La Ferrière-Airoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Ferrière.

La Ferrière-Airoux
La Ferrière-Airoux
Église de La Ferrière-Airoux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Montmorillon
Canton Civray
Intercommunalité Communauté de communes du Civraisien en Poitou
Maire
Mandat
Rémy Coopman
2014-2020
Code postal 86160
Code commune 86097
Démographie
Population
municipale
324 hab. (2016 en diminution de 6,9 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 19′ 20″ nord, 0° 23′ 36″ est
Altitude Min. 114 m
Max. 150 m
Superficie 27,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
La Ferrière-Airoux

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
La Ferrière-Airoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Ferrière-Airoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Ferrière-Airoux

La Ferrière-Airoux est une commune du Centre-Ouest de la France située dans le département de la Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les citoyens de La Ferrière-Airoux sont nommés les Ferrierois et les Ferrieroises.

La Ferrière-Airoux est une commune rurale.

Localisation[modifier | modifier le code]

La grande ville la plus proche de la commune est Poitiers qui se trouve à 29,5 km à l'est, à vol d'oiseau.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes les plus proches de La Ferrière-Airoux: Magné, Champagné-Saint-Hilaire, Sommières-du-Clain, Gençay, Brion.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les gares les plus proches se trouvent à Anché (11,43 km), à Vivonne (15,26 km), à Blanzay (16,05 km), à Iteuil (19 km) ou à Ligugé (22,56 km).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune de la Ferrière provient du latin ferraria qui signifie mine de fer et provient de l'existence d'anciens gisements de fer. Le nom Airoux signifie aride en ancien français. Il pourrait provenir aussi du poitevin arour qui signifie temps sec ou sécheresse[1],[2]

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle s'est formée en 1822 de la réunion des communes de La Ferrière et d'Airoux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours (2008) Rémy Coopman Droite Ingénieur, président de la communauté de communes du Pays Gencéen

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2016, la commune comptait 324 habitants[Note 1], en diminution de 6,9 % par rapport à 2011 (Vienne : +1,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
176141167176437452500488501
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
540502550540535557588581579
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
566574588546533502494496455
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
416382321270281293315350327
2016 - - - - - - - -
324--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 12 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

La Ferrière-Airoux a connu une nette hausse de 20,8 % de sa population de 1999 à 2005.

Les dernières statistiques démographiques pour la commune ont été fixées en 2009 et publiées en 2012. Il ressort que la mairie administre une population totale de 346. À cela, il faut soustraire les résidences secondaires (quatre personnes) pour constater que la population permanente sur le territoire de la commune est de 342 habitants.

La répartition de la population par sexe, selon l'Insee, est :

  • en 1999 : 51,5 % pour les hommes et 48,5 % pour les femmes.
  • en 2005 : 52,4 % pour les hommes et 47,6 % pour les femmes.

En 2005,selon l'Insee :

  • Le nombre de célibataires était de 37,1 %,
  • Les couples mariés représentaient 48,2 % de la population,
  • Les divorcés représentaient 5,6 %,
  • Le nombre de veuves et veufs était de 9,2 % de la population.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage dans la commune :

  • en 1999 était de 12,70 %.
  • en 2005 était de 11,90 %.

Le pourcentage de retraités et de pré-retraités était de :

  • 20,50 % en 1999.
  • 21,30 % en 2005.

Le taux d'activité était :

  • de 68,60 % en 1999.
  • de 78,20 % en 2005.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[8], le nombre d'exploitations agricoles a augmenté faiblement entre 2000 et 2010. Ce qui est exceptionnel dans le département de la Vienne. Le nombre est passé de 27 à 28.

Les surfaces agricoles utilisées ont, en revanche, diminué et sont passées de 2 677 hectares en 2000 à 2 602 hectares en 2010. 48 % sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orge et maïs), 24 % pour les oléagineux (3/4 en colza et 1/4 en tournesol) , 22 % pour le fourrage et 1 % reste en herbes. En 2010, un hectare (2 en 2000) est consacré à la vigne[8].

9 exploitations en 2010 (contre 10 en 2000) abritent un élevage de bovins (1 423 têtes en 2010 contre 1 235 têtes en 2000). C’est un des troupeaux de bovins les plus importants de la Vienne qui rassemblent 48 000 têtes en 2011[9]. 4 exploitations en 2010 (contre 7 en 2000) abritent un élevage d'ovins (130 têtes en 2010 contre 217 têtes en 2000). L'élevage de volailles a connu une baisse: 224 têtes en 2000 répartis contre 146 têtes en 2010 . L'élevage de chèvres a disparu en 2010 (650 têtes sur 5 fermes en 2000)[8].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église est inscrite comme Monument Historique en 1935 pour son élévation et son portail. Sa façade ouest est en effet romane.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Édition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  2. Pierre Rossignol, Bernard Balusseau, Louis Vibrac, Le Horst, une histoire naturelle et humaine., Geste éditions, La Crèche, 2014, 165  p., (ISBN 978-2-36746-262-2)
  3. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. a b et c Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  9. Agreste – Bulletin no 12 de mai 2013