Neuville-Ferrières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neuville.
Neuville-Ferrières
Image illustrative de l'article Neuville-Ferrières
Blason de Neuville-Ferrières
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Neufchâtel-en-Bray
Intercommunalité Communauté Bray-Eawy
Maire
Mandat
Gérard Thulliez
2014-2020
Code postal 76270
Code commune 76465
Démographie
Gentilé Neuvillais
Population
municipale
591 hab. (2014 en diminution de 0,84 % par rapport à 2009)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 44″ nord, 1° 27′ 31″ est
Altitude Min. 80 m
Max. 229 m
Superficie 13,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Neuville-Ferrières

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Neuville-Ferrières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuville-Ferrières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuville-Ferrières

Neuville-Ferrières est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie (anc. Haute-Normandie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est très accidenté. Il s’étend de part et d’autre de la Béthune sur 8 km. Ce territoire a une forme oblongue et il est bordé sur les 2/3 de son périmètre par 2 affluents de la Béthune : la Canche et le Philbert. Son fond est suivi par l’ancienne voie ferrée Paris - Dieppe devenue l’Avenue verte.

Neuville-Ferrières a connu et connaît de nombreuses inondations. La plus importante fut celle de 1909 mais la Béthune sort très souvent de son lit 1925, 1963 (3 fois), 1974 et depuis 1980… 12 fois[réf. nécessaire].

On peut remarquer sur un « plan géométrique » datant de 1775 et exposé en mairie qu’il n’y avait que très peu d’habitation dans le fond de la vallée. Beaucoup de maisons anciennes sont sur les hauteurs et le centre du village lui-même domine le cours de la Béthune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Neuville-Ferrières apparaît dans les textes au XIIe siècle : Novavilla en 1180 ; Novavilla-La-Ferrière en 1280.

Ferrières indique évidemment la présence et l’extraction du minerai de fer, minerai que l’on retrouve en maints endroits dans le sol brayon : ce matériau servit pour la construction de l'église.

Histoire[modifier | modifier le code]

Forges et fonderies s’installent[Quand ?] le long des rivières (beaucoup plus puissantes qu’aujourd’hui)[réf. nécessaire].

Il y eut sur nos rivières de nombreux moulins « moulins à fer » puis « moulins à blé ». L’un des plus anciens, qui avait cessé son activité au XVIIIe siècle se trouvait sur la Béthune à l’emplacement de la scierie actuelle[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement de Dieppe du département de la Seine-Maritime. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la sixième circonscription de la Seine-Maritime.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Neufchâtel-en-Bray[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 23 à 70 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Pays Neufchâtelois créée au , et qui succédait au SIVOM de Neufchâtel-en-Bray, constitué en 1977.

Dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale prévu par la Loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , qui prévoit que les intercommunalités à fiscalité propre doievnt avoir, sauf exception, au moins 15 000 habitants, le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) adopté en octobre 2016[2] prescrit la fusion de la communauté de communes la communauté de communes de Saint-Saëns-Porte de Bray et huit communes issues de la communauté de communes du Bosc d'Eawy pour former au la communauté Bray-Eawy, dont la commune est désormais membre.

Politique locale[modifier | modifier le code]

Les communes de Graval, Nesle-Hodeng, Neuville-Ferrières et Saint-Saire ont engagé en 2016 une réflexion en vue de se regrouper pour former une commune nouvelle, qui pourrait voir le jour au [3],[4]. Bouelles, qui avait été initialement intéressé par cette démarche, a décidé de s'en retirer à l'été 2017[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Roinard    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1948 mars 2008 Raymond Lebas    
mars 2008 en cours
(au avril 2014)
Gérard Thulliez    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2014, la commune comptait 591 habitants[Note 1], en diminution de 0,84 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : +0,48 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
350 382 460 500 560 602 568 580 560
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
595 579 543 508 526 549 533 570 532
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
513 516 532 511 504 510 480 519 529
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
490 510 459 536 544 578 598 591 591
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés dans le cadre d'un regroupement pédagogique intercommunal administré par le SIVOS de la Béthune qui regroupe Saint-Saire, Nesle-Hodeng, Bouelles et Neuville-Ferrières. Pour l'année scolaire 2016-2017, le SIVOS assure l'enseignement primaire de 191 élèves de la maternelle au CM2[9].

Économie[modifier | modifier le code]

  • Zone commerciale du Petit Saint-Jean.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame (XIIIe et XVIIe siècles. Elle comprend de nombreux aménagements et décorations classés monuments historiques : Il s'agit d'un tableau de l'Assomption, du XVIIIe siècle[10], d'une statue en bois polychrome de saint Adrien, de la fin du XVIe siècle[11] et d'une autre de saint Nicolas, également en bois polychrome, du début du XVIe siècle[12].
    L'autel, un tabernacle et un retable sont du XVIIIe siècle[13] ainsi que deux aigles-lutrins du XVIIIe siècle[14],[15].
  • Ancien manoir seigneurial du XVIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Charles Lefebvre (alias Félix Clérembray), historien du pays de Bray, né le 17 janvier 1845 à Neuville-Ferrières et mort le 22 novembre 1918 à Rouen, qui a écrit de nombreuses publications sur l'histoire du pays de Bray.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Neuville-Ferrières

Les armes de la commune de Neuville-Ferrières se blasonnent ainsi :

De sinople à la fasce ondée d'argent accompagnée en chef à dextre d'une tenaille, à senestre d'une hache et en pointe d'une vache, le tout d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « La Seine-Maritime adopte sa nouvelle carte des intercommunalités et dit « oui » au futur pôle métropolitain de l’estuaire de la Seine », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne)
  3. « Nesle-Hodeng : la réfection du centre du village en ligne de mire », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne).
  4. Laurent Hellier, « Une fusion en commune nouvelle : Graval, Nesle-Hodeng, Neuville-Ferrières, Saint-Saire : les tractations ont commencé pour former une nouvelle commune. les contours du mariage restés longtemps secrets se dévoilent peu à peu », Le Réveil, édition Bresle Oise Somme, no 3513,‎ , p. 10.
  5. Laurent Hellier, « 100 % du conseil a dit non à la fusion des communes », Le Réveil, édition Bresle Oise Somme, no 3513,‎ , p. 10.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  9. « Le Sivos de la Béthune fait son carnaval ce jeudi 6 avril 2017 : C'est carnaval aujourd'hui jeudi 6 avril 2017 pour les écoliers du Sivos de la Béthune (Saint-Saire, Nesle-Hodeng, Bouelles et Neuville-Ferrières) », Le Réveil,‎ (lire en ligne).
  10. « tableau : l'Assomption », notice no PM76002738, base Palissy, ministère français de la Culture.
  11. « statue (grandeur nature) : Saint Adrien », notice no PM76001159, base Palissy, ministère français de la Culture.
  12. « statue (grandeur nature) : Saint Nicolas », notice no PM76001158, base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. « autel, tabernacle, retable », notice no PM76001156, base Palissy, ministère français de la Culture.
  14. « Le lutrin (aigle-lutrin) », notice no PM76001157, base Palissy, ministère français de la Culture.
  15. « lutrin (aigle-lutrin) », notice no PM76001155, base Palissy, ministère français de la Culture