Aller au contenu

Neuville-Ferrières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Neuville-Ferrieres)

Neuville-Ferrières
Neuville-Ferrières
L'avenue verte.
Blason de Neuville-Ferrières
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Intercommunalité CC Communauté Bray-Eawy
Maire
Mandat
Hervé Guérard
2020-2026
Code postal 76270
Code commune 76465
Démographie
Gentilé Neuvillais
Population
municipale
546 hab. (2021 en diminution de 7,14 % par rapport à 2015)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 44″ nord, 1° 27′ 31″ est
Altitude Min. 80 m
Max. 229 m
Superficie 13,02 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Neufchâtel-en-Bray
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Neufchâtel-en-Bray
Législatives 6e circonscription de la Seine-Maritime
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Neuville-Ferrières
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Neuville-Ferrières
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
Neuville-Ferrières
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Neuville-Ferrières

Neuville-Ferrières est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est très accidenté. Il s’étend de part et d’autre de la Béthune sur 8 km. Ce territoire a une forme oblongue et il est bordé sur les 2/3 de son périmètre par 2 affluents de la Béthune : la Canche et le Philbert. Son fond est suivi par l’ancienne voie ferrée Paris - Dieppe devenue l’Avenue verte.

Neuville-Ferrières a connu et connaît de nombreuses inondations. La plus importante fut celle de 1909 mais la Béthune sort très souvent de son lit 1925, 1963 (3 fois), 1974 et depuis 1980… 12 fois[réf. nécessaire].

On peut remarquer sur un « plan géométrique » datant de 1775 et exposé en mairie qu’il n’y avait que très peu d’habitation dans le fond de la vallée. Beaucoup de maisons anciennes sont sur les hauteurs et le centre du village lui-même domine le cours de la Béthune.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[2]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat contrasté des collines », correspondant au Pays de Bray, bien arrosé et frais[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 866 mm, avec 13 jours de précipitations en janvier et 8,5 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Bouelles à 3 km à vol d'oiseau[4], est de 10,7 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 838,4 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Neuville-Ferrières est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[8]. Elle est située hors unité urbaine[9]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Neufchâtel-en-Bray, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[9]. Cette aire, qui regroupe 15 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (61,2 %), terres arables (22,7 %), forêts (6,8 %), zones agricoles hétérogènes (6 %), zones urbanisées (3,2 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Neuville-Ferrières apparaît dans les textes au XIIe siècle : Novavilla en 1180 ; Novavilla-La-Ferrière en 1280[13].

Ferrières indique évidemment la présence et l’extraction du minerai de fer, minerai que l’on retrouve en maints endroits dans le sol brayon : ce matériau servit pour la construction de l'église[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Forges et fonderies s’installent au XIIe siècle[14],[15], le long des rivières (beaucoup plus puissantes qu’aujourd’hui)[réf. nécessaire], jusqu’à trois « moulins à fer » puis « moulins à blé » le long de la Béthune et un sur le Canche[13]. L’un des plus anciens, qui avait cessé son activité au XVIIIe siècle se trouvait sur la Béthune à l’emplacement de la scierie actuelle[16],[17]. Un haut-fourneau se trouvait en 1486 à l’emplacement de l’ancienne scierie[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouvait entre 1800 et et 1926 dans l'arrondissement de Neufchâtel en Bray et se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement de Dieppe du département de la Seine-Maritime.

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la sixième circonscription de la Seine-Maritime.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Neufchâtel-en-Bray[18]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 23 à 70 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Pays Neufchâtelois créée au , et qui succédait au SIVOM de Neufchâtel-en-Bray, constitué en 1977.

Dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale prévu par la Loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , qui prévoit que les intercommunalités à fiscalité propre doievnt avoir, sauf exception, au moins 15 000 habitants, le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) adopté en [19] prescrit la fusion de la communauté de communes la communauté de communes de Saint-Saëns-Porte de Bray et huit communes issues de la communauté de communes du Bosc d'Eawy pour former au la communauté Bray-Eawy, dont la commune est désormais membre.

Politique locale[modifier | modifier le code]

Les communes de Graval, Nesle-Hodeng, Neuville-Ferrières et Saint-Saire ont engagé en 2016 une réflexion en vue de se regrouper pour former une commune nouvelle, qui aurait pu voir le jour au [20],[21]. Bouelles, qui avait été initialement intéressé par cette démarche, a décidé de s'en retirer à l'été 2017[22].

