Mathilde Imer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mathilde Imer, née le à Paris, est une militante écologiste française. Engagée dans plusieurs associations en faveur du climat et de la démocratie, elle est connue pour être parmi les initiateurs de la Convention citoyenne pour le climat et pour être la co-fondatrice et porte-parole de la primaire populaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Mathilde Imer étudie la biologie à l'Université de Sorbonne Campus Pierre et Marie Curie et les relations internationale à l'Institut d'Études Politiques de Paris, dont elle sort diplômée d'un master en 2014[1]. Dès le début de son cursus universitaire, elle porte beaucoup d'intérêt aux questions environnementales[2] ainsi qu'aux questions sociales[3].

En 2016, elle participe au programme Engage University, qui propose un parcours pour appréhender les transformations sociétales[4].

Engagement écologiste[modifier | modifier le code]

Mathilde Imer s'engage dans diverses associations écologistes alors qu'elle est encore étudiante[2],[5].

COP21[modifier | modifier le code]

En 2015, lors de la COP21, elle rejoint l’équipe de Laurence Tubiana, alors ambassadrice pour les négociations internationales sur le climat, pour travailler sur l’accord de Paris [1],[2]. Laurence Tubiana estime que Mathilde Imer « incarne le refus du renoncement et la volonté de tenir ensemble 3 exigences : l'écologie, justice sociale, et la revitalisation de la démocratie»[1].

Affaire du siècle[modifier | modifier le code]

En 2018, Mathilde Imer fait partie des initiateurs de la campagne l'Affaire du siècle, dont la pétition recueille plus de 2 millions de signatures en faveur d'une action en justice contre l'État pour « inaction climatique »[6].

Convention Citoyenne[modifier | modifier le code]

De 2018 à 2021, elle occupe le poste de coprésidente de l'ONG Démocratie ouverte, un collectif qui promeut l'innovation en matière de démocratie et regroupe plusieurs centaines d'associations, entreprises, collectivités locales, chercheurs et citoyens engagés pour démocratiser les institutions et la société française[7]. Au sein de l'association, elle est très active sur les sujets d'Assemblées citoyennes et en particulier sur la Convention citoyenne pour le climat[8],[9],[10]. Elle quitte son mandat de coprésidente en 2021[11] tout en restant membre active de Démocratie ouverte.

En 2018, dans le contexte du mouvement social des Gilets jaunes, du Grand Débat et des marches pour le climat[12], avec Démocratie ouverte, Mathilde Imer co-fonde le collectif des « Gilets citoyens »[1],[13], rassemblant des gilets jaunes, des militants écologistes et des acteurs de l'innovation démocratique, pour proposer l'organisation d'une assemblée citoyenne afin de réconcilier enjeux environnementaux et justice sociale[6],[14]. Cette proposition donnera naissance à la Convention Citoyenne pour le Climat[2].

En 2020, à la suite de la décision d'Emmanuel Macron de mettre en œuvre ce projet, Mathilde Imer est nommée membre du comité de gouvernance de la "Convention citoyenne pour le Climat (CCC)" en tant qu'experte en démocratie participative[1]. Elle participe ainsi activement à la conception et à la coordination de la convention[2],[12], étant même parfois qualifiée de "cheville ouvrière"[15] ou encore d'« architecte en chef » du projet, dont elle a négocié avec l’Élysée les modalités et les garanties[10]. À la fin du processus, elle décrira que la CCC a été à la fois une réussite et un échec. Une réussite car la CCC a fait la démonstration que le tirage au sort fonctionne en France et que des citoyens tirés au sort sont en capacité d'écrire la loi dans un cadre correctement pensé. Un échec du fait de la trahison de la promesse d' E. Macron qui s'était engagé à passer sans filtre leurs propositions à l'Assemblée Nationale ou au référendum. Mathilde Imer continuera ainsi à critiquer vigoureusement la politique climatique d'Emmanuel Macron tout en saluant le travail des 150 citoyens, devenu depuis un objet politique[16].

Autre engagement[modifier | modifier le code]

En 2021, Mathilde Imer est engagée dans la Rencontre des justices[17].

Primaire populaire[modifier | modifier le code]

Mathilde Imer est par ailleurs l'une des co-fondatrices et des deux porte-paroles, avec l'entrepreneur Samuel Grzybowski, de la « primaire populaire », une initiative se déclarant indépendante des partis politiques, dont l'objectif est de désigner un candidat rassemblant la gauche et les écologistes à l'élection présidentielle de 2022[18].

