Hippocrate de Chios

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hippocrate (homonymie).

Hippocrate de Chios ou Hippocrate de Chio est un mathématicien et astronome grec originaire de Chios, actif à Athènes dans la second moitié du Ve siècle av. J.-C.. Novateur et précurseur d'Euclide, comme premier auteur d'Éléments, il a également travaillé sur la quadrature du cercle et la duplication du cube.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fort peu de chose sont connues sur Hippocrate, comme d'ailleurs de la plupart des géomètres de l'antiquité[1], il est connu par Aristote, et de ses successeurs et commentateurs, ainsi que par Proclos[2] qui dans son résumé de l'histoire de la géométrie d'Eudème de Rhodes le cite comme contemporain de Théodore de Cyrène et postérieur à Œnopide de Chios. Par ces témoignages, on sait qu'il professe les mathématiques et l'astronomie à Athènes dans la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C., et que ses compétences y sont reconnues[3]. Probablement chef d'école[4], Aristote cite un de ses disciples, Eschyle[5]. Il est également commerçant, mais Aristote déclare que « éminent géomètre s'il en fût, [il] était, semble-t-il, niais et stupide pour tout le reste », s'étant fait escroquer par le fisc de Byzance à cause de sa naïveté. Jean Philippon, près de mille ans après les faits, est moins sévère : selon lui Hippocrate est venu à Athènes pour poursuivre en justice des pirates dont une attaque l'a ruiné, et c'est à Athènes qu'en attendant la conclusion de son procès, il s'intéresse à la géométrie jusqu'à en devenir spécialiste[6]. Les historiens estiment qu'il appartient à l'école du géomètre et astronome Œnopide de Chios dont il a pu être le continuateur[7].

Travaux[modifier | modifier le code]

Les travaux scientifiques d'Hippocrate ne nous sont pas parvenus, ; un fragment de l'histoire des mathématiques subsiste dans les écrits de l'élève d'Aristote Eudème de Rhodes, transmis par Simplicis, et consacré à Hippocrate et à la quadrature des lunules et du cercle. Même si Simplicios, comme il le déclare lui même, a un peu complété le texte d'Eudème, ce fragment est considéré comme authentique, et comme le témoignage le plus substantiel sur les mathématiques pré-euclidiennes[8].

Mathématiques[modifier | modifier le code]

Les éléments[modifier | modifier le code]

Hippocrate de Chios est l'auteur du premier ouvrage d’éléments de géométrie connu, un siècle avant Euclide. L’ouvrage ne nous est pas parvenu, mais les historiens ont pu tenter de le reconstituer, à partir de ce qu'il utilise pour sa quadrature des lunules. Il pourrait correspondre aux livres I et II des Éléments.

La quadrature des lunules et du cercle[modifier | modifier le code]

Dans le document qu’il rédige sur la quadrature des lunules, il est un des premiers à avoir introduit une méthode d’intégration pour résoudre de tels problèmes. Il utilise à ce sujet quelques théorèmes en particulier que le rapport des surfaces de deux cercles est le même que celui des carrés de leurs rayons. L'une de ses quadratures utilise le théorème des deux lunules (dans un cas particulier).

La duplication du cube[modifier | modifier le code]

Hippocrate étudie la duplication du cube (construire un cube de volume double) et le réduit à celui de l'établissement de deux moyennes proportionnelles entre deux longueurs dont la seconde est double de la première, forme sous-laquelle le problème sera étudié par ses successeurs.

Astronomie[modifier | modifier le code]

Aristote cite Hippocrate dans un long passage des Météorologiques[9],[10] qui révèle certaines connaissances astronomiques et un observation correcte de la direction de la « chevelure » (la queue) d'une comète[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vitrac 2004, 1- L'origine de la géométrie grecque — Le problème des sources
  2. Caveing 1997, p. 79.
  3. Bulmer-Thomas 2008
  4. Caveing 1997, p. 83
  5. Pellegrin 2014, p. 870
  6. Vitrac 2004, 1- L'origine de la géométrie grecque.
  7. Caveing 1997, p. 84;
  8. Vitrac 2004.
  9. Aristote, Météorologiques [lire en ligne] Livre I, 6 (342b29)
  10. Pellegrin 2015, p. 870
  11. Caveing, p. 79-80

Bibliographie[modifier | modifier le code]