Marinos de Néapolis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marinus.

Marinos de Néapolis (en grec ancien Μαρίνος ὁ Νεαπολίτης) (vers 450 à Flavia Neapolis (Naplouse moderne) en Palestine - vers 500 peut-être à Athènes en Grèce) était un philosophe néo-platonicien. Il était probablement un Samaritain, ou peut-être un Juif[1],[2]

Nous avons peu de renseignements sur sa philosophie : nous savons seulement par Damascios qu'il était d'une santé délicate et médiocrement doué.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est venu à Athènes à une époque où, à l'exception de Proclos, il y avait une grande pénurie d'hommes éminents à l'école néoplatonicienne. C'est pour cette raison sans doute et grâce à son zèle aussi qu’il dut d'occuper la place de Proclos à sa mort dans l'École néoplatonicienne d'Athènes en 485.

Pendant cette période, les professeurs de l'ancienne religion grecque ont subi de graves persécutions de la part des chrétiens et Marinos a été contraint de chercher refuge à Épidaure.

Son principal ouvrage est une biographie de Proclos, la source principale d'information sur la vie de ce dernier. La parution de la biographie est attestée par des preuves antérieures à l'année de la mort de Proclos, car Marinos y mentionne une éclipse qui se produira une année après cet événement.

Il est ensuite publié avec les œuvres de Marc Aurèle en 1559, puis republié séparément par Fabricius à Hambourg en 1700, et réédité en 1814 par Boissonade avec les corrections et les notes.

Marinos est également l'auteur d'un commentaire sur les données d'Euclide.

Quant à sa doctrine, Damascios nous apprend qu'incapable de suivre les élans de Proclos, Marinos, dans son explication du Parménide, avait abandonné la théorie des unités supérieures à l'être, pour revenir aux idées.

D'autres ouvrages philosophiques lui sont attribués, y compris des commentaires sur Aristote et sur le Philèbe. On dit qu'il a détruit le dernier, car Isidore de Gaza, son successeur, a exprimé sa désapprobation envers celui-ci.

Source[modifier | modifier le code]

  • Chisholm, Hugh, éd (1911), « Marinos (philosophe) », Encyclopædia Britannica (onzième éd.), Cambridge, University Press

Références[modifier | modifier le code]

  1. JJ O'Connor et EF Robertson " Marinos de Néapolis. École de mathématiques et de statistique Université de St. Andrews, en Écosse. Avril 1999. Consulté le: Novembre 22, 2008. "Born: environ 450 à Neapolis, la Palestine (appelé Sichem, dans la Bible, aujourd'hui Naplouse, Israël) Décès: environ 500 dans éventuellement d'Athènes, en Grèce"
  2. JJ O'Connor et EF Robertson " Marinos de Néapolis. École de mathématiques et de statistique Université de St. Andrews, en Écosse. Avril 1999. Consulté le: Novembre 22, 2008. " Marinos de Néapolis était probablement un Samaritain, mais juste peut-être un Juif. Il se convertit à la manière grecque de la vie et a rejoint l'Académie à Athènes où il fut l'élève de Proclos qui était à la tête de l'Académie. En fait, lorsque Proclos écrit un commentaire sur le mythe d'Er, il l'a dédié à Marinos. "