Ce projet, rejeté par les conseils municipaux de Nesle-Hodeng et Saint-Saire, est abandonné en 2018[23].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Roinard    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 2008 Raymond Lebas[24]   Ancien directeur d’école et conseiller pédagogique
Vice-président de la communauté de communes du Pays Neufchâtelois (1998 → ? )
mars 2008[25] mai 2020[26] Gérard Thulliez   Agent de La Poste, délégué départemental de l’Éducation nationale
Président du SIVOS de la Béthune (2008 → 2020[27])
Chevalier de l'Ordre des Palmes académiques[28]
mai 2020[29] En cours
(au 2 juin 2020)
Hervé Guérard    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[31].

En 2021, la commune comptait 546 habitants[Note 2], en diminution de 7,14 % par rapport à 2015 (Seine-Maritime : −0,14 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
350382460500560602568580560
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
595579543508526549533570532
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
513516532511504510480519529
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
490510459536544578598591584
2021 - - - - - - - -
546--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés dans le cadre d'un regroupement pédagogique intercommunal administré par le SIVOS de la Béthune; qui a été créé en 1978 à l'initiative des élus de Bouelles, Nesle-Hodeng et Neuville-Ferrières afin de répondre aux préoccupations des parents qui souhaitaient mettre leurs enfants à la maternelle et garder une école dans les divers villages. Saint-Saire a rejoint le RPI en 1989. En 2020, le RPI compte en moyenne 175 enfants pour 7 classes[33],[27].

Économie[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une zone commerciale du Petit Saint-Jean, avec notamment un supermarché Super U et Normandie Carrelage[34].

Elle est située dans l'aire d'appellation d'origine contrôlée du fromage Neufchâtel[35]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame (XIIIe et XVIIe siècles. Elle comprend de nombreux aménagements et décorations classés monuments historiques : Il s'agit d'un tableau de l'Assomption, du XVIIIe siècle[36], d'une statue en bois polychrome de saint Adrien, de la fin du XVIe siècle[37] et d'une autre de saint Nicolas, également en bois polychrome, du début du XVIe siècle[38].
    L'autel, un tabernacle et un retable sont du XVIIIe siècle[39] ainsi que deux aigles-lutrins du XVIIIe siècle[40],[41].
  • Ancien manoir seigneurial du XVIe siècle.
  • Circuit cyclable de La Bonde, long de 32 km et aménagé par l'intercommunalité[42]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Charles Lefebvre (alias Félix Clérembray), historien du pays de Bray, né le à Neuville-Ferrières et mort le à Rouen, qui a écrit de nombreuses publications sur l'histoire du pays de Bray.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Neuville-Ferrières

Les armes de la commune de Neuville-Ferrières se blasonnent ainsi :

