L'Étudiant français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Action française (homonymie).
L'Étudiant français
Pays France
Langue français
Fondateur Emmanuel Beau de Loménie
Date de fondation 1920
Date du dernier numéro 1944

L'Étudiant français, sous-titré Organe mensuel de la Fédération nationale des étudiants d'Action française (Paris, novembre 1920Lyon, juin/juillet 1944), était un journal d'étudiants royalistes français lancé par Emmanuel Beau de Loménie, ancien combattant et secrétaire général de la Fédération nationale des étudiants. L'un de ses directeurs les plus célèbres fut Robert Brasillach après avoir été lui-même un jeune étudiant côtoyant Michel Déon et Pierre Boutang.

Ce périodique étudiant et la Fédération nationale des étudiants d'Action française étaient associés à L'Action française de Charles Maurras. L'Étudiant français lui était semblable sans être la copie conforme de son « grand frère » puisqu’il accordait une place importante à « la vie des étudiants ». De nombreux jeunes royalistes qui devaient joindre les rangs de l'Action française ont fait leurs débuts à L'Étudiant français.

« L'Étudiant français a été, jusqu'en 1939, un instrument de propagande, un lieu de sociabilité et un vecteur de formation intellectuelle en phase avec l'organisation des Étudiants d'Action française ». De plus, la chronique du Quartier latin était la base logistique de la propagande monarchiste d'après Michel Leymarie et Jacques Prévotat[1].

En 1922, Emmanuel Beau de Loménie cède sa place à Georges Calzant qui améliorera les procédés de recrutement en favorisant la tenue de réunions par filières pour ne pas négliger les intérêts corporatifs[2].

Le numéro de novembre 1933 comporte un supplément dirigé par des Camelots du roi intitulé Chez le diable bitru.

En avril 1937, dans un article intitulé « Réflexions sur l'antisémitisme », L'Étudiant français se déclare ouvertement antimarxiste et antisémite[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Leymarie, Jacques Prévotat, L'Action française : culture, société, politique, Volume 1, Les Jeunes et l'Action française, Presses universitaires du Septentrion, 2008, 434 pages, p. 219-220.
  2. Robert Havard de La Montagne, Histoire de l'Action française, Amiot-Dumont, Paris, 1950.
  3. Eugen Weber, L'Action française, éd. Fayard, 1985, p. 413.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]