Guerre de Cisplatine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guerre de Cisplatine
Description de cette image, également commentée ci-après
Informations générales
Date 1825 - 1828
Lieu Uruguay et sud du Brésil
Issue Intervention diplomatique du Royaume-Uni, création de l'État l'Uruguay et la garantie de la libre navigation sur les rivières du bassin de la Plata.
Belligérants
Flag of Argentina (alternative).svg Provinces-Unies du Río de la Plata Flag of Empire of Brazil (1822-1870).svg Empire du Brésil
Commandants
Carlos María de Alvear
Juan Antonio Lavalleja
Guillermo Brown
Fructuoso Rivera
Felisberto Caldeira Brant
Rodrigo Pinto Guedes
Jacinto Roque de Sena Pereira

Batailles

Sarandi · Los Pozos (navale) · Maldonado (navale) · Juncal (navale) · Ituzaingo · Carmen de Patagones (navale) · Lac Mirim (navale) · Barrega (navale)

La guerre de Cisplatine est un conflit armé qui opposa de 1825 à 1828, dans la Banda Oriental, les Provinces-Unies du Río de la Plata, récemment émancipées du joug espagnol, à l’empire du Brésil.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

L’enjeu du conflit était la possession de la Province cisplatine, un territoire qui correspond actuellement à la république de l’Uruguay et une partie de l’État brésilien du Rio Grande do Sul. Cette province, qui faisait auparavant partie de la vice-royauté du Río de la Plata, s'était libérée de la domination espagnole et était devenue une partie d'une ligue de provinces connue sous le nom de Ligue fédérale. Mais, en 1816, le Portugal avait envahi la province, qui avait été annexée au Brésil à la suite de la bataille de Tacuarembó sous le nom de province Cisplatine.

Après la déclaration d'indépendance du Brésil proclamée par Pierre Ier, la province Cisplatine donnait à ce pays une position stratégique sur le Río de la Plata et un contrôle sur les ports principaux des Provinces-Unies du Río de la Plata. Celles-ci, dans l'intention de reprendre le contrôle de la province, pousse ses habitants à se soulever contre la domination brésilienne en leur fournissant un soutien matériel et politique.

Déroulement du conflit[modifier | modifier le code]

Un groupe de séparatistes de la Banda Oriental, connus sous le nom de Treinta y Tres Orientales et dirigés par Juan Antonio Lavalleja, lève l'étendard de la révolte au mois d'avril 1825 et pousse les Brésiliens à évacuer une partie de la province. Ils réunissent un congrès de représentants dans la ville de Florida et ce congrès demande à retourner dans le giron des Provinces-Unies du Río de la Plata au mois d'août. Le 12 octobre 1825, les insurgés remportent sur les Brésiliens une victoire lors de la bataille de Sarandi et, en réponse, les Provinces-Unies acceptent la demande d'intégration le 24 octobre. L'empire du Brésil leur déclare alors la guerre au mois de décembre.

L'empereur Pierre Ier du Brésil fait bloquer par sa flotte le Río de la Plata ainsi que ses ports (Buenos Aires et Montevideo). Les Argentins répondent à ce blocus par des opérations menées par des corsaires et, les 8 et , l'escadre argentine de l'amiral Guillermo Brown remporte une grande victoire sur une escadre brésilienne lors du combat de Juncal. Les Brésiliens organisent alors une expédition pour s'emparer de la base corsaire de Carmen de Patagones mais celle-ci est repoussée le 7 mars 1827.

Comme l'historien britannique Brian Vale a fait remarquer, "pour une marine qui se composait de 69 navires de guerre et 22 paquets et des transports, tenu par 10600 officiers et les hommes, la perte de [...] ses vaisseaux armés les plus petits ont fait peu de différence pour l'équilibre parfait du pouvoir"[1].

Le combat de Monte Santiago avait jouer un rôle plus important dans le conflit, ajoute Brian Vale: "[...] Juncal avait peu fait pour pousser l'Empire dans le sens de la paix. Maintenant à Monte Santiago, deux des précieuses bricks de guerre de l'Argentine ont été détruites et la crème de sa marine battu à plate couture. Supériorité écrasante de la marine brésilienne en mer a été affirmé d'une manière qui ne l'audace de William Brown ou les frégates nouvellement acquises Ramsay pourrait sérieusement remettre en question"[1].

