Lauthiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lauthiers
Image illustrative de l'article Lauthiers
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Vienne
Arrondissement Montmorillon
Canton Chauvigny
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Chauvinois
Maire
Mandat
Alain Martin
2014-2020
Code postal 86300
Code commune 86122
Démographie
Population
municipale
64 hab. (2012)
Densité 7,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 36′ 08″ N 0° 44′ 07″ E / 46.6022222222, 0.73527777777846° 36′ 08″ Nord 0° 44′ 07″ Est / 46.6022222222, 0.735277777778  
Altitude Min. 117 m – Max. 141 m
Superficie 8,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Lauthiers

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Lauthiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lauthiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lauthiers

Lauthiers est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Poitou-Charentes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lauthiers est une commune rurale. C'est la commune la moins peuplée de la Vienne.

Pour sa superficie, elle est située au 23 426ème rang national et au 260ème rang départemental.

Entouré par les communes de Paizay-le-Sec, Sainte-Radégonde et Chauvigny, Lauthiers est situé à 28 km au Sud-Est de Châtellerault, la plus grande ville aux alentours.

La commune est proche du parc naturel régional de la Brenne à environ 14 km.

Le territoire de la commune est occupé à 94 % de territoires agricoles et à 6 % par des forets et des milieux semi-naturels[1].

Les paysages de la commune sont formés de plaines vallonnées et/ou boisées[2].

Les différents types de sols de la commune de Lauthiers sont, selon la direction régionale de l'Agriculture, composés sur les plateaux du Seuil du Poitou par du bornais pour 54 % et par des terres fortes pour 46 %[2].

En 2007, la commune de Lauthiers comprend 48 hectares de forêt privée soit 6 % du territoire communal[3].

Le climat est océanique avec des étés tempérés. Selon Météo France, les heures d'ensoleillement, en 2011, ont été de 2 078 heures pour Lauthiers pour une moyenne nationale de 2 106 heures de soleil, soit l'équivalent de 87 jours de soleil. La hauteur de précipitations en 2011 a été de 629 mm de pluie pour une moyenne nationale de 685 mm.

Périodiquement, la commune subit des inondations avec des coulées de boue et des mouvements de terrain comme en 1982, 1983, 1999, 2010.

Les gares ou les haltes ferroviaires les plus proches sont:

  • Lussac Les Chateaux à 21,9 km,
  • Montmorillon à 23,1 km,
  • Naintré les Barres (halte) à 25,3 km,
  • Nerpuy (halte) à 25,8 km,
  • Mignaloux-Nouaille à 26 km.

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Poitiers-Biard à 32,7 km.

Les habitants de Lauthiers sont des althariens (du latin altare, autel).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du bourg provient du latin "altare" qui signifie "autel"[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune s'est appelée Lauthier en 1793, puis, en 1801, Lanthier.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jacques Genest    
mars 2008   Alain Martin    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 64 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300 182 178 186 190 186 167 186 181
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
191 163 165 169 167 167 170 176 166
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
183 186 171 151 159 156 162 156 142
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
143 103 88 80 66 71 90 68 64
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 12 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

La répartition par sexe de la population est, selon l'INSEE, la suivante:

  • En 1999 : 55,6 % d'hommes et 44,4 % de femmes.
  • En 2006 : 56,3 % d'hommes et 43,7 % de femmes.
  • En 2007 : 55 % d'hommes et 45 % de femmes.

Le nombre de célibataires, selon l'INSEE, en 2006, était de 31,9 % dans la population.Les couples mariés représentaient 58 % de la population. Les divorcés représentaient 5,8 %. Et le nombre de veuves et veufs était de 4,3 %.

La répartition des naissances et décès de 1999 à 2008 est la suivante selon l'INSEE :

  • en 2008 : 0 naissances et 1 décès.
  • en 2007 : 0 naissances et 0 décès.
  • en 2006 : 0 naissances et 0 décès.
  • en 2005 : 0 naissances et 0 décès.
  • en 2004 : 0 naissances et 0 décès.
  • en 2003 : 2 naissances et 0 décès.
  • en 2002 : 0 naissances et 0 décès.
  • en 2001 : 1 naissances et 1 décès.
  • en 2000 : 1 naissances et 0 décès.
  • en 1999 : 2 naissances et 0 décès.

L'évolution des naissances et décès de 1968 à 2007 est la suivante selon l'INSEE:

  • Entre 1999 et 2007 : 6 naissances et 1 décès.
  • Entre 1990 et 1999 : 7 naissances et 4 décès.
  • Entre 1982 et 1990 : 12 naissances et 7 décès.
  • Entre 1975 et 1982 : 7 naissances et 7 décès.
  • Entre 1968 et 1975 : 10 naissances et 5 décès.

La répartition de la population de Lauthiers par âge en 2007 selon l'INSEE est la suivante:

  • de 0 à 14 ans : 22 habitants (17 en 1999)
  • de 15 à 29 ans : 13 habitants (10 en 1999)
  • de 30 à 44 ans : 22 habitants (14 en 1999)
  • de 45 à 59 ans : 21 habitants (10 en 1999)
  • de 60 à 74 ans : 7 habitants (16 en 1999)
  • de 75 ans ou plus : 10 habitants (4 en 1999)

La répartition de la population par age et par sexe est la suivante, selon l'INSEE,en 2007 :

  • de 0 à 19 ans, hommes: 18 et femmes: 12
  • de 20 à 64 ans, hommes: 27 et femmes: 22
  • de 65 ans et plus, hommes: 8 et femmes: 8

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la Direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[8], il n'y a plus que 9 exploitations agricoles en 2010 contre 11 en 2000. Cette baisse du nombre d’exploitations agricoles sur le territoire de la commune s’inscrit dans une évolution globale qui touche l’ensemble du département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, 660 exploitations ont disparu soit -16%. Pour l’avenir, une inquiétude demeure quant à la pérennité et à la transmission de ces exploitations agricoles du fait du vieillissement la population agricole. En outre, c’est la tranche des moins de 40 ans qui est concernée par la baisse des effectifs. Ce phénomène concerne également dans une moindre mesure, la tranche des 40 à 49 ans. Ceci illustre les difficultés auxquelles sont confrontées les jeunes agriculteurs pour s’installer et faire perdurer leur exploitations[9].

