Théodore de Cyrène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Théodore de Cyrène (homonymie) et Théodore.
image illustrant un mathématicien
Cet article est une ébauche concernant un mathématicien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Théodore de Cyrène (Grèce, -465 à -398) est un mathématicien pythagoricien grec spécialiste en géométrie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Disciple de Protagoras, précepteur de Socrate, Théétète[1] et Platon, à qui il enseigna les mathématiques, Théodore de Cyrène naquit et mourut à Cyrène ; il ne passa pas toute sa vie dans sa ville natale et fit de fréquents séjours à Athènes.

En plus de son travail dans le domaine des mathématiques, il s’intéressa à l’astronomie, à la musique et à toutes les disciplines touchant l’enseignement. C’était un pythagoricien convaincu et un des principaux philosophes de l’école de Cyrène. Il pensait que le plaisir et la douleur ne correspondaient ni au Bien, ni au Mal et que pour être heureux, il suffisait de savoir être « sage ».

Dans le domaine des mathématiques, tout comme Théétète, il s’intéressa aux nombres irrationnels. Il démontra que les racines carrées des nombres 3, 5, 6, 7, 8, 10, 11, 12, 13, 14, 15 et 17 étaient des nombres irrationnels. Mais aucune indication ne subsiste sur la méthode qu’il utilisa.

Spirale (ou escargot) de Théodore de Cyrène. La construction de la spirale permet d’obtenir les racines carrées de tous les nombres entiers. Partir d'un triangle rectangle dont les côtés de l’angle droit valent « une unité ». Son hypoténuse se calcule par la formule de Pythagore. Pour le premier triangle, la longueur de l'hypoténuse égale donc √2. Elle forme l'une des cathètes d'un nouveau triangle rectangle dont l'autre cathète mesure 1. En appliquant la relation de Pythagore, son hypoténuse égale √3. Les triangles suivants se construisent selon le même motif.

Ses travaux ont notamment trait aux nombres incommensurables découverts par les pythagoriciens.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, « Theodorus of Cyrene », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).