Aller au contenu

NGC 2623

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 2623
Image illustrative de l’article NGC 2623
La galaxie spirale NGC 2623.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Cancer
Ascension droite (α) 08h 38m 24,1s[1]
Déclinaison (δ) 25° 45′ 17″ [1]
Magnitude apparente (V) 13,4[2]
14,0 dans la Bande B[2]
Brillance de surface 13,96 mag/am2[2]
Dimensions apparentes (V) 2,4 × 0,7[2]
Décalage vers le rouge 0,018509 ± 0,000003[1]
Angle de position 60°[2]

Localisation dans la constellation : Cancer

(Voir situation dans la constellation : Cancer)
Astrométrie
Vitesse radiale 5 549 ± 1 km/s [1]
Distance 85,39 ± 5,98 Mpc (∼279 millions d'al) [1]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale
Type de galaxie Sb pec[3],[2] pec[1]
Dimensions environ 58,37 kpc (∼190 000 al)[1]
Découverte
Découvreur(s) Édouard Stephan[3]
Date [3]
Désignation(s) PGC 24288
ARP 243
UGC 4509
MCG 4-21-9
CGCG 120-15
NPM1G +25.0172
VV 79
IRAS 08354+2555[2]
Liste des galaxies spirales

NGC 2623 ou ARP 243 est une vaste galaxie spirale particulière située dans la constellation du Cancer. Sa vitesse par rapport au fond diffus cosmologique est de 5 789 ± 17 km/s, ce qui correspond à une distance de Hubble de 85,4 ± 6,0 Mpc (∼279 millions d'al)[1]. NGC 2623 a été découverte par l'astronome français Édouard Stephan en 1885[3].

NGC 2623 est une galaxie LINER, c'est-à-dire une galaxie dont le noyau présente un spectre d'émission caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés et elle présente une large raie HI. C'est aussi une galaxie lumineuse en infrarouge (LIRG) ainsi qu'une galaxie à sursaut de formation d'étoiles. De plus, NGC 2623 une galaxie active de type Seyfert 2[1].

La luminosité de la galaxie NGC 2623 dans l'infrarouge lointain (de 40 à 400 µm) est égale à 3,02 × 1011  (1011,48) et sa luminosité totale dans l'infrarouge (de 8 à 1 000 µm) est de 3,47 × 1011  (1011,54)[4].

À ce jour, une quinzaine de mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 81,733 ± 18,439 Mpc (∼267 millions d'al)[5], ce qui est à l'intérieur des valeurs de la distance de Hubble.

NGC 2623, le résultat d'une collision galactique[modifier | modifier le code]

NGC 2623 a acquis sa forme inhabituelle et distinctive à la suite d'une collision majeure et de la fusion subséquente entre deux galaxies distinctes. Cette violente rencontre a entrainé la compression et l'agitation des nuages de gaz des deux galaxies ce qui a déclenché des sursauts de formation d'étoiles. Les taches bleu vif de l'image captée par le télescope spatial Hubble indiquent les endroits de ces pouponnières d'étoiles. Elles sont situées près du centre de la galaxie, mais aussi dans les trainées de poussière et de gaz, trainées connues sous le nom de queues de marée. La longueur des queues de NGC 2623 est d'environ 50 000 années-lumière. De nombreuses étoiles jeunes et chaudes se forment en grappes stellaires brillantes. On estime que NGC 2623 renferme au moins 170 grappes de ce type. NGC 2623 est à un stade avancé de la fusion. On pense que la Voie lactée ressemblera finalement à NGC 2623 quand elle entrera en collision avec notre galaxie voisine, la galaxie d'Andromède, dans 4 milliards d'années[6].

Cette image captée par le télescope spatial Hubble montre le résultat de la collision entre deux galaxies.

Supernova SN 1999gd[modifier | modifier le code]

Cette supernova a été découverte le à l'observatoire Lick à l'aide du télescope KAIT (Katzman Automatic Imaging Telescope[7]). Cette supernova était de type Ia, c'est-à-dire une supernova thermonucléaire[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i (en) « Results for object NGC 2623 », NASA/IPAC Extragalactic Database (consulté le )
  2. a b c d e f et g « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke», NGC 2600 à 2699 », sur astrovalleyfield.ca (consulté le )
  3. a b c et d (en) Courtney Seligman, « Celestial Atlas Table of Contents, NGC 2623 » (consulté le ).
  4. D. B. Sanders, J. M. Mazzarella, D. -C. Kim, J. A. Surace et B. T. Soifer, « The IRAS Revised Bright Galaxy Sample », The Astronomical Journal, vol. 126, no 4,‎ , p. 1607-1664 (DOI 10.1086/376841, Bibcode 2003AJ....126.1607S, lire en ligne [PDF])
  5. « Your NED Search Results, Distance Results for NGC 2623 », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le )
  6. (en) « Hubble Unravels a Twisted Cosmic Knot » (consulté le )
  7. (en) « Katzman Automatic Imaging Telescope » (consulté le )
  8. (en) « SN 1999gd » (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

    •  NGC 2615  •  NGC 2616  •  NGC 2617  •  NGC 2618  •  NGC 2619  •  NGC 2620  •  NGC 2621  •  NGC 2622  •  NGC 2623  •  NGC 2624  •  NGC 2625  •  NGC 2626  •  NGC 2627  •  NGC 2628  •  NGC 2629  •  NGC 2630  •  NGC 2631