Eudes de Deuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eudes de Deuil
Fonction
Abbé
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
Ordre religieux

Eudes de Deuil (également appelé Odon de Deuil), né vers 1110 à Deuil et mort le 8 avril 1162, est un moine bénédictin français, abbé de Saint-Denis en 1151.

Biographie[modifier | modifier le code]

D’origine modeste, il devient le confident de l'abbé Suger, personnage important du royaume, abbé de Saint-Denis, conseiller des rois Louis VI le Gros et Louis VII, et régent pendant l'absence de ce dernier lors la seconde croisade. C’est Suger qui impose Eudes en tant que secrétaire et chapelain du roi de France.

Ce poste prestigieux l'amène à entrer dans la suite du roi, et à participer à la seconde croisade en 1147. C'est ainsi qu'il rédige une chronique, intitulée De l'expédition de Louis VII en Orient, chronique nous permettant d'appréhender les difficultés rencontrées lors de cette croisade (relations avec Grecs, courants divergents à la tête de l'État, etc.). Cette chronique s’arrête lors de l’arrivée de la croisade à Antioche.

Une fois rentré de la croisade, il fut abbé de Saint-Corneille de Compiègne (septembre 1150), puis de Saint-Denis à la mort de son ancien maître Suger le 13 janvier 1151.

A peine élu, il devra faire face à une cabale, certains moines l’ayant dénoncé en cour de Rome comme coupable de malversations – les finances de l’abbaye étant alors fort obérées par les préparatifs de la croisade - et même du crime d’homicide, mais, soutenu notamment par trois lettres de saint Bernard, il se justifiera facilement auprès du pape Anastase et rentrera blanchi et fêté à Saint-Denis où il rétablira bientôt la concorde entre ses religieux et pardonnera à ses ennemis. Il exerça sa charge jusqu'à sa propre mort en 1162.


Liens internes[modifier | modifier le code]