Marc-Antoine Sirugue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sirugue.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maret.

Marc Antoine Sirugue-Maret
Fonctions
Maire de Vitteaux
Député (suppléant) de la Côte-d'Or
Législature Convention nationale
(Drapeau de la France République française)
Député de l'Aube
Législature Corps législatif
(Drapeau de l'Empire français Empire français)
Député de l'Aube
(arrondissement de Troyes)
Législature Chambre des représentants
(Drapeau de l'Empire français pendant les Cent-Jours Empire français (Cent-Jours))
Biographie
Nom de naissance Marc-Antoine Sirugue
« Marie Antoine Sirugue »[1]
Date de naissance
Lieu de naissance Vitteaux
(Drapeau du royaume de France Royaume de France)
Date de décès (à 87 ans)
Lieu de décès Rouen
(Drapeau du Royaume de France Royaume de France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Modérés
Profession Docteur en médecine
Colonel de gendarmerie

Marc Antoine, baron Sirugue, dit « Sirugue-Maret » - Vitteaux (province de Bourgogne) ✝ - Rouen (Seine-Inférieure)) est un médecin puis militaire et homme politique français des XVIIIe et XIXe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

« Fils de sieur Etienne Sirugue, marchand et maître de poste à Vitteaux, et de demoiselle Françoise Vorle, » Marc-Antoine Sirugue avait été reçu docteur en médecine[2] ; il avait publié d'ailleurs une (la) Dissertatio medico-chirugica de gangraena (1775)[3]. Il était aussi maire de Vitteaux (1783-1791).

Lorsque la Révolution française éclata, il appartenait aux armées du roi et était parvenu à un grade supérieur dans la gendarmerie.

Administrateur du département de la Côte-d'Or, il fut élu[4], le 9 septembre 1792, deuxième député suppléant de ce département à la Convention nationale. Il fut appelé à siéger en vertu de l'article 1er de la loi du 7 ventôse an III () et du tirage au sort destiné à compléter les membres de la Convention, opéré le 5 floréal an III (). Il prit place parmi les modérés, ne se fit pas remarquer au cours de la cession, et il reprit, à la fin de la législature, son activité militaire.

Chef de division de gendarmerie dans le Roussillon en , il commandait la 14e légion de gendarmerie (avec résidence à Troyes, dans l'Aube) en .

Élu plus tard (18 février 1808) par le Sénat conservateur, député de l'Aube au Corps législatif, il fut fait (21 décembre de la même année) chevalier de l'Empire.

Créé baron de l'Empire en 1814, il fut appelé[5], aux Cent-Jours, à représenter l'arrondissement de Troyes à la Chambre.

Sirugue-Maret mourut le à Rouen, certainement auprès de sa fille, épouse du préfet de la Seine-Inférieure.

Allié à la famille de Hugues-Bernard Maret, duc de Bassano, il avait accolé le patronyme de son illustre beau-frère au sien (« Sirugue-Maret »).

Fonctions[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Biret chevalier.png
Blason à dessiner.svg
Armes du chevalier Sirugue et de l'Empire (à la suite du décret du 25 prairial an XII le nommant membre de la Légion d'honneur, lettres patentes du 21 décembre 1808 (Madrid))

D'azur à la bande cousue de gueules au signe des chevaliers, occupant le tiers de l'écu et accompagnée en chef à sénestre d'un sabre d'argent à la poignée d'or accostée de deux étoiles d'argent, et en pointe à dextre d'une tête de cheval d'or ; et pour livrées : bleu, rouge, jaune et blanc.[7]

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Fils aîné d'Estienne Sirugue (°1698 - Vitteaux ✝ avant 1767), issu de son second mariage (19 février 1743, Flavigny-sur-Ozerain) avec Françoise Vorle (née en 1716 - Flavigny-sur-Ozerain), Marc Antoine épousa en 1780 Anne Maret17571828, sœur du duc de Bassano et du comte Maret).

Ensemble, ils eurent une fille, Jeanne Alix Bernarde1785 - Vitteaux20 février 1877 - Paris), mariée, le 26 juin 1808, avec Henri Dupont-Delporte - Boulogne-sur-Mer - Paris VIIIe), haut fonctionnaire et homme politique français du XIXe siècle, dont postérité.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. selon le vicomte Albert Révérend (1er Empire).
  2. « roglo.eu », Marc Antoine Sirugue (consulté le 15 février 2011)
  3. Pierre M. Conlon, Le Siècle des Lumières : bibliographie chronologique (1773-1775), Librairie Droz, , 552 p. (ISBN 9782600002004, lire en ligne)
  4. Par 127 voix (510 votants).
  5. 55 voix (104 votants)
  6. Almanach impérial, Testu, (lire en ligne)
  7. PLEADE (C.H.A.N. : Centre historique des Archives nationales (France)).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]