Éducation de prince (film, 1938)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Éducation de prince
Réalisation Alexandre Esway
Scénario Henri-Georges Clouzot
Carlo Rim
Paul Madeux
d'après la pièce de
Maurice Donnay
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 95 minutes
Sortie 1938

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Éducation de prince est un film français réalisé par Alexandre Esway, sorti en 1938

Il s'agit d'un remake de Éducation de prince d'Henri Diamant-Berger sorti en 1927.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Sophie, ex-reine de Silistrie et veuve du roi Bogidar, renversé par l'un des nombreux coups d'État dont son pays est devenu coutumier, vit pauvrement en exil à Paris avec son fils le prince Alexandre dit Sacha Gregorieff, jeune étudiant peu soucieux de son statut d'héritier du trône de Silistrie et participant enthousiaste à toute manif'un peu anarchiste fleurissant dans sa faculté. Il vit également un amour partagé avec sa condisciple Marianne, fille du délicieux Monsieur Honorat, artisan-poète qui fabrique ironiquement des marionnettes sur une péniche fleurie amarrée en bord de Seine.

La reine Sophie, extravagante et hyperactive, a jusqu'alors réussi à survivre à peu près convenablement en couvrant de titres ronflants et d'honneurs virtuels tour à tour son concierge, l'épicier ou le boucher devenus, par les largesses de l'ex-souveraine, comte, baron ou autre dignitaire silistrien, hélas in partibus.

Mais la Silistrie intéresse également au premier chef un financier moyennement scrupuleux nommé Chautard dont la fortune dépend de l'exclusivité d'exploitation du pétrole silistrien qui ne lui est régulièrement renouvelée, révolution après révolution, que contre argent sonnant versé au nouveau dictateur du jour. Désireux de mettre fin à cette spirale qui va le ruiner, Chautard va tenter de rétablir en Silistrie une monarchie durable lui coûtant infiniment moins cher.

Il s'adresse alors à l'homme qui peut lui faire rencontrer la souveraine déchue et l'héritier providentiel, le très snob et tout aussi moyennement scrupuleux Cercleux, cynique désabusé expert en bonnes manières et en relations mondaines. Ce personnage, bien moins froid qu'il ne veut le paraître, va prendre en main le jeune Sacha afin de lui donner, du moins le pense-t-il, une Éducation de prince. Après maintes péripéties, le doux et charmant Alexandre montera bien sur le trône silistrien au bras de son délicieux symbole républicain devant Cercleux et Chautard couverts de décorations et d'uniformes prestigieux.

Longeant la nef solennelle après le couronnement, Marianne ne peut s'empêcher de demander à Alexandre :

— « Vous croyez vraiment que je serai une reine... convenable ? 

—  Qu'est-ce que vous savez faire ?répond Sacha.

—  Les pull-overs, la cuisine bourgeoise et les équations au troisième degré. 

C'est plus qu'il n'en faut ! » conclut le nouveau roi de Silistrie. (verbatim)

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Louis Jouvet : René Cercleux, cynique et distingué, précepteur de Sacha à qui il doit donner son éducation de prince.
  • Elvire Popesco : La reine Sophie de Silistrie, mère de Sacha et fort tempérament.
  • Josette Day : Marianne Honorat, étudiante en chimie éprise de Sacha.
  • Mireille Perrey : Gisèle Béryl, demi-mondaine chargée par Cercleux de déniaiser Sacha et qui, malgré ses talents, n'y parviendra pas !.
  • André Alerme : M. Chautard, financier. Il a des intérêts dans les pétroles de Silistrie et veut installer le prince Sacha sur le trône afin d'éviter les révolutions à répétition qui lui coûtent, à chaque fois, une fortune.
  • Geymond Vital : Le général Braoulitch, dernier (en date!) des dictateurs silistriens.
  • Robert Lynen : Le prince Alexandre "Sacha" Gregorieff, héritier du trône de Silistrie, élevé en exil à Paris et fort loin des préoccupations dynastiques. Amoureux de Marianne.
  • Alexandre Mihalesco : Selim, grand chambellan de la reine et fort jaloux de celle-ci.
  • Fernand Charpin : M. Honorat, artisan et poète fabricant de jouets mécaniques, père de Marianne. Il est, selon Cercleux: « terriblement sympathique ».
  • Jean Temerson : Hector, le valet de chambre de Chautard.
  • Sylvain Itkine : Le professeur Mehara. Tentera vainement d'enseigner le silistrien à Sacha.
  • Barencey : Ancien (et éventuellement futur) dictateur silistrien.
  • Jean Daurand : Un camarade de Marianne.
  • Georges Douking : M. Pausanias, diplomate silistrien.
  • Pierre Ferval : Le directeur de l'hôtel Ritz.
  • Albert Broquin : M. Courges, boucher régulièrement anobli par la reine désargentée ainsi d'ailleurs que l'épicier et le concierge.
  • Hugues de Bagratide : Un dignitaire silistrien.
  • Robert Ralphy : Un autre dignitaire silistrien.
  • Jane de Cayrol : Une dame de la cour silistrienne.
  • Marguerite de Morlaye : Une autre dame de la cour silistrienne.
  • Paul Escoffier

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Chirat : « Éducation de prince », dans Catalogue des films français de long métrage. Films sonores de fiction 1929-1939, Cinémathèque Royale de Belgique, 1975, # 407.

Liens externes[modifier | modifier le code]