NGC 2683

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 2683
La galaxie spirale NGC 2683.
La galaxie spirale NGC 2683.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Lynx
Ascension droite (α) 08h 52m 41,3s[1]
Déclinaison (δ) 33° 25′ 18″
Distance 5,74 ± 0,41 Mpc (∼18,7 millions d'a.l.) [2]
Magnitude apparente (V) 9,7 [3]
10,5 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 12,8 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 9,3 × 2,1[3]
Redshift 0,001371 ± 0,000005[1]
Angle de position 44°[3]
Vitesse radiale 411 ± 1 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Lynx

(Voir situation dans la constellation : Lynx)
Lynx IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale
Type de galaxie SA(rs)b[1],[5]
Sb[3]
Dimensions 88 000 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel [5]
Date 5 février 1788[5]
Désignation(s) PGC 24930
UGC 4641
MGC 6-20-11
ZWG 180.17
KUG 0849+336 [3]
Liste des galaxies spirales

NGC 2683 est une galaxie spirale située dans la constellation du Lynx à environ 32 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1788.

La galaxie NGC 2683 présente une large raie HI et c'est une galaxie LINER, c'est-à-dire une galaxie dont le noyau présente un spectre d'émission caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés. De plus, c'est une galaxie active de type Seyfert 2[1].

De nombreuses mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 9,947 ± 1,844 Mpc (∼32,4 millions d'a.l.) [7], ce qui est à l'extérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage [2]. Pour une galaxie rapprochée, ces mesures sont plus fiables que celles basées sur le décalage vers le rouge. La dimension de la galaxie est basée sur ces mesures de sa distance.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

NGC 2683 est généralement considérée une galaxie spirale ordinaire, mais une étude récente suggère qu'elle pourrait être une spirale barrés. Sa barre serait très difficile à observer directement en raison de sa forte inclinaison[8]. Un autre argument en faveur de la présence d'une barre provient de la structure en forme de X observée près de son centre, une structure qui serait associée à une instabilité de flambage d'une barre stellaire[9]. La galaxie NGC 2683 est aussi plus petite et moins lumineuse que la Voie lactée et elle renferme très peu d'hydrogène neutre[10],[11] ou d'hydrogène moléculaire[11]. Elle a également une faible luminosité dans l'infrarouge, ce qui suggère un taux de formation d'étoiles actuellement faible[12].

NGC 2683 est riche en amas globulaires, soit environ 300, deux fois plus que dans la Voie lactée[13].

NGC 2683 par le télescope spatial Hubble.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 2683 (consulté le 15 juillet 2018)
  2. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e f et g (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 15 juillet 2018)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la Lynx précision de c.
  5. a b et c (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 15 juillet 2018)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus Lynx dimension.
  7. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 15 juillet 2018)
  8. Rachel Kuzio de Naray, Matthew J. Zagursky et Stacy S. McGaugh, « Kinematic and Photometric Evidence for a Bar in NGC 2683 », The Astronomical Journal, vol. 112,‎ , p. 1082-1089 (DOI 10.1088/0004-6256/138/4/1082, Bibcode 2009AJ....138.1082K, lire en ligne)
  9. Bogdan C. Ciambur et Alister W. Graham, « Quantifying the (X/peanut)-shaped structure in edge-on disc galaxies: length, strength, and nested peanuts », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 459 #2,‎ , p. 1276-1292 (DOI 10.1093/mnras/stw759, Bibcode 2016MNRAS.459.1276C, lire en ligne)
  10. Igor D. Karachentsev, Valentina E. Karachentseva, Walter K. Huchtmeier et Dmitry I. Makarov, « A Catalog of Neighboring Galaxies », The Astronomical Journal, vol. 127 #4,‎ , p. 2031-2068 (DOI 10.1086/382905, Bibcode 2004AJ....127.2031K, lire en ligne)
  11. a et b (en) « A new catalogue of ISM content in normal galaxies » (consulté le 22 août 2018)
  12. E. Pompei et D. M. Terndrup, « The Stellar and Gaseous Kinematics of NGC 2683 », Galaxy Dynamics, proceedings of a conference held at Rutgers University, 8-12 Aug 1998, vol. 182,‎ (Bibcode 1999ASPC..182..221P, lire en ligne)
  13. (en) « Galaxies with globular systems » (consulté le 22 août 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 2675  •  NGC 2676  •  NGC 2677  •  NGC 2678  •  NGC 2679  •  NGC 2680  •  NGC 2681  •  NGC 2682  •  NGC 2683  •  NGC 2684  •  NGC 2685  •  NGC 2686  •  NGC 2687  •  NGC 2688  •  NGC 2689  •  NGC 2690  •  NGC 2691