La Montagne (Haute-Saône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Montagne.
La Montagne
La chapelle Notre-Dame dite chapelle de Beauregard à Montagne.
La chapelle Notre-Dame dite chapelle de Beauregard à Montagne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Mélisey
Intercommunalité Communauté de communes des mille étangs
Maire
Mandat
Denis Tisserand
2014-2020
Code postal 70310
Code commune 70352
Démographie
Gentilé Montaignions
Population
municipale
39 hab. (2014)
Densité 3,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 55′ 18″ nord, 6° 35′ 33″ est
Altitude Min. 570 m – Max. 808 m
Superficie 12,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
La Montagne

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
La Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Montagne

La Montagne est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Montaignions.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Montagne est située dans le nord-est du département de la Haute-Saône, dans le massif des Vosges. Son territoire est limitrophe des communes vosgiennes du Girmont-Val-d'Ajol et de Rupt-sur-Moselle au nord et les communes de La Rosière (Haute-Saône) à l'est, La Longine et Corravillers au sud.

Ses altitudes varient de 570 mètres au Moulin de la Scie à 808 mètres au Gueuty. Le plateau de Beauregard constitue un domaine skiable libre d'accès[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Girmont-Val-d'Ajol
(Vosges)
Rupt-sur-Moselle (Vosges) Rose des vents
Le Val-d'Ajol
(Vosges)
N La Rosière
O    La Montagne    E
S
La Longine

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le ruisseau de la Croslière, qui naît sur le territoire communal à la Breuche Beugnot et est un affluent du Breuchin, qu'il rejoint à La Longine.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de La Montagne comptait un peu plus de 700 habitants au début du XIXe siècle, avec une pointe à 774 habitants au recensement de 1846[2]. La démographie n'a cessé de chuter depuis le milieu du XIXe siècle à nos jours, notamment à cause de l'industrialisation de la vallée du Breuchin (usines textiles, forges...) et ensuite à la désindustrialisation (fermeture de ces mêmes usines à partir des années 1940-1950) et à l'exode rural vers les villes, qui marque la fin de la petite polyculture agricole, celle-ci même qui maintenait encore un peu plus de 200 habitants à La Montagne dans les années 1950 (201 habitants au recensement de 1954). La Montagne ne compte plus, aujourd'hui, qu'une quarantaine d'habitants.

Dès lors, de nombreux hameaux ont été délaissés tels que les secteurs des Graviers, des Murots (en contrebas de l'étang), le Rancey, le Pré des Deux, Grange Flaon, le Valmont, Faing Mougeot, Faing Laurent où il ne subsiste plus aucune habitation. Il existe encore les hameaux du Petit et Grand Saucy, le Marchessant, les Meneuvres, le Martenot, le Laurien, les Saumages, la Breuche Beugnot, les Genêtres, Champ Chamagne, le Lanhy, les Feignes,lLa Brosse, Derrière la Brosse, la Voie du Ban, les Habatteux qui sont habités et/ou qui disposent de quelques maisons secondaires.

Au siècle dernier, il y avait encore trois moulins sur le territoire communal :

  • le Moulin du Laurien (sur le ruis. de la Croslière, en ruine aujourd'hui) ;
  • le Moulin de la Grange Flaon (sur le ruis. Le Flaon, en ruine aujourd'hui) ;
  • le Moulin du Marchessant (sur le ruis. de la Croslière, Minoterie Duhoux dans les années 1950, encore existante).

La carte de Cassini, élaborée vers 1760 et visible sur le site geoportail, donnerait deux autres moulins : au niveau du Petit Saucy, sur le ruisseau de la Croslière et aux Meneuvres (entre les Meneuvres et le Grand Saucy, visible aussi sur cadastre napoléonien de 1825).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la Communauté de communes des 1000 étangs.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

La commune faisait partie depuis 1793 du canton de Faucogney-et-la-Mer[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Mélisey.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes des mille étangs créée fin 2002.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 mars 2001 Gérard Colle    
mars 2001 réélu en 2008 Denis Tisserand   Réélu pour le mandat 2014-2020[4],[5]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 39 habitants, en augmentation de 0 % par rapport à 2009 (Haute-Saône : -0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
699 533 708 718 663 718 721 774 766
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
634 618 619 599 582 538 459 418 411
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
409 375 394 331 312 291 270 241 201
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
164 103 77 47 30 23 38 40 39
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle de Beauregard, édifiée en 1884 .
    C’est un paysan, qui s’était perdu une nuit de grande neige, qui émit le vœu de construire une chapelle s’il retrouvait la direction de sa ferme. Il l'a donc érigé à l’endroit même où il s’était égaré.
    Autel en bois de chêne portant le Christ avec les quatre évangélistes (bas-relief). Statue de la Vierge de la Médaille Miraculeuse sur l'autel. Pèlerinage le lundi de la Pentecôte.
  • Quelques étangs dont l'étang des Murots (5,5 ha env.), l'étang des Peux (4 ha env.).
  • Le Moulin du Marchessant sur une dérivation de du Marchessant[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Daval, originaire du Marchessant vers 1630, ecclésiastique et philosophe. Il disparut un jour, en laissant sa famille, qui apprit seulement vingt ans après que Nicolas avait voyagé jusqu'en Allemagne. Il se fixa à Salzbourg (Autriche) et il mourut à Linz (Autriche) le 21 janvier 1706[10].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La Montagne : l’autre domaine skiable de Haute-Saône : Glisse - A 800 m d’altitude, à La Montagne, les départementales RD136 et RD57, non déneigées à partir de la chapelle de Beauregard et du fort de Rupt, et la piste forestière du Giraultfays servent de pistes », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « Les maires de Montagne (La) », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 6 novembre 2016).
  4. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  5. « Liste des maires de la Haute-Saône » [PDF], Liste des maires de la Haute-Saône et des présidents de communautés de communes, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le 4 novembre 2016).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Moulin à farine, puis minoterie Duhoux », notice no IA70000107, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. | Histoire et Statistiques de la Haute Saône - Avril 1842 - Pages 226&227