blandine Thoreux, « Qu’envisagent les maires sortants du canton ? : À deux mois du premier tour des élections municipales, nous sommes allés à la rencontre des maires sortants du canton et leur avons demandé s'ils seraient de nouveau candidats », L'Éclaireur du Vimeu,‎ (lire en ligne, consulté le 23 septembre 2018) « D’abord conseiller municipal en 1977, puis adjoint en 1983, Gilbert Sellier a été élu maire de Pierrecourt en 1990. Aujourd’hui âgé de 64 ans, il briguera un nouveau mandat lors des prochaines élections ».
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  19. L'école sur le site du ministère de l'Éducation nationale.
  20. Le Courrier picard, édition Picardie maritime, « Une rentrée avec des classes en moins », , p. 9.
  21. Xavier Togni et A. S., Le Courrier picard, édition Picardie maritime, « Des soucis malgré les difficultés », , p. 10.
  22. « Nesle-Normandeuse et Pierrecourt en regroupement », Le Réveil, édition Bresle - Oise -Somme, no 3771,‎ , p. 37.
  23. Vincent Beny, « Pierrecourt, les 18, 19 et 20 juin. 21e fête de la fraise : Dans le cadre de la 21e fête de la fraise de Pierrecourt, différentes animations seront proposées du 18 au 20 juin », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le 23 septembre 2018).
  24. « Maisons et fermes », notice no IA00057386, base Palissy, ministère français de la Culture
  25. « Église paroissiale Saint-Pierre », notice no IA00057387, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Tableau : le Christ remettant les clefs à saint Pierre », notice no PM76001282, base Palissy, ministère français de la Culture.
  27. « Croix de chemin », notice no IA00057389, base Palissy, ministère français de la Culture