Aller au contenu

NGC 2903

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 2903
Image illustrative de l’article NGC 2903
La galaxie spirale barrée NGC 2903.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Lion
Ascension droite (α) 09h 32m 10,1s[1]
Déclinaison (δ) 21° 30′ 03″ [1]
Magnitude apparente (V) 9,0[2]
9,7 dans la Bande B [2]
Brillance de surface 13,70 mag/am2[2]
Dimensions apparentes (V) 12,6 × 6,0 [2]
Décalage vers le rouge 0,001834 ± 0,000001[1]
Angle de position 17°[2]

Localisation dans la constellation : Lion

(Voir situation dans la constellation : Lion)
Astrométrie
Vitesse radiale 550,0 ± 0,3 km/s [1]
Distance 7,900 ± 1,911 Mpc (∼25,8 millions d'al)[3]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale barrée
Type de galaxie SAB(rs)bc[1] SBbc[2] SAB(rs)bc?[4]
Dimensions environ 30,91 kpc (∼101 000 al)[1],[a]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel[4]
Date [4]
Désignation(s) PGC 27077
UGC 5079
MCG 4-23-9
KARA 347
CGCG 122-14 [2]
Liste des galaxies spirales barrées

NGC 2903 est une galaxie spirale barrée relativement rapprochée et située dans la constellation du Lion. Sa vitesse par rapport au fond diffus cosmologique est de 844 ± 21 km/s, ce qui correspond à une distance de Hubble de 12,45 ± 0,92 Mpc (∼40,6 millions d'al)[1]. NGC 2903 a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1784.

La base de données NASA/IPAC et le professeur Seligman classent cette galaxie comme une spirale intermédiaire, mais plusieurs images montrent clairement la présence d'une barre traversant le centre de la galaxie[5].

Cette photo prise par le télescope spatial Hubble montre clairement la présence d'une barre traversant le centre de la galaxie.

La classe de luminosité de NGC 2903 est II_III et elle présente une large raie HI. Elle renferme également des régions d'hydrogène ionisé. De plus, c'est une galaxie du champ, c'est-à-dire qu'elle n'appartient pas à un amas ou un groupe et qu'elle est donc gravitationnellement isolée[1]. NGC 2905 est une région de formation d'étoiles située dans la galaxie NGC 2903[4],[2].

La luminosité de la galaxie NGC 2903 dans l'infrarouge lointain (de 40 à 400 µm) est égale à 1,12 × 1010  (1010,05) et sa luminosité totale dans l'infrarouge (de 8 à 1 000 µm) est de 1,55 × 1010  (1010,19)[6].

À ce jour, 28 mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 7,900 ± 1,911 Mpc (∼25,8 millions d'al)[3], ce qui est à l'extérieur des valeurs de la distance de Hubble. Étant donné la proximité de cette galaxie avec le Groupe local cette valeur est probablement plus près de la distance réelle de NGC 2903.

Un disque entourant le noyau[modifier | modifier le code]

Grâce aux observations du télescope spatial Hubble, on a détecté un disque de formation d'étoiles autour du noyau de NGC 2903. La taille de son demi-grand axe est estimée à 160 pc (~520 années-lumière) à la distance estimée de cette galaxie[7].

Trou noir supermassif[modifier | modifier le code]

Selon une étude publiée en 2009 et basée sur la vitesse interne de la galaxie mesurée par le télescope spatial Hubble, la masse du trou noir supermassif au centre de NGC 2903 serait comprise entre 6,4 et 24 millions de [8].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Diamètre dans la bande POSS1 103a-O.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h (en) « Results for object NGC 2903 », NASA/IPAC Extragalactic Database (consulté le )
  2. a b c d e f g et h « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke», NGC 2900 à 2999 », sur astrovalleyfield.ca (consulté le )
  3. a et b « Your NED Search Results, Distance Results for NGC 2903 », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le )
  4. a b c et d (en) Courtney Seligman, « Celestial Atlas Table of Contents, NGC 2903 » (consulté le ).
  5. (en) « Bar in spiral galaxy NGC 2903 (WFPC2) » (consulté le )
  6. D. B. Sanders, J. M. Mazzarella, D. -C. Kim, J. A. Surace et B. T. Soifer, « The IRAS Revised Bright Galaxy Sample », The Astronomical Journal, vol. 126, no 4,‎ , p. 1607-1664 (DOI 10.1086/376841, Bibcode 2003AJ....126.1607S, lire en ligne [PDF])
  7. S. Comerón, J. H. Knapen, J. E. Beckman, E. Laurikainen, H. Salo, I. Martínez-Valpuesta et R. J. Buta, « AINUR: Atlas of Images of NUclear Rings », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 402#4,‎ , p. 2462-2490 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2009.16057.x, Bibcode 2010MNRAS.402.2462C, lire en ligne [PDF])
  8. A. Beifiori, M. Sarzi, E.M. Corsini, E. Dalla Bontà, A. Pizzella, L. Coccato et F. Bertola, « UPPER LIMITS ON THE MASSES OF 105 SUPERMASSIVE BLACK HOLES FROM HUBBLE SPACE TELESCOPE/SPACE TELESCOPE IMAGING SPECTROGRAPH ARCHIVAL DATA », The Astrophysical Journal, vol. 692#1,‎ , p. 856-868 (DOI 10.1088/0004-637X/692/1/856, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

    •  NGC 2895  •  NGC 2896  •  NGC 2897  •  NGC 2898  •  NGC 2899  •  NGC 2900  •  NGC 2901  •  NGC 2902  •  NGC 2903  •  NGC 2904  •  NGC 2905  •  NGC 2906  •  NGC 2907  •  NGC 2908  •  NGC 2909  •  NGC 2910  •  NGC 2911