NGC 2976

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 2976
Image illustrative de l’article NGC 2976
La galaxie spirale NGC 2976
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Grande Ourse
Ascension droite (α) 09h 47m 15,4s[1]
Déclinaison (δ) 67° 54′ 59″ [1]
Distance 3,821 ± 0,861 Mpc (∼12,5 millions d'a.l.) [2]
Magnitude apparente (V) 10,1 [3]
10,8 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 13,0 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 5,9 × 2,7[3]
Décalage vers le rouge 0,000010 ± ?[1]
Angle de position 143°[3]
Vitesse radiale 3 ± ? km/s[4]

Localisation dans la constellation : Grande Ourse

(Voir situation dans la constellation : Grande Ourse)
Ursa Major IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale
Type de galaxie SAc pec[1] Sc/P[3] Scd? pec[3]
Dimensions 21 400 a.l.[5]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel[6]
Date 8 novembre 1801[6]
Désignation(s) PGC 28120
UGC 5221
MCG 11-12-25
ZWG 312.23
KUG 0943+681 [3]
Liste des galaxies spirales

NGC 2976 est une galaxie spirale rapprochée et située dans la constellation de la Grande Ourse à environ 12,5 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1801.

La classe de luminosité de NGC 2976 est III et elle présente une large raie HI. Elle renferme également des régions d'hydrogène ionisé[1].

La vitesse de récession de cette galaxie est beaucoup trop faible pour être utilisée pour le calcul de la distance. Il faut utiliser d'autres méthodes indépendantes du décalage vers le rouge. Les mesures de la distance moyenne obtenue de ces méthode donnent 3,821 ± 0,861 Mpc (∼12,5 millions d'a.l.) [2].

NGC 2976 se situe à la lisière du groupe de galaxies M81[7], groupe distant d'environ 12 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle n'est qu'à 1°20' au sud-ouest de M81 (NGC 3031). D'ailleurs, certains auteurs soutiennent que NGC 2976 fait partie du groupe de M81[8],[9]. Le groupe de M81 compte près d'une quarantaine de galaxies connues dont les plus importantes sont M81, M82 (NGC 3034), NGC 2366, NGC 2403, NGC 2976, NGC 3077, NGC 4236 et IC 2574. Les distances de ces galaxies ne peuvent être calculées en utilisant le décalage vers le rouge, car elles sont trop rapprochées de la Voie lactée.

Structure interne et formation d'étoiles[modifier | modifier le code]

La galaxie NGC 2976, par le télescope spatial Hubble (NASA/ESA).

L'image de NGC 2976 prise par le télescope spatial Hubble ne montre pas la présence évidente de bras spiraux. Les filaments poussiéreux qui traversent la galaxie ne montrent aucune structure spirale claire. C'est la raison pour laquelle on classe souvent cette galaxie comme une spirale particulière (SAc pec? ou Scd?pec). Les interactions gravitationnelles avec des galaxies massives du groupe de M81[7] ont dragué les gaz de NGC 2976 vers l'intérieur de la galaxie, ce qui a déclenché une formation d'étoiles il y a environ 500 millions d'années. Les régions extérieures de la galaxie ont alors cessé de voir naitre des étoiles, car les ingrédients nécessaires à leur formation s'y sont épuisés. Maintenant, le disque de la galaxie est presque en panne de gaz et la formation d'étoiles est restreinte à une petite zone de 5000 années-lumière autour du noyau.

Les astronomes ont réussi à reconstituer l'histoire de la formation des étoiles de NGC 2976 à l'aide télescope spatial Hubble. La proximité relative de cette galaxie a permis à l'instrument ACS (Advanced Camera for Surveys (en)) du télescope de résoudre des centaines de milliers d'étoiles individuelles. Ce qui ressemble à des grains de sable dans l'image est en réalité des étoiles individuelles. Les mesures de la couleur et de la luminosité d'un grand nombre d'étoiles ont permis de déterminer les dates de leur naissance. C'est grâce à cette analyse que les astronomes ont pu reconstruire l'histoire de la formation des étoiles dans de grandes régions de NGC 2976. Les points bleus de l'image sont de jeunes géantes bleues présentes dans les pouponnières d'étoiles restantes[10].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 2976 (consulté le 8 novembre 2018)
  2. a et b « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 8 novembre 2018)
  3. a b c d e f g et h (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 8 novembre 2018)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  6. a et b (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 8 novembre 2018)
  7. a et b (en) « Hubble Catches End of Star-Making Party in Nearby Dwarf Galaxy » (consulté le 7 novembre 2018)
  8. (en) I. D. Karachentsev, « The Local Group and Other Neighboring Galaxy Groups », Astronomical Journal, vol. 129,‎ , p. 178-188 (lire en ligne)
  9. Abraham Mahtessian, « Groups of galaxies. III. Some empirical characteristics », Astrophysics, vol. 41 #3,‎ , p. 308-321 (DOI 10.1007/BF03036100, lire en ligne)
  10. (en) « Star-birth party almost over in NGC 2976 » (consulté le 7 novembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 2968  •  NGC 2969  •  NGC 2970  •  NGC 2971  •  NGC 2972  •  NGC 2973  •  NGC 2974  •  NGC 2975  •  NGC 2976  •  NGC 2977  •  NGC 2978  •  NGC 2979  •  NGC 2980  •  NGC 2981  •  NGC 2982  •  NGC 2983  •  NGC 2984