Tumeur neuroendocrinienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tumeurs neuroendocriniennes

Classification et ressources externes

Description de cette image, également commentée ci-après

Tumeur neuroendocrinienne du petit intestin (fort grossissement)

CIM-9 209
ICD-O M8013/3, M8041/3, M8246/3, M8247/3, M8574/3
MeSH D018358
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Les tumeurs neuroendocriniennes ou tumeur neuroendocrines (TNE) sont des tumeurs (néoplasmes) qui se forment à partir d'un développement anarchique de cellules du système endocrine (hormonal) et du système nerveux.

Ces tumeurs particulières sont le plus souvent benignes, mais quelques-unes sont malignes et peuvent facilement métastaser. La plupart se forment dans l'intestin et le poumon, mais on en trouve ailleurs dans le corps, sur les organes ayant des fonctions de glandes ou voisin (ex : pénis, voisin du testicule).

Bien qu'il existe de nombreux types de TNE, elles sont traitées comme un groupe à part entière, car les cellules de ces tumeurs ont plusieurs caractéristiques communes : elles forment des néoplasmes physiquement assez semblables, et produisent un granule sécrétoire avec souvent une production biogénique d'amines et d'hormones (polypeptides)[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Le système neuroendocrinien[modifier | modifier le code]

Ces tumeurs naissent de cellules neuroendocrines dont la fonction normal est de contrôler les interfaces neuroendocrines. Ces cellules neuroendocrine existent dans les glandes endocrines mais également un peu partout dans les tissus de l'organisme où elles produisent diverses hormones[2]

Traitements[modifier | modifier le code]

Les symptômes de ces tumeurs (rougeurs du visage et diarrhées) sont pris en charge par analogues de somatostatine comme l'octréotide ou le lanréotide.

L'évérolimus permet de combattre ces tumeurs lorsqu'elles sont situées dans le pancréas[3]. Il en est de même avec le sunitinib[4].

Un essai clinique portant sur une radiothérapie interne ciblée a été réalisé en 2016, dans le traitement des tumeurs de l'intestin moyen. Un atome radioactif est accroché à une molécule qui agit comme un vecteur et va se faire capturer par des récepteurs chimiques spécifiques aux tumeurs[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]