Roland Laudenbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laudenbach.
Roland Laudenbach
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Conflit

Roland Laudenbach, né à Paris 16e le et mort à Paris 8e le , est un écrivain, éditeur, journaliste, critique littéraire et scénariste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Proche des Hussards, comme Roger Nimier et Antoine Blondin, Roland Laudenbach fonde en 1944 la maison d'édition La Table ronde, qu'il dirige jusqu'en janvier 1986[1]. Il s'intéresse à la littérature, au théâtre et au cinéma. Il participe à l'établissement des œuvres complètes de Victor Hugo chez l'éditeur A. Martel et scénarise plusieurs films et courts métrages.

Maurrassien assumé dès les années 1930 sous l'influence de son grand-père Léon Mirman[2], journaliste politique, il collabore durant les années 1950 à la revue néoroyaliste La Nation française (dissidente d'Aspects de la France) de son ami Pierre Boutang et Michel Vivier où il écrit sous le pseudonyme de « Michel Braspart ». Il fait partie de la rédaction du Crapouillot durant les années 1960. Il a publié quelques romans sous le même pseudonyme, qui lui servit également à signer des articles dans plusieurs revues dont la Revue de la Table ronde, qu'il contribua à créer en 1948.

Défenseur de l’Algérie française, il cesse toute contribution au journal protestant Réforme qu’il estime trop engagé en faveur de l’indépendance de l’Algérie et fonde, en mai 1958, le mensuel Tant qu’il fait jour avec Philippe Brissaud[3]. De même, il quitte La Nation française avec d'autres collaborateurs de cet hebdomadaire pour fonder en 1960 une autre revue, antigaulliste et hostile à l'indépendance de l'Algérie, L'Esprit public . Il accepte aussi de prendre en 1961 la direction de l'action psychologique et de la propagande de l'OAS en métropole[4].

Famille[modifier | modifier le code]

D'origine alsacienne, issu d'une famille protestante, Roland Laudenbach est le petit-fils de Léon Mirman, le neveu de l'acteur Pierre Fresnay[5] et le cousin germain de Philippe Laudenbach.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

(Comme scénariste.)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Monde, 9 janvier 1986.
  2. La Nouvelle Action française, n° 37, 12 janvier 1972, « Entretien avec Roland Laudenbach », p. 4-5, Guillaume Gros, op. cit., p. 225.
  3. Le Monde, 7 juillet 1958.
  4. Georges Fleury, Histoire de l'OAS, Grasset, 2002.
  5. Jean-Luc Barré, François Mauriac, biographie intime, t. 2 - 1940-1970, éditions Fayard, 2010 (ISBN 978-2-213-65577-2), p. 177.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Mourlet, « Roland Laudenbach et l'esprit L.T.R. », chapitre d'Une vie en liberté, Éditions Séguier, 2016
  • Guillaume Gros, Roland Laudenbach et la Table ronde, Jacques Perret et Aspects de la France, dans Michel Leymarie, Olivier Dard, Jean-Yves Guérin (dir.), Maurrassisme et littérature : L'Action française. Culture, société, politique, Presses universitaires du Septentrion, 2012, p. 219-232

Liens externes[modifier | modifier le code]