L'ambassadeur britannique à Rio de Janeiro Sir Robert Gordon a écrit à Lord Ponsonby, après Monte Santiago: "Les ressources de l'Empire semblent immenses et de croire que je fais ça Brown - grande comme il est - ne peut pas avec leurs goélettes annihilent la marine brésilienne, aura tout simplement maîtriser la serrure rétabli avec plus de vigueur"[1].

Sur terre, les Brésiliens lancent l'offensive seulement à la fin de l'année 1826 en rassemblant des troupes composées en majorité de volontaires et de mercenaires européens. En effet, les problèmes que connaissent les Brésiliens pour rassembler une armée sont dus aux constantes rébellions populaires qui éclatent dans les provinces de l'empire, y compris dans la capitale Rio de Janeiro. Pendant ce temps, l'armée argentine traverse le Río de la Plata et établit son camp près de Durazno tandis que le général Carlos María de Alvear mène des incursions en territoire brésilien.

Après plusieurs escarmouches mineures, l'armée brésilienne commandée par Felisberto Caldeira Brant affronte le 20 février 1827 l'armée argentine lors de la seule confrontation d'importance de la guerre à la bataille d'Ituzaingó. C'est une victoire tactique pour les Argentins mais qui ne débouche sur aucun succès stratégique. La guerre continue pendant encore un peu plus d'un an sans que d'autres combats décisifs ne soit livrés même si Fructuoso Rivera mène une campagne victorieuse dans le Rio Grande do Sul, ce qui pousse le Brésil à s'asseoir à la table des négociations.

Néanmoins, le Brésil a suivi avec le domaine naval, puisque peu de temps après, à la bataille de Monte Santiago, actions navales argentines ont été limitées à la guerre de Corse. Montevideo et Colonia del Sacramento suivies sous le contrôle du Brésil pendant tous le conflit. La suprématie navale a été décisive, parce que sans contrôle naval les Provinces-Unies avaient aucun moyen de gagner le conflit.

"L'armée est totalement dépourvu de moyens pour assiéger Montevideo plus efficacement que par le blocus terrestre, méthode qui a l'expérience se sont révélées infructueuses, car il y a une prédominance des offshore brésilien"" (...) "" Cette guerre est, par essence, une guerre navale et de la domination de la Bande Orientale de Montevideo et ne serait toujours pas dire aucun avantage à Buenos Aires, tandis que le blocus naval peut être maintenue par l'ennemi "". Ponsonby à Canning[2]

José de San Martín aussi avait déclaré Guido en juillet 1827 que:

"Les deux victoires peuvent contribuer à accélérer la réalisation de paix souhaitée; Néanmoins, je vais vous dire franchement que de ne pas voir l'une de ces batailles de caractère décisif, je crains fort que si l'empereur savait - ce que nous avons est - l'état de nos ressources en trésorerie et, surtout, à nos provinces , il résistera à la paix complète et pas plus de prolonger la guerre pendant un an, nous mettra dans une situation très critique"[2].

Fin de la guerre et conséquences[modifier | modifier le code]

Les deux nations étant dépendantes économiquement du Royaume-Uni et la guerre étant très coûteuse pour toutes les deux, elles acceptent l'arbitrage britannique en vue de conclure la paix. Sous la pression britannique, le traité de Montevideo est signé le 27 août 1828 et établit l'indépendance de la province Cisplatine qui change de nom pour devenir l'Uruguay. Seule la partie est du territoire, le Rio Grande do Sul, reste sous domination brésilienne.

Au Brésil, la perte de la Cispaltine est un autre motif de mécontentement pour la population, déjà peu satisfaite du règne de Pierre Ier, après une guerre qui était impopulaire. Ainsi, même si la guerre de Cisplatine n'est pas la raison principale ayant conduit à l'abdication de Pierre Ier en 1831, elle a contribué à cette issue. Quant au véritable vainqueur de cette guerre, ce n'est autre que le Royaume-Uni qui obtient une zone de libre commerce dans la zone stratégique du Río de la Plata.

Sources[modifier | modifier le code]

  • David Carneiro, História da Guerra Cisplatina, Companhia Editora Nacional, 1946
  • Paulo de Duarte, Lecor e a Cisplatina 1816-1828, Biblioteca do Exército, 1985
  • Robert Scheina, Latin Amercica's Wars: the age of the caudillo, 1791-1899, Brassey's, 2003

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c A War Betwixt Englishmen Brazil Against Argentina on the River Plate 1825-1830, Brian Vale, I. B. Tauris, page 137, chapter 14
  2. a et b Histoire générale des affaires de la République argentine