Les Hogues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Hogues
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Canton Romilly-sur-Andelle
Intercommunalité Communauté de communes de Lyons Andelle
Maire
Mandat
M. Claude Alexandre
2014-2020
Code postal 27910
Code commune 27338
Démographie
Gentilé Hoguais
Population
municipale
632 hab. (2014)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 25′ 38″ nord, 1° 23′ 50″ est
Altitude Min. 50 m – Max. 179 m
Superficie 11,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Les Hogues

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Les Hogues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Hogues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Hogues

Les Hogues est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Panorama depuis la mairie

Les Hogues est un village situé sur une colline dominant la vallée de l'Andelle.

Communes limitrophes des Hogues[1]
Vascœuil Vascœuil Le Tronquay
Perruel
Perriers-sur-Andelle
Hogues[1] Lyons-la-Forêt
Perriers-sur-Andelle Perriers-sur-Andelle, Charleval, Lyons-la-Forêt Lyons-la-Forêt

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un nom de lieu issu de l'appellatif normand hogue « colline, colline boisée », lui-même du vieux norrois haugr « tas, élévation, colline », que l'on retrouve fréquemment dans cette province[2], mais qui n'a pas, ailleurs, abouti à la création d'une commune.

Le sens de « collines boisées » correspond bien au site des Hogues[3], bien qu'on ne puisse pas exclure une référence aux buttes sitées sur le territoire de la commune. Le mot hogue (ou hougue « élévation, butte, tertre » en Cotentin, cf. Saint-Vaast-la-Hougue) a survécu tardivement en dialecte normand et faisait encore sens plus récemment dans le nord Cotentin sous la forme houguet. Dans les marais de la Dives, il a pris spécifiquement le sens de « tas de sel ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne succursale du Tronquay.

Différents talus autour du village laisse penser à la présence d'un oppidum à l'époque gauloise[4]. Autrefois, une chapelle dédiée à sainte Honorine appartenait, au XIIe siècle, au prieuré Saint-Laurent-en-Lyons, et qui est à l'origine du village. Les Hogues était à l'époque une dépendance du Tronquay, dont elle s'est séparée en 1787 à cause de l'éloignement.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours M. Claude Alexandre UMP-LR Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 632 habitants, en diminution de -2,32 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
751 737 743 669 781 830 900 1 054 1 057
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 083 1 085 993 929 973 967 927 939 944
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
967 966 853 774 842 805 723 609 644
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
563 545 543 503 516 568 587 647 632
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Mathurin. C'est une église orientée de plan cruciforme. Établie sur les vestiges d'une ancienne chapelle édifiée en 1550, elle en conserve ses soubassements en grès. Le reste de l'édifice est en brique industrielle: la nef et le chœur (1852), le transept (1882). le porche début XIXe siècle.
  • colombier octogonal en brique (XVIIe siècle)
  • portail de l'ancien manoir de Beaunay

Galerie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • [Dominique Venner] y vécut

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, 1981, 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3) (OCLC 9675154). p. 127 - 129.
  3. François de Beaurepaire, op. cit.
  4. Selon une plaque apposée sur l'église des Hogues.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Delattre, Emmanuel Delattre, L'Eure, les 675 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, , 296 p. (OCLC 52820568)
  • Commission régionale de Haute-Normandie. Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Eure, canton: Lyons-la-Forêt. Paris: Imprimerie Nationale, 1976. 372 pages.
  • P Duchemin. Notice historique sur Le Tronquay et Les Hogues. Gisors: Imprimerie Echo républicain, 1890. In-16, 120 pages.

Liens externes[modifier | modifier le code]