Johann Albert Fabricius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabricius.

Johann Albert Fabricius (11 novembre 1668, Leipzig - 30 avril 1736) est un savant bibliographe et théologien allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Johann Albert Fabricius est le fils de Werner Fabricius (1633-1679), compositeur et organiste. Il passa la plus grande partie de sa vie à Hambourg, y remplaça en 1699 Vincent Placcius dans la chaire d'éloquence et de poésie, enseigna aussi la théologie, et fut en 1708 nommé recteur de l'école Saint-Jean.

Travailleur infatigable, il a laissé plus de cent ouvrages, dont les principaux sont :

  • Bibliotheca latina ou Notice des auteurs latins et de leurs éditions, 1697, imprimée en 1773 par Johann August Ernesti avec de grandes améliorations ;
  • Bibliotheca Graeca, 1705-1728, refondue par Gottlieb Christoph Harless, 1790-1812 ;
  • Bibliotheca antiquaria, 1713 et 1760 ;
  • Bibliotheca Latina mediae et infimae Aetatis, 1734-1746, terminée après sa mort par Christian Schöttgen et rééditée par Mansi, Padoue, 1754 ;
  • Bibliotheca ecclesiastica, 1718, recueil d'auteurs qui ont écrit sur l'histoire ecclésiastique.

Il a en outre donné des éditions de Dion Cassius, de Sextus Empiricus, des écrits apocryphes de l'Ancien et du Nouveau Testament, et de divers ouvrages de V. Placcius, de Jean Mabillon, Anselmo Banduri, Morhof, etc.

Hermann Samuel Reimarus a écrit en 1737 sa Vie.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Specimen elencticum historiae logicae, catalogue des traités de logiques (1699)
  • Bibliotheca Antiquaria (1713)
  • Centifolium Lutheranum, une biblliographie luthérienne (1728)
  • Bibliotheca Ecclesiastica (1718)
  • Préface le Theatrum anonymorum et pseudonymorum(1708) de Vincent Placcius

Fabricius a aussi permis l'articulation de la pseudépigraphie vétérotestamentaire et des apocryphes néotestamentataires grâce à ses compilations de textes et d'extraits:

  • Codex apocryphus Novi Testamenti (1703)
  • Codex pseudepigraphus Veteris Testamenti (1713)
  • Codicis pseudepigraphi Veteris Testamenti Volumen alterum accedit Josephi veteris Christiani auctoria Hypomnesticon (1722). Dans ce volume, Fabricius a placé dans un même recueil l'apocalypse de Saint Jean et le Livre de Daniel: cette catégorisation est à l'origine de la constitution d'une littérature apocalyptique[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir par exemple Arnaldo Momiglian, Essays on Ancient and Modern Judaism, p. 89, ou François Hartog, "L'apocalypse, une philosophie de l'histoire", in Esprit no 405, juin 2014, p. 25

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Liens externes[modifier | modifier le code]