Les surfaces agricoles utilisées ont augmenté de 12 % et sont passées de 99 hectares en 2000 à 1 111 hectares en 2010[8].Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares[9].

49 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi un peu d'orges), 33 % pour les oléagineux (colza majoritairement et tournesol) , 9 % pour le fourrage et 2 % reste en herbes[8].

3 exploitations en 2010 (contre 6 en 2000) abritent un élevage d'ovins (924 têtes en 2010 contre 1 119 têtes en 2000)[8]. Cette évolution est conforme à la tendance globale du département de la Vienne. En effet, le troupeau d’ovins, exclusivement destiné à la production de viande, a diminué de 43,7 % de 1990 à 2007[10].

L'élevage de volailles est marginal : 15 têtes en 2000 répartis sur 3 fermes contre 58 têtes en 2010 répartis sur 5 fermes[8].

Chaque année, Lauthiers vient clore le Festival d’Eté en Pays Chauvinois avec sa fête des Potirons, qui se déroule le 1er dimanche d’octobre.

Emploi et activité[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage en 2006 était de 5,6 % et en 1999 il était de 0 %.

Les retraités et les préretraités représentaient 16,7 % de la population en 2006 et 23,9 % en 1999.

Le taux d'activité était de 67,9 % en 2006 et de 68,4 % en 1999.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • le château de la Mothe ou Logis de la Motte date de la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

Le logis, ainsi que la cour d'honneur avec les bâtiments des communs, le mur de clôture et le portail, en totalité sont inscrits comme Monument Historique depuis un arrêté du 24 octobre 2011.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • La croix de chemin situé le long de la route départemental D83.
  • La croix de Cimetière.
  • Le presbytère.
  • Le prieuré Saint Léger. Le nom de l’église du prieuré Saint-Léger, avec sa charpente en carène de navire, apparaît pour la première fois dans les textes en 1093.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

A quelques kilomètres au nord-est de Chauvigny, la forêt de Mareuil est une zone classée d’intérêt écologique, faunistique et floristique. C’est un massif boisé domanial de plus de 600 hectares qui s’étend sur 4 communes : Chauvigny, Lauthiers, Fleix, Paizay-le-Sec. Il couvre 2 % du territoire de la commune de Lauthiers. La foret recouvre un plateau limoneux à topographie très uniforme. En effet, l’altitude moyenne est de l’ordre de 130 mètres et la foret est dépourvu de tout accident de relief significatif. Le substrat est constitué par des limons profonds sur argile tertiaire remaniée qui ont donné naissance à des sols limoneux ou limono-sableux, acides et hydromorphes. Le peuplement forestier est une chênaie mêlée de quelques hêtres, traitée en futaie et en cours d’artificialisation par l’introduction par l’homme à des fins d’exploitation, de résineux et de chênes américains. Un important réseau de mares et de fossés vient diversifier cet ensemble.

La forêt de Mareuil abrite 9 espèces d’amphibiens, parmi lesquelles 5 sont protégées en France: Le Crapaud calamite, la Rainette verte, le Triton crêté, le Triton marbré et le Triton alpestre. C’est l’unique station pour tout le Poitou-Charentes de cette dernière espèce. Le Triton alpestre est un amphibien du nord et du centre de l’Europe, qui ne franchit pas, normalement, la vallée de la Loire vers le sud-ouest en France. Le Triton alpestre, dont le mâle est reconnaissable à son ventre orange vif non taché, fréquente toutes sortes de points d’eaux dormantes comme les mares, les étangs, les lacs, les ornières forestières ou les fossés, où son régime alimentaire, très éclectique, s’adapte largement aux proies disponibles (diverses larves et invertébrés aquatiques). En phase terrestre, le Triton alpestre se cache durant la journée sous des pierres, des tas de bois ou dans des souches pourries.

La forêt de Mareuil abrite une avifaune remarquable puisqu’elle comprend une riche collection d’oiseaux sylvicoles, notamment avec la présence simultanée des 4 espèces régionales de pouillots, dont le Pouillot siffleur et le Pouillot fitis ; des 2 roitelets, dont le Roitelet huppé, peu fréquent en tant que nicheur dans les forêts régionales. Mais c’est surtout chez les picidés et les rapaces que se trouvent les éléments les plus originaux : parmi les premiers, on note la présence du Pic mar et du Pic noir, deux espèces inféodées aux vieilles futaies, alors que les seconds comptent l’Autour des palombes, un hôte farouche des grands massifs forestiers et le Busard Saint-Martin.

Il est possible de voir d’autres oiseaux tels que : Alouette lulu, Bouvreuil pivoine, Engoulevent d’Europe, Mésange huppée, Pigeon colombin, Rougequeue à font blanc.

La foret de Mareuil accueille, aussi, une colonie de martres qui sont des animaux protégés dorénavant en France.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Observatoire Régional de l'Environnement de Poitou-Charente
  2. a et b Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charente - 2007
  3. Centre Régional de la Propriété Forestière de Poitou-Charente - 2007
  4. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Edition FLOHIC – 2002 – ISBN 2-84234-128-7
  5. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.
  8. a, b, c, d et e Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  9. a et b Agreste – Enquête Structure 2007
  10. Agreste – Bulletin n°12 de Mai 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :