Flavius Sallustius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Secundus Salutius, autre préfet de Julien au nom presque semblable.
image illustrant  une personnalité de la Rome antique
Cet article est une ébauche concernant une personnalité de la Rome antique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Flavius Sallustius est un homme d'État romain et philosophe du IVe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Natif d'Hispanie au début du IV° s., il fréquente l'empereur Julien (mort en 363). Il est vicaire des Cinq-Provinces, vicaire des Hispanies (vers 357)[1], puis vicaire de Rome. Il est nommé préfet du prétoire des Gaules de 361 à 363, année où il est élevé au consulat.

Philosophie[modifier | modifier le code]

On lui attribue[2] un traité néoplatonicien grec Des dieux et du monde, sorte de catéchisme païen inspiré par Jamblique (cet ouvrage est parfois attribué à Secundus Salutius). L'ouvrage date de 362.

L'auteur oppose la théologie chrétienne à la théologie païenne. Il appartient au platonisme.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Saloustios : Des dieux et du monde (362), texte établi et traduit par Gabriel Rochefort, « Collection des Universités de France », Les Belles Lettres, Paris, 1960.
  • autre traduction du traité Des dieux et du monde : A.-J. Festugière, Trois dévots païens, La Colombe, 1944.
  • quelques décisions juridiques figurant dans le Code théodosien.

Études[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Rochefort, "Le 'Péri theon kai kosmou' de Saloustios et l'influence de l'Empereur Julien", Revue des études grecques, vol. LXIX, n° 324-325, 1956, p. 50-66.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. CIL VI 1729, concernant une statue qui lui est élevée à Rome par une légation espagnole.
  2. Robert Étienne, Flavius Sallustius et Secundus Salutius, Revue des études anciennes 65, 1963.