Aire sous la courbe (pharmacocinétique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aire sous la courbe.

L'aire sous la courbe (abrégée en ASC ou AUC, pour l'anglais Area Under Curve) est la mesure de l'aire de la surface située sous le tracé d'une fonction mathématique dessinée dans un repère. Formellement, cette valeur correspond à l'intégrale de cette fonction.

Dans le domaine de la pharmacocinétique, on utilise souvent l'aire sous la courbe d'un graphique représentant la concentration plasmatique d'un médicament en fonction du temps.

Application en pharmacocinétique[modifier | modifier le code]

Mathématiquement, l'aire sous la courbe de la concentration d'un agent au cours du temps est une mesure de l'intégrale des concentrations instantanées pendant un intervalle de temps, et a pour dimension : (masse/volume) × temps.

L'ASC est habituellement donnée pour l'intervalle de temps théorique allant de zéro à l'infini, mais d'autres intervalles de temps sont parfois utilisés avec la notation ASC(t1,t2) où t1 et t2 représentent les deux bornes (de début et de fin) de l'intervalle. Concrètement, les concentrations plasmatiques d'un principe actif ne peuvent pas être mesurées « à l'infini » pour un patient ou un sujet d'expérience, aussi différentes approches mathématiques permettent, à partir d'un nombre limité de mesures de concentration, d'extrapoler la valeur de l'ASC sur un temps infini.

Par exemple, dans un modèle à un compartiment, ou l'évolution de la concentration (C) en principe actif au cours du temps est décrite par une mono-exponentielle ayant comme constante d'élimination K, de la forme :

Si l'on intègre de zéro à l'infini, on obtient :

AUC et biodisponibilité[modifier | modifier le code]

Aire sous la courbe (AUC) de la concentration plasmatique en intraveineuse (iv) et par voie orale (po).

En pharmacocinétique, la biodisponibilité fait généralement référence à la fraction de médicament absorbé systématiquement, et ainsi est disponible pour produire un effet biologique. Elle est souvent mesurée en quantifiant l'AUC. Afin de déterminer les AUC respectives, la concentration de sérum en fonction du temps est typiquement étudiée en utilisant un marquage au carbone 14 et la spectrométrie de masse accélérée[1].

La biodisponibilité peut être mesurée en termes de "biodisponibilité absolue" ou de "biodisponibilité relative".

Biodisponibilité absolue[modifier | modifier le code]

La biodisponibilité absolue fait référence à la biodisponibilité du médicament quand il est administré par un moyen non-intraveineux (non-IV) (i.e. comprimé oral, suppositoire, sous-cutané, etc.), comparée à la biodisponibilité du même médicament administré en intraveineuse (IV). Pour cela, on compare l'AUC du dosage non-IV avec l'AUC du dosage IV. Ce rapport est normalisé en multipliant par la dose respective de chaque dosage[2].

Biodisponibilité relative[modifier | modifier le code]

La biodisponibilité relative compare la biodisponibilité entre deux dosages différents. De nouveau les AUC relatives sont utilisées pour effectuer cette comparaison et les doses relatives sont utilisées pour normaliser le calcul.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Intégration (mathématiques)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lappin, Graham; Rowland, Malcolm; Garner, R Colin (2006). [1] "The use of isotopes in the determination of absolute bioavailability of drugs in humans". Expert Opinion on Drug Metabolism & Toxicology 2 (3): 419–27.
  2. Srinivasan, V. Srini (2001). [2] "Bioavailability of Nutrients: A Practical Approach to In Vitro Demonstration of the Availability of Nutrients in Multivitamin-Mineral Combination Products". The Journal of Nutrition 131 (4 Suppl): 1349S–1350S.

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Area under the curve » (voir la liste des auteurs).