Malawisaurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Malawisaurus
Description de cette image, également commentée ci-après

Un squelette ré-assemblé d'un Malawisaurus

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Super-ordre dinosauria
Ordre Saurischia
Sous-ordre  Sauropodomorpha
Infra-ordre  Sauropoda
Super-famille  Titanosauria
Famille  Titanosauridae
Sous-famille  Lithostrotia

Genre

 Malawisaurus
Jacobs et al, 1993

Nom binominal

 Malawisaurus dixeyi

Haughton, (1928), originally Gigantosaurus, preoccupied

Synonymes

Malawisaurus (ce qui signifie Lézard du Malawi) était un genre de dinosaures sauropodes (et plus spécifiquement un titanosauridae). Il vivait dans ce qui est actuellement l'Afrique, et plus spécifiquement le Malawi, durant l'Aptien au Crétacé inférieur. Il s'agit de l'un des rares titanosaures dont le crâne a été découvert.

Historique[modifier | modifier le code]

Il fut dénommé par Louis L. Jacobs et ses collègues, et à l'origine décrit en 1928 par Sidney H. Haughton comme faisant partie de l'espèce Gigantosaurus (une dénomination invalide pour le Tornieria, un diplodocidae). Haughton estimé qu'il est un proche membre de l'espèce Gigantosaurus robustus (actuellement Janenschia). Ils sont aujourd'hui considérés comme ne faisant pas partie de la même clade, mais demeurent liés au titanosaure.

Description[modifier | modifier le code]

reconstitution de la tête. Les couleurs sont une vue d'artiste

En comparaison avec les standards sauropodiens, Malawisaurus pouvait atteindre environ 16 mètres[1]. Comme d'autres titanosaures, des osselets ont été découverts et sont considérés comme des scutelles couvrant la peau de l'animal.

La vertèbre située au milieu de la queue est étirée[2]. Malawisaurus possédait des fosses latérales sur les vertèbres ressemblant à de petites dépressions peu profondes[3]. De telles fosses peu profondes sont également connues chez Saltasaurus, Alamosaurus, Aeolosaurus, et Gondwanatitan[3]. Venenosaurus possède également de telles fosses, mais ses dépressions pénétraient profondément dans la vertèbre, où elles se divisaient en deux chambres, et s'étendaient plus loin dans la colonne vertébrale[3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul, Gregory S. (2010) The Princeton Field Guide to Dinosaurs.
  • Tidwell, V., Carpenter, K. & Meyer, S. 2001. New Titanosauriform (Sauropoda) from the Poison Strip Member of the Cedar Mountain Formation (Lower Cretaceous), Utah. In: Mesozoic Vertebrate Life. D. H. Tanke & K. Carpenter (eds.). Indiana University Press, Eds. D.H. Tanke & K. Carpenter. Indiana University Press. 139-165.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul (2010) Page 207.
  2. "Caudal Vertebrae," Tidwell, Carpenter, and Meyer (2001). Page 145.
  3. a, b et c "Caudal Vertebrae," Tidwell, Carpenter, and Meyer (2001). Page 147.