NGC 2787

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 2787
La galaxie lenticulaire NGC 2787.
La galaxie lenticulaire NGC 2787.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Grande Ourse
Ascension droite (α) 09h 19m 18,6s[1]
Déclinaison (δ) 69° 12′ 12″
Distance 9,72 ± 0,78 Mpc (∼31,7 millions d'a.l.) [2]
Magnitude apparente (V) 10,9 [3]
11,8 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 12,6 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 3,1 × 1,8[3]
Redshift 0,002322 ± 0,000027[1]
Angle de position 111°[3]
Vitesse radiale 696 ± 8 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Grande Ourse

(Voir situation dans la constellation : Grande Ourse)
Ursa Major IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie lenticulaire
Type de galaxie SB(r)0+[1] SB0/a[5],[3]
Dimensions 29 000 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel [5]
Date 3 décembre 1788[5]
Désignation(s) PGC 26341
UGC 4914
MGC 12-9-39
ZWG 332.41
IRAS09148+6924 [3]
Liste des galaxies lenticulaires

NGC 2787 est une galaxie lenticulaire barrée à anneaux de type (SB(r)0+)[1] située dans la constellation de la Grande Ourse à environ 32 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1788[5]. La présence d'une barre est visible sur l'image prise par l'étude DSS, mais elle est absente sur celle du télescope spatial Hubble. Inversement, les anneaux sont seulement visibles sur l'image prise par le télescope Hubble.

NGC 2787 est une galaxie LINER, c'est-à-dire dont le spectre d'émission du noyau galactique est caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés — tels qu'O, O+, N+ et S+ — et des raies d'émission plus fines d'atomes fortement ionisés tels qu'O2+, Ne2+ et He+[7].

Des mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 22,344 ± 28,156 Mpc (∼72,9 millions d'a.l.) [8]. Cet échantillon de mesure en regard de son écart type n'est pas très significatif et sa valeur moyenne est très loin de celle calculée à partir du décalage vers le rouge[2].

NGC 2787 par le télescope spatial Hubble. La présence d'une barre n'est pas visible sur cette photo, mais on voit très bien les anneaux.

Trou noir supermassif au centre de NGC 2787[modifier | modifier le code]

Une étude[9] a été réalisée en 2008 sur la dispersion des vitesses de 76 galaxies. La connaissance de la dispersion des vitesses permet de connaitre la présence d'un trou noir supermassif au centre d'une galaxie et d'en estimer sa masse. Selon cette étude, la masse du trou noir supermassif de NGC 2787 serait de x 107 .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 2787 (consulté le 11 septembre 2018)
  2. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e f et g (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 11 septembre 2018)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a b c et d (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 11 septembre 2018)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. (en) T. M. Heckman, « An optical and radio survey of the nuclei of bright galaxies - Activity in normal galactic nuclei », Astronomy and Astrophysics, vol. 87, nos 1-2,‎ , p. 152-164 (lire en ligne)
  8. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 11 septembre 2018)
  9. Alister W. Graham, « Populating the galaxy velocity dispersion - supermassive black hole mass diagram: A catalogue of (M_bh, sigma) values », Publications of the Astronomical Society of Australia, vol. 25 #4,‎ , p. 167-175 (DOI 10.1071/AS08013, Bibcode 2008PASA...25..167G, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 2779  •  NGC 2780  •  NGC 2781  •  NGC 2782  •  NGC 2783  •  NGC 2784  •  NGC 2785  •  NGC 2786  •  NGC 2787  •  NGC 2788  •  NGC 2789  •  NGC 2790  •  NGC 2791  •  NGC 2792  •  NGC 2793  •  NGC 2794  •  NGC 2795