Couvent des Célestins de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Couvent des Célestins
Présentation
Culte Catholique romain
Rattachement Archidiocèse de Paris
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris
Coordonnées 48° 51′ 03″ nord, 2° 21′ 53″ est

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Couvent des Célestins

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Couvent des Célestins

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Couvent des Célestins

Le couvent des Célestins de Paris est un ancien couvent de l'ordre des Célestins[1] aujourd'hui disparu. Fondé au XIVe siècle dans l'actuel 4e arrondissement de Paris, en France, il était situé à proximité de la place de la Bastille, dans le quartier de l'Arsenal. Il était la deuxième plus importante nécropole royale, après la basilique Saint-Denis, puisque nombre de princes y furent inhumés.

Situation[modifier | modifier le code]

Le couvent est situé dans Le Marais, entre la rue du Petit-Musc à l'ouest, la rue de l'Arsenal à l'est, la rue de la Cerisaie au nord, le quai des Célestins et la rue de Sully au sud, à proximité de l'enceinte édifiée dès 1365 par Charles V et de l'hôtel Saint-Pol, que ce dernier affectionnait particulièrement[2].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1259, Saint Louis logea à cet endroit les six carmes qu'il avait amené avec lui de Terre-Sainte. Les lieux étaient assez réduits : ils comportaient une petite église, un cimetière, quelques bâtiments, avec un petit jardin. Les Carmes y demeurèrent durant 58 ans et, trop éloignés de l'université, déménagent sur la rive gauche de la Seine, près de l'actuelle place Maubert après avoir obtenus de Philippe le Bel et de Philippe V le Long quelques maisons dans la rue de la Montagne Sainte-Geneviève. Ils s'y établirent en 1318 et vendent leur premier monastère en 1319 à Jacques Marcel pour la somme de 500 livres parisis.

Jacques Marcel fit bâtir deux chapelles y mit deux chapelains perpétuels pour les desservir, puis meurt en 1320. Garnier Marcel, son fils, bourgeois et échevin de Paris en jouit pendant 32 ans et en fait don aux célestins en 1352[2],[3] avec l'accord de l'archevêque de Sens, Guillaume II de Melun, et de l'évêque de Paris, Jean de Meulan. Ce don avait été sollicité par Robert de Jussi, chanoine de Saint-Germain-l'Auxerrois et secrétaire du roi, ancien novice du couvent des Carmes de Châtres près de Compiègne[4].

Le couvent, reconstruit en 1730[3], fut profané lors de la Révolution française[5] et transformé en dépôt de bois[6]. Supprimé en 1790[3], il sera convertit en caserne sous le consulat[6]. Après cette période, quelques-unes des pierres tombales sont retrouvées par Alexandre Lenoir, en particulier, celle du roi latin Léon V d'Arménie, qui est déposée au musée des monuments français à la basilique Saint-Denis. D'autres sculptures se retrouvent transférées au musée du Louvre, ainsi que dans une chapelle de l'église Saint-Gervais-Saint-Protais, toute proche.

En 1866, le percement du boulevard Henri-IV fera perdre au couvent un tiers de sa superficie[6].

Entre 1895 et 1901, les derniers éléments du cloître sont démolis lors de la construction de la nouvelle caserne des Célestins[6],[3], siège de l'état-major de la garde républicaine.

Description[modifier | modifier le code]

D'apparence fort[Quoi ?] vue de l'extérieur, ce couvent renfermait d'importantes richesses. Le portail d'entrée présentait sur le pilier central une statue de Pierre de Moron, le fondateur de l'ordre, élut le pape sous le nom de Célestin V, tandis que les deux piliers latéraux figuraient Charles V et son épouse Jeanne de Bourbon[2], le roi tenant dans la main le modèle de l'église qu'il venait de faire construire.

L'église abbatiale[modifier | modifier le code]

Construite dès 1365 et consacrée en 1370 sous le vocable de Sainte-Marie par l'archevêque de Sens, Guillaume II de Melun, l'église d'une architecture simple était constituée d'un vaisseau unique de 48 m de long sur 11 m de large, se terminant par une abside polygonale. Un jubé séparait la nef des trois travées du chœur des moines[2]. Le maître-autel était surmonté d'une statue de la Vierge Marie et de celle de l'Archange Gabriel par Germain Pilon.

Parmi les autres chapelles se trouvaient :

Le cloître[modifier | modifier le code]

Le cloître rebâti au XVIe siècle avait cinquante colonnes, des plafonds peints et un dallage en mosaïques.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Abbés ou prieurs[modifier | modifier le code]

  • 1374-1376 : Pierre Pocquet (vers 1340-1408), prieur.
  • jusqu'en 1537: Denis Le Fèvre (1498-1738), né à Vendôme, il enseigna à l'université de Paris pendant dix ans, puis devint prieur, puis vicaire général du Provincial en 1537. Il écrivit plusieurs ouvrages dont certains furent imprimés.

Moines et personnalités[modifier | modifier le code]

  • Dom Étienne Carneau (1610-1671), avocat, puis religieux célestin, poète, écrivain.
  • Philippe de Mézières, chevalier, chancelier de Chypre, banneret de l'hôtel du roi de France, qui devint célestin en 1380, il y mourut le .
  • Antonio Pérez, ministre du roi d'Espagne Philippe II en fuite, il y mourut en novembre 1611.

Propriétés et revenus[modifier | modifier le code]

Terres et maisons

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ordre qui est agrégé à l'ordre bénédictin en 1263 par le pape Urbain IV[réf. nécessaire].
  2. a b c et d Histoire du Marais - Le couvent des Célestins.
  3. a b c et d Fierro 1998
  4. Jean de Gaulle, Histoire de Paris et ses environs, Paris, P. M. Pourrat, 1839, p. 581 et suivantes.
  5. Mutafian 2001, p. 90
  6. a b c et d La caserne des Célestins sur paristoric.com
  7. Jean Roland, marchand pâtissier-oublier à Paris, et Thibault Roland son fils renoncent au bail anciennement fait à leurs parents par le couvent des Célestins, d'une maison à Paris, rue du Marché-Palu, en raison des grosses réparations qu'il leur faudrait faire à cette habitation (cf. Claire Béchu, Florence Greffe, Isabelle Pébay, « N° 303 (MC/ET/XIX/1) », in Minutier central des notaires de Paris, Minutes du XVe siècle de l'étude n°XIX, Paris, Archives nationales, 1993.
  8. Jean-Aimar Piganiol de La Force, Description de Paris…, t.4, Paris, Théodore Legras, 1742.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean-Aimar Piganiol de La Force, Description de Paris, Versailles…, t. IV, Paris, Théodore Legras, 1742.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfred Fierro, Dictionnaire du Paris disparu, Parigramme, , 335 p. (ISBN 2-84096-099-0), p. 78.
  • Claude Mutafian (trad. du grec ancien), Le Royaume Arménien de Cilicie, Paris, CNRS Editions, (ISBN 978-2-271-05105-9, LCCN 95181034).
  • (en) Claude Mutafian, Leon V of Lusignan, last king of Armenia ([PDF] en ligne).
  • (en) Pierre-Yves Le Pogram, Tomb of Leon V de Lusignan ([PDF] en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]