Un socle commun programmatique inspiré des revendications de mouvements sociaux a été co-construit avec des partis tels que Europe Écologie-les Verts, le Parti socialiste et la France insoumise[19]. Dans une déclaration de Mathilde Imer reprise par le quotidien Le Parisien du 9 juillet, il y aurait parmi les sujets qui fâchent, absents des dix propositions de ce socle, « l’Europe ou la laïcité »[20]. Mathilde Imer précise sur les sujets qui ne sont pas traités dans le socle commun que « c’est le vote final de la primaire qui les départagera »[19].

Les candidats des principaux partis de gauche et de l'écologie refusent de participer au processus sous prétexte que l'union de la gauche serait impossible [21],[22].

Le processus aboutit en 2022 au choix de Christiane Taubira[23] mais elle doit arrêter sa campagne en mars faute d'avoir pu réunir les signatures nécessaires à l'officialisation de sa candidature[24]. Mathilde Imer quitte l'association le [25] en opposition au processus de décision ayant mené à soutenir ensuite Jean-Luc Mélenchon[26] , processus voté par 30 personnes sans procéder à une nouvelle consultation des près de 400 000 citoyens ayant voté quelques semaines plus tôt [27]. Elle déclare cependant dans un thread sur le réseau social Twitter daté du 7 mars 2022 : « À titre personnel [...] je voterai à priori pour le candidat le mieux placé, afin de faire gagner l’écologie & la justice sociale en 2022 »[28] c'est-à-dire Jean-Luc Mélenchon d'après les sondages.

Deux mois plus tard La France insoumise, Europe Écologie Les Verts, le Parti communiste français et le Parti socialiste signent un accord scellant l'union des gauches pour les législatives[29], qui sera salué par Mathilde Imer sur twitter[30].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Écologie, mieux comprendre pour tout changer !, de Aurore Bimont et Juliette Decq, préface de Mathilde Imer et Cyril Dion.
  • Les armes pour la transition, l'intelligence collective au service de l'écologie, Dominique Bourg, Jean Jouzel, Stéphane La Branche, Philippe Descola, Yves Marignac, Valérie Cabanes, Thibaud Griessinger, Marc Dufumier, Alain Grandjean, Hervé Kempf, Vincent Verzat, Jean-Marc Ligny, Bastien Alex, Emmanuel de Romémont. Préface de Mathilde Imer et Camille Etienne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Mathilde Imer, par Laurence Tubiana : « Elle est aussi à l’aise devant un ministre que dans une action de désobéissance civile » », sur L'Obs (consulté le )
  2. a b c d et e Didier Arnaud, « Mathilde Imer, retour à l’échelon local », sur Libération (consulté le )
  3. « Convention Climat, Primaire populaire... Mathilde Imer, la militante écolo qui « ne lâche rien » », sur L'Obs, (consulté le )
  4. One Heart, « [Portrait d'Engagé.e] Mathilde Imer, leader positif en devenir », (consulté le )
  5. « Mathilde Imer : biographie, actualités et émissions France Culture », sur France Culture (consulté le )
  6. a et b Par Charles de Saint-Sauveur et Henri Vernet Le 23 janvier 2019 à 06h37 et Modifié Le 23 Janvier 2019 À 13h30, « Les «Gilets citoyens» écrivent à Macron », sur leparisien.fr, (consulté le )
  7. Didier Arnaud, « Mathilde Imer, retour à l’échelon local », sur Libération (consulté le )
  8. « Une « chambre des Conventions citoyennes » serait-elle un bon outil démocratique ? », sur usbeketrica.com (consulté le )
  9. « "Construire un nouveau modèle" : dernière ligne droite pour la Convention citoyenne pour le climat », sur France 24, (consulté le )
  10. a et b Etienne Monin, « RÉCIT. "Nous, on a fait notre boulot" : l'expérience de la Convention citoyenne sur le climat racontée de l'intérieur », sur Franceinfo, (consulté le )
  11. « Merci Mathilde ! », sur Démocratie Ouverte, (consulté le )
  12. a et b « La Convention Citoyenne pour le Climat, ou l'antichambre de la VIème République ? », sur Horizons publics (consulté le )
  13. Reporterre, « Pour une fois qu’on remet les citoyens au centre du jeu, osons leur faire confiance », sur Reporterre, le quotidien de l'écologie (consulté le )
  14. « Un collectif appelle à la création d’une « assemblée citoyenne » de « gilets citoyens » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. Convention Climat, Primaire populaire... Mathilde Imer, la militante écolo qui « ne lâche rien », nouvelobs.com, 2 janvier 2022, par Pascal Riché et Lucie Alexandre
  16. Maxime Thuillez, « #50 - Démocratie & écologie : comment redonner le pouvoir aux citoyens ? Mathilde Imer », sur Youtube - Greenletter Club (consulté le )
  17. « « On ne va pas les lâcher » : à gauche, la Rencontre des Justices bouscule les prétendants à l’Elysée », sur L'Obs (consulté le )
  18. Léo Seux, « « Primaire populaire » : quand des citoyens veulent peser sur la présidentielle », sur Le Parisien, (consulté le ).
  19. a et b Par Léo Seux Le 9 juillet 2021 à 11h12, « «Primaire populaire» : quand des citoyens veulent peser sur la présidentielle », sur leparisien.fr, (consulté le )
  20. Léo Seux, « « Primaire populaire » : quand des citoyens veulent peser sur la présidentielle », sur Le Parisien, (consulté le ).
  21. « Jean-Luc Mélenchon refuse, selon les « insoumis », d’être associé à la Primaire populaire », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « En meeting à Nantes, dimanche, le candidat « insoumis » à la présidentielle avait de nouveau rejeté toute candidature d’union : « Comment je fais pour faire l’union sans créer la confusion ? Ce n’est pas d’union dont on a besoin, c’est de clarté et d’unité populaire. » »

