Pharmacognosie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La pharmacognosie (du grec pharmakon drogue, venin, poison et gnosis connaissance) est la science appliquée traitant des matières premières et des substances à potentialité médicamenteuse d’origine biologique. Ces substances d’origine biologique sont issues de végétaux, d'animaux, de champignons ou de microbes (ex : issu de fermentation à partir de micro-organismes). Le médicament est la partie de l'organe, l’organe entier ou encore la totalité d’une plante, d’un champignon (drogue végétale) ou d’un animal (drogue animale)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En Occident, le De materia medica de Dioscoride a été transmis depuis le Ier siècle : un des exemplaires les plus fameux, datant du VIe siècle, en est le Dioscoride de Vienne.

Caractère multidisciplinaire[modifier | modifier le code]

  • La botanique et l'ethnopharmacologie considèrent l'historique des plantes médicinales et l'inventaire de leur utilisation en médecine traditionnelle.
  • L'agronomie : sélection, culture, récolte, conservation et distribution des plantes médicinales.
  • La phytochimie aborde la biogenèse des constituants actifs et de leur isolement, l'étude de leur structure chimique au moyen de techniques analytiques modernes (spectrométrie, chromatographie ...).
  • La pharmacologie et la toxicologie des constituants actifs définissent une marge entre l'effet thérapeutique et la toxicité de ces substances.
  • L'analyse pharmaceutique dispose de méthodes de standardisation.
  • La biochimie et la biotechnologie: mise au point des méthodes de production in vitro de métabolites secondaires au moyen de cultures de tissus et de cellules végétales. Usage des techniques du génie génétique pour la production de nouvelles molécules thérapeutiques.
  • La zoopharmacognosie : identification et analyse des végétaux, des insectes ou de la terre utilisés par les animaux, particulièrement les primates lorsqu’ils s’auto-soignent, afin d'améliorer la connaissance scientifique en éthologie et en pharmacochimie et de mettre au point d'éventuels nouveaux médicaments pour la médecine humaine et/ou vétérinaire[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bruneton J & Barton D (1987) Éléments de Phytochimie et de Pharmacognosie. Technique et documentation.
  2. Rodriguez E & Wrangham R (1993) Zoopharmacognosy: the use of medicinal plants by animals. In Phytochemical potential of tropical plants (pp. 89-105). Springer US.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Bruneton, Pharmacognosie, Phytochimie, Plantes médicinales, 3e édition, .
  • Danielle Roux et Odile Catier, Botanique, Pharmacognosie, Phytothérapie, Groupe Liaisons, collection Porphyre, 2007.
  • Kokate C.K (1994) Practical pharmacognosy. Vallabh Prakashan, New Delhi, 4, 110-111.
  • Jean-Marie Pelt, La Vie sociale des plantes, 1985.