De sinople à la fasce ondée d'argent accompagnée en chef à dextre d'une tenaille, à senestre d'une hache et en pointe d'une vache, le tout d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  4. « Orthodromie entre Neuville-Ferrières et Bouelles », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Bouelles » (commune de Bouelles) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Bouelles » (commune de Bouelles) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Neuville-Ferrières ».
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Neufchâtel-en-Bray », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. a b c et d « Gérard Bellet raconte les origines de Neuville-Ferrières : Habitant de Neuville-Ferrières, Gérard Bellet est passionné par l'histoire de son village. Il raconte au Réveil, l'histoire du fer dans la commune », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. Jean-François Belhoste, La métallurgie normande : XIIe – XVIIe siècles, Association Histoire et Patrimoine Industriels de Basse-Normandie, , p. 50.
  15. Mathieu Arnoux et Anne-Marie Flambard Héricher, La Normandie dans l'économie européenne (XIIe-XVIIe siècle) : colloque de Cerisy-la-Salle, Publication du CRAHM, , p. 119.
  16. Cahiers Léopold Delisle, vol. 31 à 32, , p. 324.
  17. Albert Hennetier, Aux sources normandes : Promenade au fil des rivières en Seine-Maritime, Dieppoise, (ISBN 2-86743-623-0).
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. « La Seine-Maritime adopte sa nouvelle carte des intercommunalités et dit « oui » au futur pôle métropolitain de l’estuaire de la Seine », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Nesle-Hodeng : la réfection du centre du village en ligne de mire », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Laurent Hellier, « Une fusion en commune nouvelle : Graval, Nesle-Hodeng, Neuville-Ferrières, Saint-Saire : les tractations ont commencé pour former une nouvelle commune. les contours du mariage restés longtemps secrets se dévoilent peu à peu », Le Réveil, édition Bresle Oise Somme, no 3513,‎ , p. 10.
  22. Laurent Hellier, « 100 % du conseil a dit non à la fusion des communes », Le Réveil, édition Bresle Oise Somme, no 3513,‎ , p. 10.
  23. « Commune nouvelle : le mariage entre Graval, Nesle-Hodeng, Neuville-Ferrières et Saint-Saire n'aura pas lieu : Le verdict des conseils municipaux est tombé. L'union de Graval, Nesle-Hodeng, Neuville-Ferrières et Saint-Saire pour créer la commune nouvelle de Bival-en-Bray, ne se fera pas », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Raymond Lebas, l'ancien maire de Neuville-Ferrières, est décédé à l'âge de 98 ans : Raymond Lebas était une figure bien connue, Maire de Neuville-Ferrières pendant 25 ans, il est décédé le dimanche 7 mars à l'âge de 98 ans. Retour sur une carrière riche », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Âge de 98 ans, l’ancien directeur d’école et conseiller pédagogique s’est éteint le dimanche 7 mars. À sa sortie de l’École normale, Raymond Lebas a exercé le métier d’instituteur aux Grandes-Ventes. En 1948, il est nommé à Neuville-Ferrières afin de poursuivre sa carrière d’enseignant en même temps que celle de secrétaire de mairie, puis il exerce comme directeur d’école et conseiller pédagogique ».
  25. « Municipales 2020. Pour le maire de Neuville-Ferrières, Gérard Thulliez, « Conseiller municipal depuis 1983, Gérard Thulliez a été élu maire de Neuville-Ferrières en 2008. Candidat à sa succession en mars 2020 ou pas ? Sa décision n’est pas encore connueil reste beaucoup de projets à réaliser » », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « À Neuville-Ferrières, la priorité « est de terminer les projets en cours » : Le maire actuel de Neuville-Ferrières, Gérard Thulliez ne se représente pas. C'est Hervé Guérard, l'un de ses adjoints, qui est à l'initiative de la nouvelle liste. », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. a et b « SIVOS de la Béthune. Maryse Duval, maire de Saint-Saire, est la nouvelle présidente », Le Réveil, édition Pays de Bray, no 3669,‎ , p. 14 « La séance a été ouverte par l’ancien président, Gérard Thulliez, qui était à ce poste depuis 1983 (...) Deux candidats se présentaient au poste de président. Maryse Duval a obtenu 9 voix alors que Gilbert Hy a eu 2 voix. Gilles Cobert a eu une voi ».
  28. « Près de Neufchâtel, Gérard Thulliez, nommé Chevalier de l'Ordre des Palmes académiques : Matière préférée à l'école, action qu'il mènerait s'il était Premier ministre ... Gérard Thulliez, nouveau Chevalier de l'Ordre des Palmes académiques, répond à nos questions », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. « Hervé Guérard succède à Gérard Thulliez à la mairie de Neuville-Ferrières : Le nouveau maire de Neuville-Ferrières est Hervé Guérard. Il a succédé à Gérard Thulliez la semaine dernière. », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Hervé Guérard n’était pas le seul candidat au poste de 1er magistrat. Il a été élu par 10 voix contre 5 pour Gilbert Hy ».
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  33. « Le Sivos de la Béthune fait son carnaval ce jeudi 6 avril 2017 : C'est carnaval aujourd'hui jeudi 6 avril 2017 pour les écoliers du Sivos de la Béthune (Saint-Saire, Nesle-Hodeng, Bouelles et Neuville-Ferrières) », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. Sébastien Aliome, « Neuville-Ferrières : la zone commerciale a mis aux normes sa défense incendie : Depuis le lundi 1er février 2021, un nouveau système de défense incendie est installé sur le parking du Super U de Neuville-Ferrières », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. « Près de Neufchâtel-en-Bray, découvrez Patricia Dubois, productrice de fromage : Découvrez l'interview sur le gril de Patricia Dubois, agricultrice et productrice de fromages à Neuville-Ferrières. Sa spécialité est le p'tit Bray », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. « tableau : l'Assomption », notice no PM76002738, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  37. « statue (grandeur nature) : Saint Adrien », notice no PM76001159, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  38. « statue (grandeur nature) : Saint Nicolas », notice no PM76001158, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  39. « autel, tabernacle, retable », notice no PM76001156, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  40. « Le lutrin (aigle-lutrin) », notice no PM76001157, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  41. « lutrin (aigle-lutrin) », notice no PM76001155, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  42. « Des totems pour guider les cyclistes près de Neufchâtel-en-Bray : Des totems sont installés à destination des cyclistes à Neuville-Ferrières, Saint-Germain-sur-Eaulne, Mesnières-en-Bray, Nesle-Hodeng, Saint-Saire et Neufchâtel-en-Bray », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).