Jean Brune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Brune
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
NouméaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Jean Brune [1] est né en 1912 à Aïn Bessem (Algérie) , mort en 1973 à Nouméa (Nouvelle-Calédonie), est un écrivain et journaliste français. Vétéran de la première Armée française, Jean Brune combat les Allemands dans les blindés et reçoit une citation pour une victoire dans un combat de chars en Forêt Noire (1945).

Plus tard durant les années 1950, il collabore à La Nation française de Pierre Boutang et Michel Vivier. Il fut un ardent partisan de l'Algérie française. Nationaliste français, cet athée se conçoit comme un Européen de civilisation, ayant la Grèce et la Rome antiques pour références. Après l'indépendance de l'Algérie, terriblement déçu, il rejoint Aginter Press à Lisbonne dont il devient rédacteur en chef avec le projet de créer un centre d'information indépendant à la fois des monopoles ou oligopoles d'information de l'Est et de l'Ouest qu'il considère comme incapables de laisser l'information factuelle se répandre. Au contraire, croit-il, seuls des instruments de propagande arrivent à la presse et sont répétés ad nauseam.

Il quittera cet organisme et rejoindra la Nouvelle-Calédonie où il mourra en 1973.

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Jean Brune est né à Ain-Bessem en 1912. Il est le fils de Pierre Brune, un forgeron supposé être bourguignon. Sa famille est essentiellement originaire du département de Saône-et-Loire en région Bourgogne. Un de ses aïeux y fut prêtre de l’Église de Fragnes. Il est dit qu’il est venu de Champforgeuil, c’est pour cela qu’il avait un sobriquet et appelé familièrement  « Champ forgé  ». Les parents de Jean Brune se sont rencontrés à Ain-Bessem car sa mère  qui  s'appelait simplement Marie, elle aussi née à Ain-Bessem était la fille d’un riche propriétaire terrien , installé du côté de Bert Ville (Ain-Laloui actuellement), beau frère d’un certain colon, dénommé « Prieur  » dont la ferme porte son Nom jusqu’à aujourd’hui. En somme, Jean Brune  ne fournit pas  une assez longue généalogie en ligne paternelle du moment que son père était venu à Ain-Bessem  en âge avancé 36 ans lors de son mariage  qui eut lieu durant l’année 1909. Après une année  de  mariage  naquit  une fille, morte prématurément. Ensuite, Marie tomba malade qu’elle fut internée pendant presque neuf (09) mois dans un hôpital à Alger. Il est dit que sa mère Marie était une femme exemplaire, gentille et charitable.

En 1912, Jean Brune est né . Son père était forgeron et vivait de l élevage du porc dans la ferme de Louis Oustaint, située à moins de 4 km d’Ain-Bessem , sur la route menant vers la Baraque (Actuelle El-Hachimia ) , avant de venir se fixer  à Ain-Bessem pour y travailler comme forgeron. Certaines personnes représentent Pierre Brune comme un personnage assez original ; il est le premier Français habitant à côté du quartier populaire des Algériens – Ain-Bouakkaz. Très sympathique , il entrait en contact avec les Algériens. Son atelier se trouvait à côté de la prison Française d’Ain-Bessem. À force de côtoyer de plus prés les Algériens, immédiatement, il adopte un mode de vie presque identique et parlait couramment l’Arabe. Pendant la Première Guerre mondiale, il participa activement en tant que forgeron spécialiste du ferrage des chevaux des sbires et de l’Armée Française. Après la guerre, il exerce la profession de cuisinier dans un restaurant ; en même temps, il a acheté des terres à les Frênes ( El-Azizia, actuellement) située à 11 km à l’Ouest d’Ain-Bessem. Jean Brune avait deux (02) frères, l’un est décédé à l’âge de 18 ans, soit en 1933. Son décès  avait complètement bouleversé la vie de la Famille , le  père ( Pierre Brune ) qui avait presque la soixantaine , est devenu tout affaibli physiquement et moralement de cette rude épreuve où il resta longtemps taciturne et na parlait avec personne. Le deuxième frère à être né en 1914  est décédé en 1954. Il est dit que le Père ( Pierre Brune ) est décédé en 1945 . Par contre Marie, la mère est morte en 1949 . Jean Brune a été éduqué dans la religion catholique mais était néanmoins athée.

