Valentine Visconti (1368-1408)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Visconti et Valentine Visconti.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Visconti.

Valentine Visconti, née en 1366 ou 1368 à Milan et morte le à Blois, est une princesse milanaise, devenue duchesse d'Orléans par son mariage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Fille de Jean Galéas Visconti (1351-1402), seigneur puis duc de Milan, et d'Isabelle de France (1348-1372), elle-même fille de Jean le Bon, Valentine passe son enfance au château de Pavie, où elle reçoit une éducation soignée grâce à sa grand-mère, Blanche de Savoie.

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

Elle épouse le , à Melun, Louis de France (1372-1407), fils du roi de France Charles V, alors duc de Touraine, devenu duc d'Orléans le 4 juin 1392. De cette union féconde, naissent dix enfants, dont :

Vie à la Cour[modifier | modifier le code]

Pendant son séjour à Paris, elle demeure à l'hôtel de Navarre[2]. Le jeune couple d'Orléans mène une vie fastueuse. Mais elle ne reste que sept ans dans la capitale, jusqu'en 1396 : on raconte que le roi Charles VI, devenu fou depuis 1392, est plus attaché à elle qu'à sa propre femme la reine Isabeau de Bavière, qui passe réciproquement pour la maîtresse du duc d'Orléans[3] ; on murmure aussi que son père Jean-Galéas Visconti, à son départ de Milan, lui a dit qu'il ne voulait plus la voir avant qu'elle soit reine de France (« Adieu, belle fille, je ne vo quiers jamais veoir que vous ne soiiez roueyne de Franche »[4]). Fuyant les tensions exacerbées autour du roi fou, elle vit à partir de 1396 dans les domaines du duché d'Orléans.

Veuvage et mort[modifier | modifier le code]

Son mari le duc d'Orléans est assassiné le 23 novembre 1407 par des sbires de son cousin et rival politique le duc de Bourgogne Jean sans Peur. Elle revient alors deux fois à Paris, en décembre 1407 et en août 1408, pour réclamer justice.

Le gisant de Valentine Visconti

Valentine meurt à peine plus d'un an après l'assassinat de son époux, au château de Blois. Inhumée auprès de son mari dans la chapelle des Célestins de Paris, on peut voir aujourd'hui son gisant à la basilique de Saint-Denis.

Eustache Deschamps a écrit une poésie en son honneur. Elle est aussi la mère de l'un des plus célèbres poètes du XVe siècle, Charles d'Orléans.

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tracy Adams, « Valentina Visconti, Charles VI, and the Politics of Witchcraft », Parergon, vol. 30, n° 2, décembre 2013, p. 11-32.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Généalogie de l'histoire de France (consulté le 5 décembre 2006)
  2. Situé à l'emplacement de l'hôtel de Châteauvieux, 47-49 rue Saint-André-des-Arts, dans l'actuel VIe arrondissement.
  3. Isabeau de Bavière est en plus (par sa mère Taddea Visconti), la petite-fille de Barnabé Visconti, éliminé par Jean-Galéas Visconti en 1385.
  4. Citation de la Chronique d'Enguerrand de Monstrelet.

Liens externes[modifier | modifier le code]