  22. « La Primaire populaire veut unir la gauche, même contre son plein gré », le telegramme,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le ) :

    « Selon le porte-parole du PS Pierre Jouvet, les trois gauches, sans être irréconciliables, portent des projets trop différents. Anne Hidalgo a une « offre social-démocrate assumée », Jean-Luc Mélenchon est « en espèce de surf permanent sur du soft populisme qui l’a fait sortir parfois des rives de la gauche » et Yannick Jadot est « mono-centré sur un sujet », a-t-il estimé ce mercredi sur Radio J. »

  23. « Malgré la victoire de Christiane Taubira, le pari raté de la Primaire populaire », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. « Christiane Taubira annonce son retrait de la campagne présidentielle », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. Reporterre, « Le choix contesté de la Primaire populaire en faveur de Jean-Luc Mélenchon », sur Reporterre, le quotidien de l'écologie (consulté le )
  26. « Présidentielle 2022 : l’équipe de la Primaire populaire annonce soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. Sophie de Ravinel, « Présidentielle : La Primaire populaire explose à l'atterrissage », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « Cette décision a été prise samedi en milieu de journée par un vote du Conseil d'administration, composé de trente personnes élues ou désignées lors d'une Assemblée générale du 13 février dernier. Mathilde Imer n'en faisait pas partie. Le vote a eu lieu 48h après l'annonce de Christiane Taubira de son retrait de la campagne présidentielle. »

  28. « https://twitter.com/mathildeimer/status/1500772109018185728 », sur Twitter (consulté le )
  29. Clément Parrot, Thibaud Le Meneec et Mathieu Lehot-Couette, « Législatives 2022 : insoumis, écolos, communistes, socialistes… Qui portera les couleurs de l'union de la gauche dans votre circonscription ? », france info,‎ (lire en ligne) :

    « Un "accord historique", selon les responsables de gauche. Après plusieurs jours de tractations, La France insoumise, le Parti socialiste, Europe Ecologie-Les Verts et le Parti communiste se sont mis d'accord sur une union en vue des élections législatives. »

  30. Mathilde Imer, « https://twitter.com/mathildeimer/status/1521773988275535872 », sur Twitter, (consulté le ) : « Bravo @FranceInsoumise @EELV @PCF @partisocialiste pour cet accord. Heureuse de voir que l'union des "gauches" & des écologistes (présentée comme "impossible" lors de la présidentielle) devient réalité aujourd'hui. On en a bien besoin ! »

Liens externes[modifier | modifier le code]