Il a été scolarisé au Groupe scolaire Ain-Bessem (1918), il termine ses études primaires brillantes, ensuite il était collégien dans un lycée à El-Harrach ( Alger ) où il en était renvoyé  plusieurs fois pour indiscipline malgré qu’il fut très nerveux , il put mener à leur terme ses études secondaires du surcroit son passage dans le lycée à Alger , fit déboursé autant d’argent à son père . Acette époque le Lycée était payant . En 1930 , il obtint son baccalauréat. Après la mort de son petit frère . Il travaille plusieurs années comme employé de bureau à Blida, il a la chance d’être repéré comme très doué par un riche négociant en vins, qu’il le sollicita à venir travailler à Alger comme sommelier en principe, la charge des achats de vin et la gestion d’une coopérative vinicole à Lavigerie ( El-Harrach ) . Il passa la majorité de son temps dans les cercles « Chantiers de la jeunesse française» une organisation paramilitaire française ayant existé de 1940 à 1944. Il devint un farouche opposant à Pierre Laval, chef du gouvernement à la présidence de Philippe Pétain, l’accusant d’avoir critiqué ouvertement ces chantiers pour  manque de loyauté vis-à-vis de son gouvernement et de leurs sentiments anti allemands.  Au mois de janvier 1941 , il participa sans un salle de cinéma pour prendre la parole et de critiquer ouvertement la politique du gouvernement de Pierre-Étienne Flandin  et accusant de suite de la mutinerie dans le quartier de Maison-Carrée à Alger, des 570 soldats et parlait de complot  du Parti du peuple algérien de Messali Hadj, et à la propagande allemande. Après avoir passé plus six (06) années à la Casbah (qu’il a véritablement aimée, ce qui l’obligea de publier en 1956 son livre intitulé : Bab-El-Oued dans les éditions Atlantis) au Mois de novembre 1942, perturbé par la seconde guerre mondiale, il rejoint Ain-Bessem et s’y installe  pour travailler dans une banque. Après presque une année il a été mobilisé dans un corps d’armée de Blida et rejoint l’Allemagne. De retour, il voyait que la montée des nationalistes Algériens,  allait prendre plus d’ampleur, en sa qualité de fervent défenseur de l’idée de «  l’Algérie Française  », il commença à mobiliser l'opinion française  par des  efforts de propagande écrite et remise aux passants à la criée. En réalité, c’était son début en politique, il organisa plusieurs réunions publiques à Alger et reçoit pour cette initiative l'appui de Pierre Lagaillarde, qu’il connut à Alger pour l’avoir défendu lors du procès qui suivit son arrestation pour meeting non autorisé. Il noua une profonde relation avec Lagaillarde, qui était alors activiste nationaliste et anti-indépendantiste. Il se lie d'amitié avec d'autres activistes, qui deviennent ensuite membres de l’Organisation armée secrète.

Ouvrages de Jean Brune[modifier | modifier le code]

  • Cette haine qui ressemble à l'amour (1961). Hors collection, La Table ronde (ISBN 2-710-31134-8).
  • Interdit aux chiens et aux Français (1966), 278 pages, 140 × 200 mm. Hors collection (1967), La Table ronde (ISBN 2-710-31355-3).
  • Journal d'exil suivi de Lettre à un maudit (1963), 288 pages, 140 × 200 mm. Hors collection, La Table ronde -memo. (ISBN 2-710-31378-2).
  • Cette haine qui ressemble à l'amour. Réédition intégrale, édition revue et corrigée (2009) Édition Atlantis, (ISBN 978-3-932-71104-6)
  • Interdit aux chiens et aux Français. Le drame de l'Algérie française (1966 ; réédition intégrale, édition revue et corrigée, 2008), Édition Atlantis (ISBN 978-3-932-71105-3)
  • Les Mutins. Drame en quatre actes. Inédit 1967 (1997), Édition Atlantis (ISBN 978-3-932-71101-5)
  • Bab-el-Oued. Essai. Inédit 1956 (1997), Édition Atlantis (ISBN 978-3-932-71103-9)
  • Bab-el-Oued raconté à Toinet. Inédit 1955 (1998), Édition Atlantis (ISBN 978-3-932-71113-8)
  • La guerre de Troie commence demain (1997), Édition Atlantis (ISBN 978-3-932-71102-2)
  • Les Aventures prodigieuses de Georges Untel en Algérie algérienne (1998), Édition Atlantis (ISBN 978-3-932-71106-0)
  • La Révolte. Roman (1963; réédition intégrale, édition revue et corrigée) (1999), Édition Atlantis (ISBN 978-3-932-71110-7)
  • Journal d'exil. Juillet 1961 - février 1963 (réédition 1998), Édition Atlantis (ISBN 978-3-932-71109-1)
  • Lettre à un maudit. Appel à la réconciliation (réédition 1998), Édition Atlantis (ISBN 978-3-932-71107-7)
  • Anthologie Jean Brune (1998), Édition Atlantis (ISBN 978-3-932-71108-4)
  • Algérie 1955, la bataille de la peur. Inédit 1955 (1998), Édition Atlantis (ISBN 978-3-932-71114-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]