Agoniste inverse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En pharmacologie, un agoniste inverse est un agent qui interagit avec le même récepteur qu'un agoniste de ce récepteur mais produit l'effet pharmacologique opposé. C'est le cas de certains types de récepteurs (e.g. certains récepteurs histamine / récepteurs GABA) qui ont une activité intrinsèque sans l'action d'un ligand sur eux, aussi qualifiée d'activité constitutive.

Il faut noter la différence entre un antagoniste qui aura le même site de fixation que l'agoniste sur le récepteur et bloquera ainsi ce dernier, tandis que l'agoniste inverse se fixe sur un site de fixation différent entraînant un changement de conformation du récepteur et empêchant la fixation de l'agoniste. La notion d’agoniste inverse repose sur l’idée que le récepteur et son système de transduction conduisant à un effet aurait une activité basale en absence de tout agoniste: le changement de conformation va interrompre l'activité basale du récepteur, et il va en résulter encore moins d'effet que dans la situation où aucun agoniste ne peut se lier. Un exemple particulier est la beta carboline qui est l'agoniste inverse des benzodiazépines (tels l'alprazolam et le diazépam) et que l'on retrouve dans la passiflore qui est une plante utilisée en phytotherapie pour ses propriétés sedative et spasmolytique. Le R015-4513 et les benzodiazépines utilisent tous deux le même site de liaison GABA sur les neurones, mais R015-4513 a l'effet opposé en produisant une anxiété sévère plutôt que l'effet sédatif des benzodiazépines.